Les guerres de Vendée – La bataille du Mans

        Dieu-le-roi- 1                                                                                                                       Dieu-le-roi- 1

 

LES GUERRES DE VENDÉE

(1793-1796)

 

Drapeau de l'Armée Catholique et royale de Vendée

Drapeau de l’Armée Catholique et royale de Vendée

 

LA BATAILLE DU MANS

(Les 12 et 13 décembre 1793)

 

 BatailleduMans1793

 

SOMMAIRE

Prélude à un anéantissement ! Une semaine après leur défaite du 3 décembre à Angers, les « Blancs » sont victorieux au Mans. Mais l’armée républicaine, les « Bleus », encouragée par sa victoire à Angers et en supériorité numérique, se porte vers le Mans au-devant des Vendéens. La bataille qui s’ensuit est très violente, et voit la victoire des « Bleus ». Les royalistes, eux, sont anéantis : 50 % des effectifs en hommes périssent pendant le combat. Ce qui reste de l’armée Catholique et Royale prend désespérément la direction du sud pour traverser à nouveau la Loire. L’armée vendéenne est encore une fois victorieuse, à Laval, mais la « Virée de Galerne » prend fin sur un douloureux échec des « Blancs ».

 Dieu-le-roi

 

– Lire : Des origines  à l’étincelle

– Lire : La Vendée triomphante

– Lire : L’apogée

-Lire : La chute

-Lire : Le sursaut

– Lire : L’anéantissement

 

 Dieu-le-roi

CONTEXTE

La bataille du Mans,et les atrocités qui vont en découler, peut être considérée comme l’un des événements les plus tragiques de la Révolution. Les deux journées d’affrontements de la bataille mettent un terme à la « virée de Galerne ». Elles marquent aussi une étape incontestable dans la montée de la barbarie, la cruauté, et les moyens déployés par les forces républicaines pour anéantir les Vendéens. Ils seront d’une violence implacable et marqués d’une tâche de sang indélébile gravée à jamais dans les mémoires. Cet épisode est le prélude annonciateur, dix jours plus tard, du désastre de Savenay et de l’extermination de l’Armée catholique et royale.

 Dieu le roi

ÉVÈNEMENTS ANTÉRIEURS

 NOVEMBRE

GRANVILLE, UN POINT DE NON RETOUR !

Désorganisés et en plein doute, les Vendéens, malgré leur surnombre, demeurent impuissants à s’emparer de Granville. Or, la prise du port normand s’avère vitale.Elle représente l’aboutissement de la « Virée de Galerne », et doit permettre à la marine britannique de débarquer pour leur apporter aide et renforts. Mais les Anglais tardent à arriver. Dès lors, pour les Vendéens, la Virée de Galerne va tourner au cauchemar.
 

L’épisode de la « virée de Galerne »voit les insurgés vendéens essuyer un grave échec dans leur tentative pour s’emparer de Granville. Ce port en eaux profondes devait accueillir la flotte britannique avec ses soi-disant renforts. Mais l’escadre anglaise n’arrive pas. Déstabilisée et à cours de vivres, l’armée Catholique et royale se voit contrainte de rebrousser chemin. Ses forces, composées en majorité de paysans, désirent plus que tout retourner dans leurs foyers.

Le Vendéen

Le Vendéen

Les 13 et 14 : siège de Granville.

Échec des forces royalistes, les « Blancs », commandées par Henri de La Rochejaquelein et Jean-Nicolas Stofflet, face aux troupes républicaines, les « Bleus », placées sous les ordres d’André Pacifique Peyre (1743-1796) et  de François Vachot (1767-1796).

 

DÉCEMBRE

ANGERS, UN MINCE ESPOIR …

Sur la route des Vendéens se dresse la ville d’Angers. La décision est prise : il leur faut se rendre maîtres de la cité angevine… Cette dernière, bien organisée et fortifiée par les forces républicaines, résiste vaillamment. Les maints assauts des troupes royalistes demeurent vains ; les longues marches, les mauvaises conditions climatiques et les épidémies ont gravement affaibli les débris de cette armée Catholique et royale. Il faut renoncer à traverser la Loire, et se résigner à prendre la direction du Mans.

Le 3 : échec des « Blancs » devant Angers.

Défaite des forces royalistes commandées par les chefs vendéens Henri de La Rochejaquelein et Jean-Nicolas Stofflet, face à l’armée républicaine placée sous les ordres des généraux Louis Thévenet, dit Danican (1764-1848), Jean-Pierre Boucret (1764-1820), Michel de  Beaupuy (1755-1796), et Boüin de Marigny (né en 1766, mort lors du siège de la ville, frappé par un boulet de canon).

 

Henri de La Rochejaquelein

Henri de La Rochejaquelein

LE MANS, L’ULTIME REFUGE…

Après avoir subi un échec lors de sa tentative pour traverser la Loire, l’armée vendéenne est,  malgré tout, victorieuse le 8 lors de la bataille de la Flèche. Désorganisée, déroutée et avec sur ses arrières la cavalerie républicaine qui la talonne, elle se dirige vers Le Mans. Elle traîne avec elle des milliers de femmes, d’enfants et de blessés qui ralentissent dangereusement sa retraite. L’armée Catholique et royale, forte au départ de la « virée de Galerne » de 80 000 hommes, n’en dispose plus que de 40 000, dont 20 000 en état de combattre. Ils souffrent du froid, de la famine, et ses rangs sont décimés par la dysenterie, le typhus ou la fièvre putride. Désemparés, désorientés, ils essaient avant tout de se procurer de quoi se nourrir.

Dieu le roi

Le 10, les « Blancs », démoralisés, et ayant perdu une grande partie de leur équipement, parviennent à entrer victorieux dans Le Mans. La ville est investie, et les Vendéens peuvent se procurer des vivres et des vêtements chauds. Cependant, la maladie continue à faire des ravages, et les soldats, trop atteints, n’ont pas les forces nécessaires pour soutenir une attaque de l’ennemi. Or, l’avant-garde de François-Joseph Westermann est toute proche et se prépare à donner l’assaut.

 P1060152

LA BATAILLE

FORCES EN PRÉSENCE :

Drapeau de l'Armée Catholique et royale de Vendée

Pour les « Blancs » : de 15 000 à 18 000 hommes, 30 canons, et environ 20 000 non combattants (blessés, femmes et enfants).

COMMANDANTS : Henri de La Rochejaquelein, Jean-Nicolas Stofflet, Antoine-Philippe de la Trémoille, Henri Forestier (1775-1806), Bernard de Marigny, François Jean Hervé Lyrot (1732-1793), et Charles de Beaumont d’Autichamp (1770-1859).

index

Pour les « Bleus » : 20 000 hommes.

COMMANDANTS : François Séverin Marceau-Desgraviers, Jean-Baptiste Kléber, François-Joseph Westermann, François Muller (1764-1808), Jacques Louis François de Tilly (1749-1822), Henri-Pierre Delaage (1766-1840) et François Carpantier (1751-1813).

DÉROULEMENT

Le 12 décembre, dès le lever du soleil, les « Bleus » de l’avant-garde de François-Joseph Westermann avancent sur Le Mans. Placés sous les ordres des chefs vendéens Henri de La Rochejaquelein et Antoine-Philippe de la Trémoille, 3000 Chouans sont rapidement regroupés pour contenir l’assaut des Républicains et leur tendre un guet-apens dans un bois, non loin de la ville. La surprise est totale et la cavalerie de Westermann doit se retirer. Au même moment, les hommes de François Muller cèdent à l’affolement dès les premières cartouches tirées. Les forces républicaines sont malmenées et s’apprêtent à sonner la retraite. C’est alors que Jacques Delaistre de Tilly accourt sur le lieu de l’affrontement avec ses renforts. A leur tour, les « Blancs » cèdent à la panique, et, en pleine débâcle, ils tentent de trouver refuge à l’intérieur de la ville du Mans.

P1060125

François-Séverin Marceau-Desgraviers, général en chef des soldats républicains, se présente à son tour sur le champ de bataille. Il précède Jean-Baptiste Kléber et les soldats de l’armée de Mayence qui doivent prendre part au combat ultérieurement. Marceau–Desgraviers, qui a fait regrouper ses troupes à Cérans-Foullecourte, veut attendre que son armée soit au complet  avant de lancer l’attaque. Mais Westermann brûle d’impatience de porter l’estocade finale aux Vendéens et, sans plus attendre, se rue à l’assaut. Marceau se voit contraint de le suivre…

Sous la violence de l’attaque, les « Bleus » bousculent et chavirent toutes les barricades et lignes de défense placées sur leur chemin, et dans la soirée, parviennent à pénétrer dans la cité. C’est le chaos total ; les Vendéens, complètement désorientés, ne peuvent contenir la furia  républicaine. Durant toute la nuit, on assistera à des combats de rue impitoyables, sanglants et d’une sauvagerie inouïe.

Extrait du rapport écrit à chaud du citoyen Benaben, commissaire civil auprès des armées révolutionnaires : « Lorsque j’arrivai au Mans, j’y fus témoin de toutes les horreurs que peut présenter une ville prise d’assaut. Les soldats qui s’étaient répandus dans les maisons en tiraient les cadavres des femmes et des filles des brigands qu’ils avaient violées ; ils les portaient toutes nues dans les places ou dans les rues ; celles qui s’enfuyaient étaient aussi amenées dans ces mêmes endroits où elles étaient entassées et égorgées sur-le-champ à coups de fusil, à coups de baïonnettes ou à coups de sabre ; on les déshabillait ensuite toutes nues ainsi que celles qu’on apportait mortes et qui étaient vêtues, et on les étendait sur le dos, les jambes écartées, les pieds rapprochés du corps de manière que les jambes fussent pliées, et les genoux en l’air ; on appelait cela mettre en batterie ».

La Rochejaquelein, conscient que la partie est perdue et sans issue, ne pense qu’à protéger la retraite des survivants de son armée. Il va s’efforcer de rassembler quelques fuyards sur la route de Laval, la seule qui n’a pas été investie par les « Bleus ». Là, les Vendéens parviennent à installer 14 canons à la sortie de la ville ; ils peuvent ainsi protéger la fuite des soldats en déroute et tenir les « Bleus » à distance.

« Rien ne peut égaler la confusion et le désordre qui régnaient dans la ville, les rues étaient remplies de canons, caissons, voitures, équipages de tout espèce, qui encombraient l’armée. Une multitude de femmes et d’enfants cherchaient leurs parents et interrogeaient des gens qui ne leur répondaient qu’en les interrogeant eux-mêmes. On ne pouvait même réussir à se faire indiquer la route de Laval. Les hommes, les chevaux morts, remplissaient les rues, et on ne marchait que sur des cadavres, les cris des blessés, placés sur des voitures ou dans les maisons, comblaient la mesure de cette scène d’horreur. » Mémoires de Toussaint du Breil de Pontbriand.

Dieu le roi

L’armée vendéenne charrie avec elle des milliers de blessés, de femmes, d’enfants, de prêtres et de vieillards. Tous ces malheureux seront méthodiquement massacrés par les troupes républicaines. Ces dernières, empreintes de barbarie et de soif de tuer, vont, avec le soutien de la cavalerie, harceler les restes de l’armée Catholique et royale en pleine débâcle. Nonobstant, des milliers de Vendéens, sans armes pour la plupart, sont immobilisés dans la ville, et barricadés dans des abris de fortune. Des groupuscules disséminés de soldats « Blancs » regroupés en petits nombres résistent toujours. Leur courage et leur bravoure seront vains ; ils seront tous anéantis au lever du soleil, ensevelis sous les coups portés par l’artillerie du général François Carpantier. Sans faire de détail, les canonniers ouvrent le feu et pilonnent les bâtiments abritant les francs-tireurs qui s’y cachent. Des familles entières sont ainsi écrasées sous les décombres et réduites à néant. Le combat vire ensuite au carnage. N’écoutant que la fureur destructrice qui les emporte, les « Bleus » de la République vont se livrer à un véritable massacre. Les blessés, les femmes et les enfants, rescapés de la furia, qui s’étaient abrités dans les maisons, en sont expulsés et achevés dans les rues. Le général Marceau-Desgraviers parvient à épargner quelques malheureux prisonniers, mais ne peut empêcher la boucherie. Jean-Baptiste Kléber essaiera lui aussi de s’opposer à l’hécatombe, mais en vain.

P1060131

Dans ses mémoires, Kléber rapporte :« On ne saurait se figurer l’horrible carnage qui se fit ce jour-là, sans parler du grand nombre de prisonniers de tout sexe, de tout âge et de tout état qui tombèrent en notre pouvoir. »

 

PERTES HUMAINES

Dès le lendemain de la bataille, le 14 décembre, une commission est mise sur pied pour juger et condamner à mort les vendéens rescapés du carnage. Ces deux terribles journées de massacres extrêmes se solderont par de lourdes pertes humaines.

Drapeau de l'Armée Catholique et royale de Vendée

Pour les « Blancs »

D’après différents témoignages, on estime les pertes entre 15 000 et 20 000 morts (combattants et civils), 5000 dans la ville et 10 000 sur la route de Laval. A cela il faut rajouter entre 5000 et 10 000 prisonniers qui, selon toute probabilité, seront exécutés par les vainqueurs.

indexPour les « Bleus » :

On dénombre de 30 à 100 morts et de 150 à 400 blessés.

 Dieu le roi

UNE MÉMOIRE VIVACE

En 2009-2010, c’est en creusant les fondations du futur espace culturel des Jacobins que neuf charniers issus de la bataille du Mans furent mis à jour. La macabre découverte a fait ressurgir un douloureux passé qui, sans pudeur, nous a dévoilé des fosses communes où reposaient les corps de 159 personnes. Les fouilles entreprises ont fait apparaître les squelettes d’hommes, de femmes et de quelques enfants enterrés précipitamment. Cette sinistre exhumation de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), a été minutieusement contrôlée : « Certaines dépouilles possédaient encore des boutons de chemise et de culotte, boucles de bottes ou de guêtres, canifs, chapelets… recouverts d’une couche de chaux vive », expliquait alors le responsable de la fouille. De telles indications archéologiques vont permettre d’apporter des précisions, voire de modifier certains témoignages d’époque. Des analyses d’ADN ont été réalisées sur les dents et les ossements. Les résultats ont permis de découvrir qu’il s’agissait en majorité d’hommes.

Dieu-le-roi- 1

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge