Les Témoins du Passé – le château abbatial du Monastier sur Gazeille

LES TÉMOINS DU PASSÉ

index

LE CHÂTEAU ABBATIAL

 DU MONASTIER SUR GAZEILLE

P1130946

Blason de la ville du Monastier sur Gazeill

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

 

ÉDIFICE : château.

TITRE COURANT : ancien château abbatial.

DATE DE CONSTRUCTION : 1364.

ÉPOQUE : Moyen Âge.

CAMPAGNE DE CONSTRUCTION : 2ème moitié du 14ème siècle, 16ème et 19ème siècles (sources Monumentum : fiche Mérimée).

PROTECTION : classé Monument Historique par arrêté du 28/02/1966.

SITUATION : Le Monastier-sur-Gazeille, Haute-Loire.

LOCALISATION : Auvergne-Rhône-Alpes (43), Le Monastier-sur-Gazeille, (Anciennement région de l’Auvergne).

PROPRIÉTAIRE : la commune de Le Monastier-sur-Gazeille.

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

MONASTIER SUR GAZEILLE

 

 

L'abbatiale Saint Chaffre du Monastier

L’abbatiale Saint Chaffre du Monastier

 

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

SITUATION

Le Monastier-sur-Gazeille est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Le village est situé à mi-parcours entre le bassin du Puy-en-Velay et les hauts plateaux du mont Mézenc, qui est le point culminant du Velay (1753m). Le bourg est à 950 m d’altitude ; c’est un village balcon qui s’étire sur plus de 2 km. Il domine la vallée de la Gazeille, affluent de la Loire.

Le château abbatial est situé au centre du village du Monastier-sur-Gazeille.

Cette petite cité de Haute-Loire abrite une magnifique église abbatiale du 11ème siècle. Son architecture est principalement romane et comporte des éléments gothiques. C’est l’une des plus belles représentations de l’art roman en Auvergne.

Lire : L’abbatiale Saint Chaffre du Monastier.

 

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

 PRÉSENTATION

Le château du Monastier-sur-Gazeille est un château situé sur la commune du Monastier-sur-Gazeille, dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le Monastier était une ville fortifiée ; on suppose donc qu’un ouvrage défensif (un donjon) devait exister à ses débuts.

Le château a suivi les épreuves bouleversées de l’Histoire de la région.

Au 15ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, Le Monastier fut envahi par les Anglais. Après cette occupation étrangère, il fut décidé de la construction d’un château abbatial ; il sera incendié plus tard lors des Guerres de religion.

L’édifice sera remanié au 16ème siècle ; il servira de lieu d’habitation à la puissante famille des Sennecterre, qui lui donnera plusieurs abbés. Aujourd’hui, le château abrite le musée des Croyances populaires.

Cet ancien logis des abbés de l’abbaye, d’aspect massif, est construit en pierres basaltiques.

Il affiche quatre puissantes tours circulaires et, sur le mur sud, une petite tour d’escaliers avec la porte d’entrée.  La porte de la tourelle d’escalier allie gothique et Renaissance.

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

HISTORIQUE

LA GUERRE DE CENT ANS.

Guerre de Cent Ans : conflit qui opposa la France et l’Angleterre de 1337 à 1453 (entrecoupé de nombreuses trêves).

En 1364, la région est en proie aux sévices de la terrible Guerre de Cent Ans. Des hordes de mercenaires désœuvrées sillonnent les routes à la recherche de nourriture et de butins. Ils s’emparent du village de Monastier et le mettent à sac.

Après l’occupation du village et afin d’assurer sa propre protection, l’abbé Jacques de Causans fait construire un premier château.

A la fin du XIVème et au début du XVème siècle, les troubles causés par la Guerre de Cent Ans écrivent une page mouvementée de l’Histoire de la région. Durant les cycles de paix de cette guerre, des bandes armées, désœuvrées, en maraudes, vont arpenter les campagnes (lire : Mercenaires, routiers et écorcheurs au Moyen Âge). La région n’échappera pas au pillage : ces bandits de grands chemins la mettront à sac pour survivre.

LA RENAISSANCE

En 1525, un incendie ravage le bâtiment et lui cause d’importants dommages. Le château est alors reconstruit par l’abbé Charles de Sennecterre, qui en profite pour aménager un logement plus confortable, avec l’installation de fenêtres à meneau par exemple. (Ces fenêtres, avec leur encadrement mouluré sur colonnettes prismatiques, modifieront la forteresse féodale en une habitation plus commode à vivre).

Le château perdurera sans modifications apparentes jusqu’au milieu du 16e siècle.

Vers 1550, des transformations seront apportées à la tour d’entrée. A l’intérieur, une cheminée et deux salles voûtées d’ogives sont les seuls vestiges intéressants.

Un meneau est un élément structural vertical en pierre de taille, bois ou fer, qui divise la baie d’une fenêtre ou d’une porte. L’objectif principal du meneau est d’être un soutien structurel à un arc ou linteau au-dessus de cette ouverture.

A l’arrière de l’édifice se trouvaient des écuries ; sur la place du Vallat, une bâtisse réservée aux gardes, et une salle du conseil sur la zone bétonnée, à droite.

Entre 1782 et 1786, les tours seront arasées par l’abbé de cette période, afin d’y construire une toiture plus simple et plus économique. (Dans les années 1970, deux siècles plus tard, elles feront l’objet de travaux de restauration).

L’arase est le niveau supérieur d’un ouvrage de maçonnerie généralement bien aplani, servant de base pour la suite de la construction.

Araser : Mettre à un niveau commun en faisant disparaître les inégalités.

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

La Révolution française désigne une période de bouleversements sociaux et politiques de grande importance en France, dans ses colonies et en Europe à la fin du XVIIIème siècle. Sa durée s’étend entre l’ouverture des États généraux, le 5 mai 1789, et au plus tard du coup d’État de Napoléon Bonaparte le 9 novembre 1799 (18 brumaire de l’an VIII).

Avec la fin de l’abbaye (tous les monuments religieux sont réquisitionnés en biens nationaux et cédés à des particuliers), le château devient propriété de la commune ; il sera utilisé simultanément comme caserne et comme prison.

En 1824, le premier étage sera transformé en classes et logement d’instituteur, et accueillera la première école communale de garçons.

LE CHÂTEAU RESTAURÉ

En 1953, le château fut menacé de démolition. La municipalité avait en projet d’y construire sur son site un groupe scolaire. Mais il n’en fut rien et l’édifice sera restauré 20 ans plus tard.

En 1984, les dernières classes scolaires sont remplacées par un musée municipal et l’école de musique.

Depuis 2012, le rez-de-chaussée est utilisé par l’association « L’œil de la Salamandre », qui y présente un incroyable et captivant Musée des Croyances Populaires.

Ce musée affiche d’une manière ludique des récits et légendes d’hier et d’aujourd’hui. On y trouve des fantômes, des lutins ou loups-garous, des sorcières et des guérisseurs ; à vous d’interpréter ces légendes populaires…

Loup-garou, meneur de loup, diable revêtu d’une peau de loup, et autres créatures fantastiques locales...

Loup-garou, meneur de loup, diable revêtu d’une peau de loup, et autres créatures fantastiques locales…

Elles ont été recueillies auprès des anciens du pays du Velay. Les récits, les contes et légendes fantastiques, la sorcellerie, les médecines paysannes et superstitions, et les croyances ancestrales de la société rurale y sont exposés. Le tout est illustré par les 200 personnages, figurines et peintures de Patrice Rey, qui reprennent vie grâce à ses créations plastiques et théâtrales. Splendide travail d’artiste !

Bien souvent, lors des longues soirées d’hiver, nos anciens se réunissaient autour d’un feu, et se racontaient des vieilles histoires toutes aussi fantastiques les unes que les autres. C’est alors que surgissaient de la mémoire collective des personnages de fiction, des revenants, des loups-garous, des dames blanches, et des lutins. Tous ces récits fabuleux étaient fortement imprégnés de sorcellerie et de médecines paysannes. Nos aïeux cherchaient semble-t-il des explications à l’incertitude de leur existence, à leurs craintes, et à leurs malheurs. Mais peut-être aussi, au travers du rêve et de l’imaginaire, en l’espoir d’une vie meilleure.

Le reste du bâtiment est utilisé par les associations pour y pratiquer des activités socio-culturelles.

La cour du château accueille au mois d’août la plupart des concerts pendant le Festival des Cuivres du Monastier.

Sources : cet article repose en grande partie sur les détails et les explications fournis dans le guide pratique & touristique, en vente à l’Office de Tourisme, Place de Vallat, Le Monastier-sur-Gazeille.

 

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

Blason de la ville du Monastier sur Gazeille

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mialon dit :

    Beau résumé des trésors d un village où j ai passé les vacances de mon enfance !! Qui me donna ce goût jamais tari des grands espaces et de La Liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge