Charles V, et les conquêtes françaises

LA GUERRE DE CENT ANS

De 1337 à 1453

 

Royaume de France

Royaume d’Angleterre

LES VALOIS DIRECTS

Armes des Valois

CHARLES V « LE SAGE »

Charles V et Jeanne de Bourbon, Paris, musée du Louvre

 

LA RECONQUÊTE FRANÇAISE,1364-1380 

 

Charles V, dit « le Sage », naît le 21 janvier 1338 à Vincennes, et meurt le 16 septembre 1380 au château de Beauté-sur-Marne. Il sera roi de France de 1364 à 1380 (un règne qui correspond à une période marquant la fin de la première partie de la guerre de Cent Ans).

Gisant de Charles V basilique de Saint Denis.

Le 8 avril 1350 il épouse Jeanne de Bourbon, avec laquelle il partage des liens de consanguinité. De cette union naîtront huit enfants, dont deux seulement atteindront l’âge adulte :

– Charles (1368-1422), qui sera roi de France sous le nom de Charles VI.

– Louis (1372-1407). En 1386 il est d’abord duc de Touraine, puis en 1392, il recevra, en apanage, le duché d’Orléans sous le nom de Louis Ier d’Orléans.

Assassinat du duc Louis d’Orléans

Charles V reconquiert presque toutes les terres perdues par ses prédécesseurs, restaure l’autorité du pouvoir royal et sort le Royaume d’une période mouvementée (les défaites militaires de Crécy et de Poitiers – 1346 et 1356 – et la grande peste noire des années 1347-1351).

Durant son règne, il sera confronté aux ambitions de Charles de Navarre et aux manœuvres d’Étienne Marcel, et réussira à préserver la couronne des Valois, alors que le pays sombre dans la guerre civile.

Le 19 septembre 1356, Jean le Bon est battu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers. Charles (le dauphin, le futur Charles V) se fait nommer régent. Il le restera du 17 octobre 1356 au 24 octobre 1360.

En 1364, il succède à son défunt père, Jean le Bon, et monte sur le trône de France. Il rétablit l’autorité royale en la fondant sur l’État de droit et en s’appuyant sur la politique monétaire forte instaurée par les conseillers de son père.

Il débarrasse le pays des Grandes compagnies (mercenaires et routiers désœuvrés en périodes de paix vivant au détriment des populations)

Grandes Compagnies attaquant des paysans et des religieux

En outre, son règne sera marqué par le grand schisme d’Occident, divisant pendant quarante ans l’Europe chrétienne en deux courants rivaux.

Lire :

Mercenaires, routiers et écorcheurs au Moyen Âge.

La bataille de Crécy.

La bataille de Poitiers.

Le royaume de France au début de la Guerre de Cent Ans

1364-1380, CHARLES V ET DU GUESCLIN

 

Bertrand Du Guesclin

Bertrand du Guesclin (aussi nommé Bertran du Guesclin) naît vers 1320 au château de la Motte-Broons, à Broons près de Dinan, et meurt le 13 juillet 1380 devant Châteauneuf-de-Randon (Lozère).

Il était issu de la petite noblesse bretonne. Connétable de France et de Castille, il fut un personnage majeur de la première partie de la guerre de Cent Ans.

En 1365, à la demande du roi de France, il délivre le royaume des Grandes compagnies (groupes de mercenaires qui ravageaient les provinces). Il les convainc de participer à la première guerre civile de Castille aux côtés d’Henri de Trastamare, qui dispute à Pierre le Cruel le trône de Castille. Il s’y couvrira de gloire.

 

ÉVÉNEMENTS ANTÉRIEURS

1360, TRAITÉ DE BRÉTIGNY

Le traité de Brétigny, également connu sous le nom de traité de Calais, est conclu le 8 mai 1360 au château de Brétigny (un hameau de la commune de Sours, près de Chartres). Il est signé entre les plénipotentiaires du roi Édouard III d’Angleterre et le fils du roi Jean II le Bon de France, Charles (le futur Charles V). Une trêve de neuf ans est conclue dans la Guerre de Cent Ans.

A l’issue du traité, l’Angleterre reçoit le duché d’Aquitaine et Calais. La rançon pour la libération du roi Jean le Bon est fixée à trois millions d’écus ; une somme colossale pour l’époque.

Le 24 octobre

La reconquête par Charles V des territoires concédés au traité de Brétigny.

Le Valois est libéré. Pour revenir sur le sol français, il passe par Calais où il ratifie les préliminaires de Brétigny. Comme garantie de sa loyauté concernant la bonne exécution du traité, il laisse des otages en Angleterre.

1360-1368

La paix de Brétigny procure quelques années de paix dans le royaume. Bertrand du Guesclin guerroie dans des batailles à l’extérieur du royaume pour défendre les intérêts de son roi Charles V.

– Le 16 mai 1364, en Normandie, il est victorieux à la bataille de Cocherel, et écrase Charles de Navarre (Charles le Mauvais).

Le 29 septembre 1364, au cours de la Guerre de succession de Bretagne, Bertrand du Guesclin est défait à la bataille d’Auray, où il sera capturé.

  GUERRE DE SUCCESSION DE BRETAGNE

En 1341, une nouvelle cause de querelles entre les deux royaumes voit le jour lorsque le duc de Bretagne Jean III meurt. La succession de ce dernier cause un nouveau « casus belli » entre les deux monarchies. Son demi-frère, Jean de Montfort, sollicite l’aide d’Édouard III contre Charles de Blois, un autre prétendant à l’héritage. Ce dernier, soutenu par Philippe VI, est l’époux d’une nièce du défunt duc Jean.

Le duc de Bretagne Jean III, n’ayant pas voulu régler sa succession de son vivant, va déclencher un problème successoral et une guerre sanglante qui durera 23 ans : la guerre de Succession de Bretagne.

1364

Le 7 avril

Bertrand du Guesclin assiège Mantes.

Le 8 avril

Jean le Bon meurt à Londres. Son fils Charles V lui succède.

Le 9 avril

Bertrand du Guesclin s’empare de Rolleboise.

Le 11 avril

Bertrand du Guesclin assiège Meulan.

Le 16 mai

Bertrand du Guesclin bat Charles le Mauvais et ses alliés anglais à la bataille de Cocherel, près d’Évreux. Il hérite en récompense le comté de Longueville. Charles le Mauvais ne s’ingèrera plus dans les affaires du royaume ; en outre il perdra ses possessions d’Île-de-France.

Bataille de Cocherel

Le 19 mai

Charles V est sacré à Reims.

Le 29 septembre

Bertrand du Guesclin est fait prisonnier à la bataille d’Auray (affrontement entre Jean de Montfort et Charles de Blois pour la couronne du duché de Bretagne). Blois est tué au cours du combat.

La guerre de Succession de Bretagne

1365

Bertrand du Guesclin est libéré après le paiement d’une rançon de 100 000 livres.

LA LUTTE CONTRE LES GRANDES COMPAGNIES

L’autorité royale du pays doit être impérativement rétablie. Son économie est défaillante, les Grandes Compagnies ravagent et saignent le royaume de France. Charles V doit reprendre la main et se débarrasser de ce fléau. Il va résoudre le problème avec la plus grande fermeté. D’abord faire appliquer la loi et ne pas négocier avec les pillards.

Henri de Trastamare, roi de Castille

Rapidement, c’est tout le pays qui va se liguer contre les Grandes Compagnies : chevaliers, citadins, paysans envoient des contingents pour les combattre. Les routiers français sont exécutés sommairement, et les étrangers qui peuvent rapporter de l’argent dans les caisses du royaume sont rançonnés.

Une fois que la situation des Grandes Compagnies est devenue insupportable en France, il est plus facile pour le roi de les convaincre de partir combattre sous d’autres cieux.

Pour cela, Charles V s’acquitte en priorité de la rançon de Bertrand du Guesclin (qui est prisonnier des Anglais). Puis il lui confie la mission de franchir les Pyrénées, et d’emmener tous ces mercenaires faire la guerre en Castille, alors en pleine guerre civile, pour le compte de son allié Henri de Trastamare.

Cet événement va avoir un double impact : d’abord, une fois débarrassée de ces pillards de grands chemins, l’économie du pays repart. Ensuite, le Prince Noir se voit contraint de guerroyer en Espagne dans un conflit ruineux.

En décembre 1367, le Prince de Galles s’en retourne victorieux de Castille. Mais, épuisé, il abandonne ses routiers aux frontières de la Guyenne. Ceux-ci, se dirigeant sur Paris, sont repoussés par les Français. Cet acte sera considéré comme un « casus belli », et la guerre va reprendre.

 Du Guesclin convainc ces « bandits de grands chemins » à participer à la première guerre civile de Castille aux côtés d’Henri de Trastamare qui dispute à Pierre le Cruel le trône de Castille. De l’autre côté des Pyrénées on se bat, à la demande du roi de France, c’est là-bas qu’il doit les diriger…

Armes de la Castille

LA TOURRELUQUE D’AIX EN PROVENCE

Pour lutter contre le fléau des Grandes Compagnies, les bourgs, villes et villages se fortifient et s’entourent de remparts et autres tours de défense.

Par exemple, Aix en Provence fut entourée d’une enceinte dès sa création. Les murailles romaines restaient encore présentes au XVIIIème siècle dans le Palais comtal. Les remparts protégeant la ville étaient repoussés régulièrement pour englober les agrandissements.

La « Tourreluque », du provençal « luca » (regarder, guetter), est un des rares vestiges de ces murs et de loin le plus impressionnant. Elle date du XIVème siècle, quand la Guerre de Cent Ans, menée loin au Nord, jetait sur les routes d’une Provence préservée, des bandes de routiers démobilisés devenus pillards.

De plan polygonal, avec ses créneaux sur mâchicoulis-arcades, elle est typique de l’architecture militaire d’alors, très semblable à celle d’Avignon. Les remparts ne furent détruits qu’au milieu du XIXème siècle, et laissèrent la place au boulevard périphérique.

Le 12 avril

Le traité de Guérande est signé. Il met fin à la guerre de Succession de Bretagne.

1365 – La France après les traités de Brétigny et de Guérande

En juin

Les grandes compagnies ravagent l’Île-de-France et la Normandie. Le pape doit leur payer une rançon pour éviter la prise d’Avignon.

1366

1er janvier  

Bertrand du Guesclin entre dans Barcelone.

Le 16 mars

Henri de Trastamare, aidé par Bertrand du Guesclin et le roi d’Aragon, s’empare de Calahorra. Ils envahissent la Castille.

Le 28 mars

Pierre le Cruel quitte Burgos pour réorganiser sa défense à Séville.

Le 5 avril

Henri de Trastamare est couronné roi de Castille à Burgos.

1367

Le 3 avril

Bertrand du Guesclin, participant à un conflit en Castille, est battu par le Prince Noir (Edouard de Woodstock) fils aîné d’Edouard III) à la bataille de Najera, en Navarre.

La bataille de Najera.

Le 19 juillet

Sur ordonnance du roi de France, des fonds sont levés pour la défense du royaume. (Charles V promulgue des ordonnances visant à la création d’une armée moderne, et à l’organisation de la défense du royaume).

1368

En juin

En riposte, Édouard III s’octroie le titre de roi de France.

En novembre

Charles V, qui veut reprendre ses droits sur la Guyenne, confisque l’Aquitaine. La guerre entre les deux royaumes reprend.

Le 20 novembre

Les ambassadeurs du roi de France, Charles V et Henri de Trastamare de Castille, signent à Tolède un traité d’alliance contre l’Angleterre.

En décembre

Deux vassaux indisciplinés du Prince Noir (gouverneur de Guyenne), Jean d’Armagnac et son neveu le sire d’Albret, vont se plaindre à Charles V ; celui-ci se déclare compétant pour les recevoir.

1369

Résurgence de la peste en Europe ; l’Angleterre perd 13 % de sa population.

Le 15 janvier

La cité de Cahors s’insurge contre l’occupation anglaise.

Le 5 février

Les représentants de Cahors jurent de porter assistance au roi de France, Charles V. Ils déclarent que « même sous la domination anglaise, ils n’avaient jamais cessé d’avoir le cœur français ».

Le 14 mars

Du Guesclin retourne en Espagne, où il remporte la bataille de Montiel contre Pierre le Cruel et l’armée des Sarrasins venus du Maroc. En récompense de ses actions en Espagne, il est fait duc de Molina.

Bataille de Montiel, victoire franco-castillane.

En Europe, durant le Moyen Âge, le mot « Sarrasins » ou « Sarrazins » était employé pour dénommer les peuples de confession musulmane. On les appelait aussi « Mahométans », « Arabes », « Ismaélites », ou bien « Agarènes ». Quant au terme « Maures », il faisait allusion aux Berbères de l’Afrique du Nord après la conquête des Omeyades. Les mots « Islam » et « Musulmans » n’existaient pas encore en Occident médiéval. En français, le mot « Musulman » est cité pour la première fois en 1551 ; « Islam » en 1697. Avant ces dates on utilisait, pour définir la religion des peuples musulmans, l’expression « loi de Mahomet », ou « loi des Sarrasins ».

Le 18 mars

Plus de huit cents villes ou châteaux d’Aquitaine veulent rester fidèles au roi de France, Charles V, en se retirant de la domination anglaise.

Le 23 mars

En Espagne, Pierre Ier le Cruel est assassiné. Henri II de Trastamare (dit le Magnifique, fils illégitime d’Alphonse XI le Juste) le remplace.

Décapitation de Pierre le Cruel

La France fait alliance avec la Castille. Le roi Ferdinand Ier de Portugal revendique la couronne de Castille.

Le 9 mai

Les États généraux de France, réunis à Paris, manifestent leur hostilité contre l’Angleterre et approuvent le retour à la guerre.

La Guerre de Cent Ans reprend : la France reconquiert la majeure partie de l’Aquitaine et de la Normandie.

Le 3 juin

Edouard III d’Angleterre se proclame à nouveau roi de France.

Le 30 novembre

Charles V confisque l’Aquitaine.

Le 7 décembre

 A Paris a lieu une nouvelle convocation des États généraux : de nouveaux impôts sont levés pour permettre de financer la guerre contre les Anglais.

1370

Le 24 août

Les troupes françaises reconquièrent le Limousin ; Limoges se rend au roi Charles V.

Le 19 septembre

Le Prince Noir s’empare de Limoges, pille la ville et massacre sa garnison.

Le 2 octobre

Bertrand du Guesclin, revenu en France, est fait connétable de France par Charles V.

Du Guesclin est fait connétable de France par Charles V le Sage.

Il a pour mission de chasser les Anglais, afin de ramener le Poitou, la Saintonge, la Guyenne et la Normandie sous l’autorité du roi.

Le 4 décembre

Bertrand du Guesclin est victorieux des Anglais à la bataille de Pontvallain (Anjou), au cours de laquelle il bat Robert Knolles (après que celui-ci a ravagé l’Île-de-France, l‘Ouest et la Bretagne).

4 décembre 1370 victoire française à Pontvallain

Le 6 décembre

Bertrand du Guesclin entre dans Saumur pour mettre ses troupes au repos.

1371

Le 15 mars

Bertrand Du Guesclin bat les Anglais à Bressuire (Poitou). A la suite d’une série de sièges, il reconquiert pour son roi Charles V de France le Poitou, l’Aunis et la Saintonge.

Du 25 au 29 mars

Le traité de Vernon est signé entre Charles V, roi de France, et Charles le Mauvais, roi de Navarre (Montpellier est cédé au roi de Navarre en compensation de Mantes et Meulan).

CHARLES « LE MAUVAIS »

Charles II de Navarre (dit « Charles le Mauvais ») naît à Évreux le 10 octobre 1332, et meurt à Pampelune 1er janvier 1387. Il est roi de Navarre de 1349 à 1387, et comte d’Évreux de 1343 à 1378.

Il est le fils de Philippe III, comte d’Évreux, et de Jeanne II, reine de Navarre (fille du roi de France et de Navarre Louis X le Hutin).

Louis X, le Hutin

En 1328, Jeanne de Navarre ne peut toujours pas revendiquer la couronne, qui sera attribuée à Philippe VI de Valois (le descendant le plus direct par les mâles, mais qui n’est que cousin de Louis X).

La reine Jeanne II de Navarre

Mais les premiers Valois sont confrontés à la crise économique, sociale et politique, qui conduit à la Guerre de Cent Ans. Dès le début des hostilités, ils vont accumuler les défaites face à la supériorité tactique des Anglais, et se discréditer.

Charles II de Navarre, dit « Charles le Mauvais

Charles de Navarre n’aura de cesse de satisfaire son ambition, et d’essayer de profiter de la déstabilisation du royaume pour faire valoir sa légitimité sur le trône de France.

1372

Le 28 mars

La paix est signée entre le comte de Flandre et le roi d’Angleterre.

Les Anglais occupent la Bretagne. Au large de la Rochelle, une flotte anglaise est battue par les galères du roi de Castille, venues au secours de Bertrand du Guesclin.

Du 22 au 23 juin

La destruction de la flotte anglaise par les Castillans, au large de La Rochelle, marque le début du siège de La Rochelle par les Français.

Bataille de la Rochelle 1372

7 août

Bertrand du Guesclin s’empare de Poitiers.

Du 22 au 23 août

Du Guesclin est victorieux des Anglais devant Soubise.

Le 8 septembre

Reddition de La Rochelle et d’Angoulême.

Le 20 septembre

Reddition de Saint-Jean-d’Angély.

Le 24 septembre

Reddition de Saintes.

Le 5 octobre

Le Prince Noir (Édouard de Woodstock), fils aîné d’Édouard III d’Angleterre, renonce à la principauté d’Aquitaine.

1373

Le 8 janvier

Afin de remercier les habitants de La Rochelle d’avoir combattu et chassé les Anglais de la ville, le roi de France Charles V accorde au maire, à ses échevins et à leurs successeurs, un droit de noblesse héréditaire et perpétuel.

Le 22 janvier

Le roi Charles V crée le gouvernement d’Aunis, distinct de la Saintonge.

Le 21 mars

Bertrand du Guesclin s’empare de la forteresse de Chizé, alors aux mains des Anglais.

Le 27 mars

Niort capitule. Charles V est maître du Poitou.

Les 25 et 26 juillet

Les Anglais débarquent à Calais.

1374

Le 21 août

Bertrand du Guesclin assiège et obtient la reddition de la ville de La Réole.

1375-1377

Le 1er juin

Le duc de Berry (troisième fils du roi de France Jean II, dit « le Bon ») assiège et obtient la reddition de Cognac.

JEAN Ier, DUC DE BERRY

Jean de Berry naît le 30 novembre 1340 à Vincennes, et meurt à Paris le 15 juin 1416. Il est le troisième fils du roi de France Jean II, dit « le Bon ». Ce prince français jouera un rôle politique important dans le royaume de France, au cours des règnes de son frère Charles V et de son neveu Charles VI, dit « le Fol ».

Le duc de Berry

Il sera à la tête d’un grand domaine qui comprendra notamment le duché de Berry, le duché d’Auvergne, et le comté de Poitou.

Le duc Jean de Berry donne un fastueux banquet.

Il est apanagé (apanage : bien exclusif, privilège) par son père, qui le fait Comte-Pair de Poitou en juin 1357, puis 1er Duc-Pair de Berry en octobre 1360.

Après la terrible et désastreuse défaite de Poitiers, où son père est capturé et fait prisonnier, il est échangé contre la libération de celui-ci, et donné en otage aux Anglais. Il restera captif en Angleterre jusqu’en 1367.

En 1369, il reçoit de son frère Charles V (par spoliation de Jean II d’Auvergne) les comtés d’Auvergne et de Boulogne, et de 1404 à 1416 celui de Montpensier.

Le 15 juillet

Le pape Grégoire XI intervient (le concordat de Bruges est signé entre l’Angleterre et le Saint-Siège). La trêve de Bruges donne aux belligérants deux années de répit. Pendant ce temps, les ambassadeurs négocient sans illusion un impossible compromis.

1376

Le 8 juin

Mort du Prince Noir à Londres.

Armoiries du Prince Noir.

 

 

 

 

 

Le 12 mars

La trêve de Bruges entre la France et l’Angleterre est prorogée jusqu’au 24 juin 1377.

1377

Du 26 avril au 24 juin

Des négociations de paix ont lieu entre l’Angleterre et la France.

En juin

Mort du roi d’Angleterre Édouard III. La couronne d’Angleterre échoit au fils du Prince Noir, Richard II, alors âgé seulement de dix ans.

Le 22 juin

Début du règne de Richard II d’Angleterre (il règnera jusqu’au 30 septembre 1399). Les hostilités reprennent entre la France et l’Angleterre.

Richard II roi d’Angleterre

Offensive française en Guyenne.

Le 29 juin 

La flotte franco-castillane dévaste Rye, sur la côte du Sussex.

Le 16 juillet

 Couronnement de Richard II d’Angleterre. Ses oncles Jean de Gand, Edmond de Langley et Thomas de Woodstock, assurent la corégence. Jean de Gand prend les rênes du pouvoir.

Le 21 août

 La flotte franco-castillane effectue un raid sur l’île de Wight.

1380

Le 13 juillet

Bertrand du Guesclin meurt lors du siège de Châteauneuf-de-Randon, dans le Gévaudan.

Le 16 septembre

Charles V meurt ; le dauphin monte sur le trône. Charles VI, le nouveau roi, n’a que onze ans.

Charles V

Sources :

Mes photos

Photos publique Facebook

Les rois de France des Éditions Atlas (Valois directs).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_V_le_Sage

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bertrand_du_Guesclin

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24 juin 2022

    […] Bataille de Cocherel Bataille de Cocherel Bataille de Cocherel […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge