La paysannerie et la ruralité au Moyen Âge

CHRONIQUES MÉDIÉVALES

 

LA PAYSANNERIE ET LA RURALITÉ

AU MOYEN ÂGE

 

LIRE :

Les jours fériés au Moyen Âge

Le seigneur et son château

INTRODUCTION

Au Moyen Âge, les paysans représentent 90% de la population. Ils ont une existence difficile, faite du labeur harassant de la terre. Leur vie se borne aux fiefs du seigneur dont ils dépendent, près du château. Ils doivent travailler dur pour se nourrir, subvenir aux besoins de leur protecteur, résister aux maladies et épidémies (peste, choléra, etc…), aux disettes et bien sûr aux guerres récurrentes que se livrent les différents souverains du royaume. Leur espérance de vie excède rarement les 40 ans.

Agriculture médiévale Paysans au Moyen Âge

Agriculture médiévale Paysans au Moyen Âge

Il faudra attendre le 13ème siècle pour que le monde rural connaisse une lente amélioration de sa condition de vie.

LA SOCIÉTÉ PAYSANNE

L’on distingue deux sortes de paysans :

LES SERFS : paysans qui sont privés de leur liberté d’agir et de se déplacer à leur guise. Leurs droits sont limités, et leurs obligations importantes. Nombreux sont ceux qui travaillent sur la terre que s’est réservée le seigneur, aux champs ou aux jardins du château. Les serfs ont une existence insignifiante au sein de la communauté ; ils ne peuvent se marier en dehors de la seigneurie, ni la quitter, ni succéder à leur père sur la parcelle qu’il cultivait. Leurs enfants seront eux aussi serfs à leur tour.

 LES VILAINS : paysans libres de quitter le domaine. Nouveaux venus dans la population, ils défrichent et mettent en culture de nouvelles terres. Les taxes et les prestations dues sont plus faibles que pour les autres paysans. Le maître local voulant les garder à son service se montre moins strict. 

Où travaillent-ils ?

LA SEIGNEURIE

En ces temps reculés, les seigneurs possèdent des fiefs immenses et presque toutes les terres. Sur ces nombreuses dépendances vivent des hommes qui travaillent la terre, la cultivent, et qui construisent des villages tout autour du château, symbole de la puissance du maître des lieux. Le suzerain dispose de pouvoirs étendus : il dirige, assure la protection de ses sujets ; il se fait parfois juge, et gère son domaine (seigneurie). Aucune seigneurie ne se ressemble. Toutes sont différentes par leur superficie, leur importance et les rapports entre le seigneur et les villageois.

Afin de mieux administrer ses domaines, le seigneur regroupe ses paysans dans de petits villages et par foyer. Plusieurs générations d’individus d’une même famille vivent réunies dans une même cabane. Autour de la chaumière on trouve des jardins clos, et au-delà, les champs, les pâturages, et enfin la forêt. Il est à noter que les vieillards sont rares car l’espérance de vie est courte.

LA CHAUMIÈRE

Généralement, c’est une misérable masure construite en bois et en torchis, recouverte d’un toit de chaume. Cet abri précaire n’a la plupart du temps qu’une seule pièce ; les murs orbes ne disposent que de rares lucarnes sans vitres, que l’on ferme avec de simples volets de bois, la nuit tombée. Le sol est en terre battue. A l’intérieur, l’on trouve un mobilier spartiate ; des bancs, des coffres de rangements, quelquefois des escabeaux, et un lit recouvert d’une paillasse. Les plus pauvres couchent sur de la paille.

CHAUME : assemblage de paille de blé ou de seigle, parfois (selon les régions) de tiges de roseaux.

L’équipement est des plus sommaires. Comme ustensiles de ménage on utilise une poêle, des pots de différentes dimensions, des cuillers, des couteaux, et un croc pour suspendre le chaudron au-dessus de l’âtre. C’est dans cet environnement que vit le paysan. Exposé aux incertitudes du climat et au bon vouloir de son seigneur, il représente l’ultime maillon du monde médiéval.  

 

LA SURVIE

Parmi ce petit peuple de défavorisés, une organisation voit le jour. La culture potagère se répand ; c’est un des seuls moyens dont dispose le paysan pour lutter contre la famine et la disette. Aussi, dans chaque village, les maisons ont un jardin : c’est l’enclos, ou le « courtil ».

On y cultive des légumes, comme des fèves ou des choux, qui se rajouteront au pain et au lard des jours gras. On y trouve aussi des arbres fruitiers, quelques vignes, et des herbes médicinales. La nourriture habituelle est constituée de fromages, de lait caillé, de poisson salé, de pois, de haricots, de raves, d’oignons, de fruits, ainsi que de galettes cuites avec différentes farines mélangées. Au-delà des clôtures qui cernent les logis, on trouve les terres défrichées ou « coutures ». Sur ces parcelles, on y récolte des céréales, comme le blé et le seigle, des plantes textiles, comme le lin et quelquefois le chanvre. Dans les zones humides, on fait pousser de l’herbe qui, une fois coupée et séchée, produira du foin pour les longs et rigoureux hivers. D’autre part, les forêts, les bois, les landes, les marais et les étangs sont des propriétés privées qui appartiennent au seigneur. Les paysans sont autorisés à y faire paître leurs bêtes et collecter du bois mort pour se chauffer. Ils peuvent aussi ramasser les bruyères, les fougères, et les feuillages sur le sol, qui seront utilisés comme litières pour les animaux.

 

Agriculture au Moyen semences

Agriculture au Moyen semences

 

LES REVENUS FONCIERS DU SEIGNEUR

Les besoins et les nécessités des seigneurs sont réglementés par la « coutume ». Celle-ci peut varier d’une région à l’autre, quelquefois d’un domaine à l’autre. La terre est la propriété du seigneur. Dans la plupart des cas, ce dernier s’en attribue une part pour son exploitation personnelle : c’est la « réserve ». L’autre portion est répartie entre les paysans. Moyennant le payement d’une taxe, ces derniers se voient accorder des parcelles de terre, et sont soumis à la « corvée » pour l’entretien de la « réserve » seigneuriale.

LA COUTUME : « on appelle coutume les usages anciens et généraux ayant force de loi, qui forment le droit coutumier. La coutume est une source du droit, qui tire son autorité de l’acceptation implicite de toute la société ».

LA RÉSERVE : c’est la portion de territoire cultivée par des serfs (paysans non libres appartenant au seigneur), que le maître garde pour lui.

LA CORVÉE : La corvée est, au Moyen Âge, un travail non rémunéré ordonné par un souverain, un seigneur ou un maître, à ses sujets et ses subordonnés, qu’ils soient de statut libre ou non. Cette tâche est effectuée gratuitement sur le domaine seigneurial. C’est un engrenage essentiel du système politico-économique médiéval. Cet impôt non payé est issu de la pénurie de monnaie à cette époque.

 

Calendrier du Moyen Âge

Calendrier du Moyen Âge

LE CHAMPART : il représente un mélange de céréales (blé, orge, seigle) qui est semé et dont les grains servent à l’alimentation du bétail.

 

UNE MULTITUDE DE DROITS SEIGNEURIAUX

 

LE CHAMPART : impôt seigneurial prélevé en nature et proportionnel à la récolte. Il est retenu sur la moisson ou sur la vendange avant que l’exploitant ait récolté.

LE CENS : taxe payée en monnaie ou en nature sur les terres attribuées. Il disparaîtra, tout comme le servage, à la fin du Moyen Âge.

LA TAILLE : impôt direct apparu au 12ème siècle en échange de la protection fournie par le seigneur. Elle se substitue au service des armes dû par tout homme libre.

LA GABELLE : impôt indirect, très impopulaire, prélevé sur le sel. Cette taxe royale est en vigueur au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime.

LA DÎME : impôt prélevé sur le bétail et les récoltes, destiné à l’entretien du clergé. Il représente pour les paysans un dixième de leurs récoltes, et pour les artisans, un dixième de leur production.

LA DÎME SALADINE : destinée à financer les Croisades.

 

LA « DÎME SALADINE » DES DEUX CÔTES DE LA MANCHE

 EN FRANCE

Armes du royaume de France

C’est une fort désagréable nouvelle que le peuple du royaume de France découvre en ce mois de mars 1188. Philippe Auguste, afin de financer la Troisième Croisade, vient de lever un nouvel impôt, la « dîme saladine », une taxe écrasante pour les petites gens. Cette mesure fiscale instaurée par le monarque français va entraîner une série de protestations et de révoltes. Les plus virulentes seront conduites par le clergé. L’opposition de l’Eglise est instantanée et sans compromis. « La Croisades de Dieu » ne doit pas faire préjudice aux plus pauvres et aux plus démunis…

EN ANGLETERRE

Armes d'Angleterre

De l’autre côté de la Manche, le modèle anglais est plus intransigeant. Henri II, puis son fils Richard Cœur de Lion en 1189, ne reculeront pas : la « dîme saladine » est instaurée envers et contre tout. Cet impôt deviendra même une pièce essentielle du système fiscal anglais. D’ailleurs, plus tard en 1194, les sommes récoltées seront utilisées pour financer le prix de la rançon pour la liberté de Richard, alors retenu prisonnier en Autriche par Léopold V de Babenberg. A son tour, en 1207, son frère Jean sans Terre transformera cet impôt en une « taxe royale ».

EN ATTENDANT LES ENGRAIS ET LES PESTICIDES !

 

Les terres pauvres s’épuisent rapidement ; l’on ne connaît pas encore l’engrais. Pour y remédier, les paysans pratiquent la jachère. Ils laissent reposer les sols un an sur deux, parfois trois.  Les productions sont médiocres : quatre ou cinq grains récoltés pour un grain semé. Les rendements diminuent d’autant plus lors des sécheresses ou des épisodes pluvieux trop abondants.

JACHÈRE: terres en repos non ensemencées et non cultivées temporairement pour permettre la reconstitution de la fertilité des sols.

 

LA DÉFORESTATION, DÉJÀ…

 

A partir du 12ème siècle, sous le règne de Philippe Auguste, les grandes forêts d’Occident reculent face aux importants défrichements. De grandes clairières apparaissent et de nombreux villages naissent partout dans les espaces ainsi libérés. Les paysans, soudainement devenus à l’étroit dans leur « tenures » louées par le seigneur, cherchent à s’étendre et à augmenter la production de leurs parcelles cultivables.

 

LES TENURES : ce sont des parcelles de terre concédées par un seigneur à un non noble. Le suzerain n’accorde que la jouissance temporaire à l’exploitant et reste propriétaire de son patrimoine. Ces sols sont occupés et cultivés par un vilain (paysan libre) en contrepartie de redevances ou de corvées. (Terre concédée par le seigneur au « tenancier»).

 

Ces initiatives ne sont pas pour déplaire au seigneur. En favorisant ces entreprises, il accroît du même coup les terres soumises aux taxes et redevances. En outre, les champs conquis sur les forêts dégagent un sol riche rempli d’humus et fertilisé par les cendres des arbres arrachés et brûlés.

NOUVELLES CULTURES

Progressivement, la condition de vie du paysan prend un nouvel essor. De nouvelles méthodes de cultures apparaissent, avec l’introduction de céréales de printemps comme l’orge et l’avoine, ainsi que des légumineuses (pois, haricots…).

Fête de la vigne

Fête de la vigne

Les outils en fer remplacent les instruments en bois, et la charrue vient se substituer à « l’araire ».

ARAIRE : Instrument de labour ancien tracté par l’animal qui projette la terre sur les côtés du sillon, alors que la charrue, elle, retourne la terre.

L’apparition de forges dans les villages témoigne d’un net progrès du travail du fer (maréchal ferrant) et de celui de la métallurgie en général.

Tous ces grands projets de défrichement attirent de nombreux journaliers étrangers à la région. On les nomme « les hôtes ». Ils sont alléchés par les avantages qui leur sont alloués afin de les retenir sur place (redevances plus faibles, corvées réduites). Souhaitant une vie et des privilèges meilleurs, beaucoup de paysans sont tentés de quitter leur seigneur pour s’enrôler comme « hôtes ». Afin de juguler cette hémorragie de départs sur leurs terres, certains grands féodaux choisissent de diminuer les taxes et droits qui écrasent la paysannerie. Nonobstant, la destiné de ceux qui cultivent la terre ne sera pas plus enviable pour autant.  

« DES SERFS ET DES VILAINS»

Vers le début du 13ème siècle, les serfs représentent environ 20% de la population rurale. Certains descendent des grandes communautés d’esclaves qui œuvraient sur les grands domaines carolingiens. Les autres se sont soumis à l’asservissement par souci de sécurité. Ils sont la propriété du seigneur par lignée et n’ont aucune valeur juridique. Ils ne peuvent pas s’échapper ; le maître a le droit de les poursuivre et de les ramener. Outre la multitude de droits seigneuriaux qui assaille le monde rural en général, les paysans sont soumis à la « mainmorte » (prélèvement sur l’héritage), le « formariage » (redevance perçue en cas de mariage en dehors de la seigneurie), et le « chevage » (cens annuel en argent dû au seigneur par le serf).

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. JULIEN dit :

    Bonjour j’ai un doute sur cette affirmation « l’espérance de vie des paysans n’excède pas 40 ans et les vieillards sont rares ».
    L’ espérance de vie générale n’excédait pas 40 ans car le taux de mortalité infantile était très élevé et que beaucoup de bébés mourraient après la naissance, cela implique que toutes les classes d’age étaient représentées, Non ?

    • Jean Marie Borghino dit :

      Bonjour, certes vous avez raison, mais à cela il faut rajouter, les maladies, les épidémies, les guerres etc… C’est pour cette raison que mon chiffre tient compte de tous ces paramètres. Lorsque j’avance le chiffre de 40, je fais référence à tous ceux qui ont pu traverse sans dommages tous les fléaux de cette époque. Tout en sachant qu’en ces temps médiévaux, lorsqu’on atteignait l’âge de 40 ans, on était vieux. Je vous remercie pour votre message et de m’avoir lu.
      Cordialement.
      JMB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge