La bataille de la Wilderness

                                                                                      

 

LA GUERRE DE SÉCESSION

(1861-1865)

LA BATAILLE DE LA WILDERNESS

Les 5 et 6 mai 1864

Bataille de la Wilderness

SOMMAIRE

La bataille de la Wilderness s’est déroulée du 5 au 6 mai 1864 dans la forêt de la Wilderness, en Virginie. Les armées en présence étaient commandées par le général nordiste Ulysses S. Grant et par le général sudiste Robert E. Lee.

Cette bataille (aussi appelée « bataille de la nature sauvage ») débute dans la confusion la plus totale. Les officiers doivent s’orienter à la boussole. Des unités s’égarent et, par faute de visibilité, tirent par mégarde sur leurs propres camarades. Mais le deuxième jour, les forces de l’Union parviennent à enfoncer le centre des lignes confédérées.

Inquiet, Lee voit avec soulagement la brigade texane du général John Gregg (1828-1864) se précipiter pour renforcer sa ligne. Les Texans résisteront jusqu’à l’arrivée des renforts.

A l’issue de la bataille, le bilan est lourd pour l’Union : les Confédérés ont enfoncé le flanc droit des positions nordistes, ils ont fait 600 prisonniers, dont deux généraux, et ont failli couper la ligne de ravitaillement de l’Armée du Potomac de Grant.

La première offensive de Grant se solde donc par un désastre : la bataille de la Wilderness lui a coûté 17 000 hommes.

De plus, un gigantesque incendie de broussaille se déclare pendant la nuit entre les deux positions retranchées ennemies. Les tirs de canons et de fusils mettent le feu à la forêt, et environ 200 blessés, qui ne pourront s’extirper des flammes, périront brûlés vifs.

CONTEXTE

Au cours de l’hiver 1863-1864, les armées belligérantes ont hiverné à quelques kilomètres de distance, séparées seulement par la « Rapidan River ». Dès le retour du printemps, le général Grant reprend l’offensive et tente sans succès de chasser Lee de ses positions. Mais ce dernier sait que le but de Grant est de l’entraîner dans la Wilderness (une zone forestière sauvage, impénétrable et dense de 180 km2, qui a déjà été le théâtre de sanglants affrontements lors de la bataille de Chancellorsville, un an plus tôt).

Alors que les Nordistes passent dans la Wilderness, Lee les laisse traverser la Rapidan River. Il veut pouvoir les attaquer de flanc. C’est ainsi que le 5 mai, les avant-gardes des deux armées se font face.

LA « RAPIDAN RIVER »

Longue de 142 km (88 miles), elle coule à travers le centre-nord de l’État de Virginie. C’est le plus grand affluent de la rivière Rappahannock. Les deux rivières convergent juste à l’ouest de la ville de Fredericksburg.

La « Rapidan River »

La « Rapidan River » commence à l’ouest de « Doubletop Mountain », dans le parc national de Shenandoah, où le « Mill Prong » rencontre le « Laurel Prong », à « Rapidan Camp », à environ 4,8 km au sud de « Big Meadows ».

Elle marque la frontière du comté d’Orange avec les comtés de Culpeper et de Madison. La rivière Rapidan a été le théâtre de violents combats pendant la guerre civile. Des sites historiques tels que Ely’s Ford, Chancellorsville, Brandy Station, Kelly’s Ford, et la bataille de la Wilderness se trouvent à proximité de son parcours.


ARMÉES EN PRÉSENCE

L’ARMÉE DU POTOMAC

Armée du Potomac

L’Armée du Potomac est la principale Armée de l’Union sur le théâtre oriental de la guerre de Sécession.

L’armée du Potomac

Lorsqu’éclate la Guerre Civile, en 1861, seule une partie de la Virginie fait sécession. Les comtés du Nord-Ouest (aujourd’hui l’État de Virginie-Occidentale) décident de rester fidèles à l’Union. L’État du Maryland, bien qu’esclavagiste, demeure également dans l’Union. Ainsi, une grande partie du cours du Potomac et de son estuaire forme la frontière séparant l’Union des États confédérés.

Les commandants :

– Le brigadier – général Irvin McDowell : commandant de l’armée et Département du Nord -Est de Virginie, du 27 mai au 25 juillet 1861.  

– Le Major – général George McClellan : commandant de la Division militaire du Potomac, et plus tard, de l’armée et du ministère du Potomac, du 26 juillet 1861 au 9 Novembre 1862.  

– Le Major – général Ambrose Burnside : commandant de l’armée du Potomac du 9 novembre 1862 au 26 Janvier 1863.  

– Le Major – général Joseph Hooker : commandant du ministère et de l’armée du Potomac du 26 janvier au 28 juin 1863.  

– Le Major-général George Meade : commandant de l’armée du Potomac du 28 juin 1863 au 28 Juin 1865.  

– Le Major-général John G. Parke : a eu le commandement temporaire pendant les absences de Meade à quatre reprises au cours de cette période.  

– Le lieutenant – général Ulysses S. Grant : général en chef de toutes les armées de l’Union. Il a placé son quartier général dans l’armée du Potomac, et a fourni les directions opérationnelles à Meade de mai 1864 à avril 1865.


L’ARMÉE DE VIRGINIE DU NORD

L’armée de Virginie du Nord

L’armée de Virginie du Nord était une armée des États confédérés d’Amérique durant la Guerre de Sécession. Au cours des opérations qui se déroulèrent dans l’Est pendant le conflit, elle représentait la force de frappe majeure de la Confédération.

L’armée de Virginie du Nord

Placée sous les ordres du général Robert E. Lee, cette armée se composait en majorité de soldats venant des États de Virginie, de Caroline Du Sud, de Caroline du Nord, et du Maryland. Certaines unités étaient issues d’États tels que l’Alabama, l’Arkansas, le Tennessee, et le Mississippi.

L’armée de Virginie du Nord occupait une position stratégique. Placée en limite de la ligne de séparation avec les États frontaliers, elle bloquait tout accès à la terre sacrée de Virginie, en faisant face aux États de l’Union et à l’armée nordiste du Potomac.

FORCES EN PRÉSENCE

Bataille de la Wilderness

POUR LE NORD

 

Les forces nordistes du général Ulysse S. Grant s’élèvent à 101 895 hommes.

Ulysses S. Grant’

– Le IIème Corps est commandé par le général de division Winfield S. Hancock.

– Le Vème Corps est commandé par le major général Gouverneur K. Warren.

– Le VIème Corps est commandé par le major général John Sedgwick.

– Le corps de cavalerie est commandé par le général de division Philip Sheridan,

– Le 5ème régiment de cavalerie de New York de la 3ème division est armé de carabines Spencer à sept coups, ainsi que la première brigade du Michigan.

 

Dans le Corps du général George Gordon Meade, on trouve des soldats qui ne dépendent à aucun des quatre corps. Ils appartiennent à la prévôté, à un petit groupe de gardes et d’infirmiers, et à des parties de l’artillerie non affectées à un corps.

– Le IXème Corps, est commandé par le général Ambrose Burnside. Seuls environ 6 000 hommes du IXème Corps sont des vétérans expérimentés.

POUR LE SUD

 

Les forces sudistes du général Robert E. Lee se montent à 61 025 hommes.

Robert Edward Lee

– Le premier corps est commandé par le général James Longstreet. C’est l’unité de combat d’élite de Robert E. Lee.

– Le deuxième corps est commandé par le général Richard S. Ewell.

– Le troisième corps est commandé par le général Ambrose Powell « AP » Hill.

– Le corps de cavalerie est commandé par le général de division James Ewell Brown « JEB » Stuart.