Les jours fériés au Moyen Âge

 

Danse au Moyen Âge

LES JOURS FÉRIÉS

AU MOYEN ÂGE

 

INTRODUCTION

En ces temps lointains, la société féodale est cadencée par toute une suite de fêtes populaires et religieuses. Le monde étant essentiellement rural, il convient aux gens de cette époque de s’adapter aux saisons et aux travaux des champs. Les rites chrétiens se mélangent alors aux traditions du petit peuple, avec des jeux et ripailles en tout genre, dans les villes et dans la France moyenâgeuse profonde. Les temps y sont durs, précaires et tous connaissent la fragilité de la vie.

Calendrier du Moyen Âge

Calendrier du Moyen Âge

LE DÉCOUPAGE  DU TEMPS, EN ATTENDANT LES « 35 HEURES » !

Les anciens fonctionnent avec l’heure solaire. Ce qui implique que les mois et les jours ont une durée irrégulière en fonction des différentes saisons. Les journées étant plus longues en été, la quantité de travail fournie est plus importante. D’ailleurs, au Moyen Âge, on ne se situe pas dans le temps par les heures qui s’écoulent, mais par les multiples prières qui régentent le quotidien :

Matines : première partie de l’office divin qui se dit au point du jour, voire au milieu de la nuit.

Laudes : seconde des heures canoniales, qui suit Matines, composée de psaumes et de cantiques à la louange de Dieu.

Primes : première heure de l’office du jour qui doit être dite au lever du jour, vers six heures du matin.

Tierces : heure canoniale qui se récite vers neuf heures (troisième heure du jour, entre prime et sexte).

Sextes (midi) : heure canoniale qui se récite vers midi (sixième heure du jour, entre tierce et none).

Nones : une des sept heures canoniales, qui se récite à la neuvième heure du jour, après sexte.

Vêpres : partie de l’office divin se situant entre nones et complies, et se célébrant dans l’après-midi ou autrefois le soir.

Complies : heure canoniale portant l’office divin à son achèvement, et venant après les vêpres.

Cuisine médiévale

Cuisine médiévale

 

QUELLES ÉTAIENT LES LIMITES DE LA JOURNÉE DE TRAVAIL ?

Les réglementations d’alors fixent le début au lever du soleil, ou dans l’heure qui suit. Pour un grand nombre de métiers, la mise en route du labeur est désignée avec le son de la corne annonçant la fin du guet de nuit. Par contre, l’arrêt du travail n’est pas le même pour toutes les corporations. Parfois, il ne se termine qu’à la tombée de la nuit, donc à une heure variable suivant les saisons. Souvent, il est annoncé par la cloche de l’église du village, qui sonne « complies ».

Moyen Âge

Moyen Âge

 

LE CHÔMAGE COMPLET!

En outre, le travail est arrêté lors des jours alloués au repos et aux célébrations des cérémonies religieuses. Il est donc défendu de travailler :

1- tous les dimanches de l’année (interdiction présente dans tous les registres des métiers ;  les contrevenants sont punis par de rudes sanctions).

2- tous les jours de fêtes religieuses (ces fêtes étant alors très nombreuses).

LES FÊTES RELIGIEUSES

 – L’Ascension et la fête des Apôtres.

– Le lundi de Pâques et la Pentecôte.

– Noël et les deux jours qui suivent Noël.

Calendrier des Saints

Calendrier des Saints

LES SAINTS

 – Janvier : Sainte Geneviève et l’Épiphanie
– Février : La Purification de la Sainte Vierge
– Mars : L’Annonciation
– Mai : Saint Jacques le Mineur et saint Philippe ; l’Invention de la Sainte Croix
– Juin : La Nativité de Saint Baptiste
– Juillet : Sainte Marie Madeleine ; Saint Jacques le Majeur et Saint Christophe
– Août : Saint Pierre ès-Liens ; Saint Laurent ; l’Assomption ; Saint Barthélemy
– Septembre : La Nativité de la Sainte Vierge ; l’Exaltation de la Sainte Croix
– Octobre : Saint Denis
– Novembre : La Toussaint et les Morts ; la Saint Martin
– Décembre : Saint Nicolas

Fête de la vigne

Fête de la vigne

En tout, environ 27 fêtes, auxquelles il se doit de rajouter une demi-douzaine d’autres, si l’on tient compte des chômages collectifs ou individuels. Ce qui porte annuellement  l’interruption du travail entre 80 et 85 jours.

En somme, lorsqu’on se penche sur ces données, on peut constater que l’artisan du Moyen Âge :

1- commence et termine son labeur avec le jour, pour une quantité de travail produite variable. Sa journée est donc parfois plus courte, ou parfois plus longue, que la journée du 20ème siècle.

2- produit dans une année un nombre de journées et d’heures de travail plutôt inférieur à celui que l’on exige de l’artisan du 20ème siècle.

En conclusion, dans les professions où le labeur débutait et se terminait avec le jour, sa durée variait, abstraction faite du temps des repas, de 7 à 8 heures en hiver à environ 14 heures en été. Pour de nombreux autres métiers, la journée s’étalait entre 8 et 9 heures en hiver à 12 heures en été. 

Les habitations au Moyen Âge

Les habitations au Moyen Âge

EN ATTENDANT LA RTT…

Le patron contrôle son activité à sa guise, et sa production peut varier. Mais l’absence de toute spéculation ou de surenchère, et la régularité de la demande, lui permettent de planifier son activité, sans toutefois être obligé d’exiger de l’ouvrier plus d’efforts que le nécessaire requis. La durée de travail de ce dernier est donc moins longue, son travail plus mesuré, moins nerveux, moins fatigant, plus soutenu, plus sérieux et plus minutieux.

Hiérarchie sociale

Hiérarchie sociale

Au Moyen Âge, près d’une journée sur trois est chômée ; il y a beaucoup de vacances et la majorité des fêtes sont catholiques, mais la coutume a gardé quelques rites d’origine païenne.

 

Dès lors qu’un semblant de vie collective s’amorce, qu’un embryon de société se construit, l’exigence d’établir des jalons précis dans le temps devient une nécessité afin de se rassembler pour célébrer. Les fêtes et réjouissances de toutes natures contribuent à l’unité de la société. Dès le haut moyen-âge, les autorités religieuses chrétiennes contrôleront un calendrier des jours de festivités. L’Église choisira ces dates lors des conciles.

 

LES FÊTES CATHOLIQUES

 Noël : le 25 décembre, on fête l’avènement du Christ.

Pour le peuple rural du royaume de France, la nouvelle année débute à Noël, quand les labours d’automne et les ensemencements de blé d’hiver sont terminés. C’est alors que commence une période de regroupement du foyer familial autour de l’âtre, et de festivités paysannes. Notons que de toutes les fêtes, Noël est la plus populaire. Les chaumières sont parées de houx et de branchages.

Veillée de Noël

Veillée de Noël

 

– Dans les coutumes provençales, au commencement du 13ème siècle, la crèche pastorale consacrée par saint François d’Assise se dresse près de l’âtre. Après l’incontournable messe de minuit, qui rassemble pieusement tout le village, le peuple réveillonne avant les jeux du lendemain.

– Dans le Nord, des combats de coqs sont organisés par les jeunes gens.

– Dans le Bourbonnais, l’on joue à la « Soule ». Ce genre de rugby, aux règles mal définies, voit les célibataires du pays affronter les hommes mariés dans un combat qui s’apparente bien souvent à des combats de rue. Puis s’ensuit, après trois jours de repos, la fête des Innocents.

– A l’église, ce sont les enfants de cœur qui ont le grand honneur de siéger à la place des prêtres autour de l’autel. Mais cette tradition va déclencher de nombreux abus et de franches rigolades dans les lieux saints, à tel point que cette coutume sera supprimée.

JANVIER

– Le 1er janvier est le jour de la Circoncision et du nom de Jésus ; depuis l’Antiquité il est aussi celui des étrennes.

L’Épiphanie, le Trémédi, (le treizième jour), c’est la fête des rois qui est honorée avec un faste singulier. Les paysans font bonne chère et tirent la fève (déjà) pour savoir qui sera le roi. C’est aussi une date où l’on paye ses taxes.

FÉVRIER

A la Chandeleur, les paysans rapportent de l’église le cierge béni. Il est précieusement transporté et gardé avec soin, et devra être allumé en cas d’alerte, d’orage, ou placé aux chevets des agonisants. 

DE LA BALEINE SÉCHÉE POUR RESPECTER LE JEÛNE

Carême : Quarante jours avant Pâques, le peuple est invité au partage, au jeûne et à la prière.

La durée des grandes festivités prend fin avec le Carême, très exécré du pauvre et du petit peuple. Il ne faut pas s’étonner si les jours précédents donnent lieu à des réjouissances, festins, bombances et danses plus ou moins dissipées.

Les étudiants de Montpellier pénètrent armés dans les habitations, pour y voler de la viande et jeter de la paille et des pierres sur les occupants. Cette agitation ne prendra fin qu’avec l’entrée dans la quarantaine du Carême. Mis à part le dimanche, les fidèles doivent s’abstenir de consommer de la viande, mais aussi généralement des œufs et du lait. Le jeûne se compose alors de harengs salés ou quelquefois de crapois (de la baleine séchée), le tout accompagné de pois secs et de fèves.

Crapois : nom que donnaient nos ancêtres aux cétacés, dauphins, marsouins, phoques et autres mammifères marins.

Le jeudi saint, ou le jeudi absolu, les évêques, rois, seigneurs et autres bons chrétiens, accueillent 12 pauvres (en mémoire des Apôtres), leur lavent les pieds et les invitent à festoyer à table. Mais on notera un énorme fossé entre l’intention et la pratique. Louis IX (Saint Louis), fidèle à cette tradition, tentera en vain de convaincre ses vassaux, plus que réservés.   

Pâques : Vers le début du printemps, on s’échange des œufs peints pour symboliser la fin des privations de l’hiver et du Carême.

C’est enfin le retour des réjouissances avec Pâques. L’on entend partout les cloches carillonner alors que se forment des cortèges de femmes reproduisant la procession au tombeau. Le jeûne se termine dans une ambiance qui frôle parfois les débordements licencieux. C’est ainsi que certaines villes comme Uzès chassent temporairement les « folles filles ou folles femmes », pour un laps de temps variant de 2 à 6 semaines.

LA BELLE SAISON ET LE TEMPS DES TOURNOIS

C’est le temps de la reprise des guerres, conflits et autres affrontements…

Si la paix règne alors, l’on organise des tournois où la noblesse locale et certains champions s’affrontent dans des reproductions de combats. Les paysans participent aux festivités, de même que les jongleurs, ménestrels, troubadours, acrobates, dompteurs de bêtes sauvages et autres commerçants d’armes et de tissus. Bien sûr, les ribauds et les mendiants de toutes sortes sont aussi de la fête.

Les tournois

Les tournois

Un des divertissements les plus prisés est la « Ronde ». Des jeunes gens plantent un arbre qu’ils décorent de guirlandes, puis dansent autour la « Carole », alors que d’autres s’empressent de colmater les cheminées des maris trompés. Le printemps finit en juin par le culte des saints vénérés, tels que le 24, Saint Jean-Baptiste et le 29, Saint Pierre et Saint Paul.

 L’ÉTÉ

C’est aussi la fin des réjouissances car c’est la saison des grands labeurs agricoles. Mais on note que les moissons et les vendanges sont encore le théâtre de festivités où les rituels païens se mélangent aux consécrations chrétiennes.

Paysan au Moyen Âge

Paysan au Moyen Âge

LA TOUSSAINT ET LA FÊTE  DES MORTS

Fête d’origine celte, instituée par Louis le Pieux. On fête tous les Saints, c’est-à-dire de la communauté des vivants et des morts. Le culte des morts étant profondément enraciné dans les coutumes populaires, il continue d’être célébré le 1er novembre. Cette fête des morts, qui a vu le jour en France, n’a jamais été officiellement attestée par l’Église. Au fil du temps, elle sera lentement adoptée dans toute la chrétienté occidentale.

 

 LES FÊTES PROFANES

 

LA FÊTE DES FOUS

Elle est solennisée le jour de Noël, ou le jour de l’An, ou encore de l’Épiphanie. Les domestiques se substituent à la place de leurs maîtres, l’ordre établi de la société est alors inversé et la religion est outragée.

Fête des Fous

Fête des Fous

LA FÊTE DE L’ÂNE

Elle est consacrée dans certaines villes la veille de Noël. En souvenir de la fuite en Égypte, une jeune fille tenant un enfant dans ses bras pénètre dans une église à dos d’âne. Pendant la messe, toutes les prières se terminent alors par « hi-han ». L’Église interdira promptement ces cérémonies, celles-ci prenant un caractère obscène.

La Fuite en Egypte

La Fuite en Égypte

LES MAIS 

Le 1er mai ou au cours du mois de mai, les jeunes hommes déposent des branches d’arbres devant les portes des maisons des jeunes filles à marier.

LA SAINT-JEAN

La fête de la Saint-Jean, qui est fixée le 24 juin dans le calendrier chrétien, est la fête de Saint Jean-Baptiste. La tradition veut qu’au moment des récoltes, dans la nuit du 23 au 24 juin, on allume un grand feu de joie à la tombée du jour. Les jeunes couples se tiennent par la main et sautent par-dessus le feu quand il est plus au moins consumé. Cette coutume puise ses racines dans des rites païens célébrant le solstice d’été. 

Fête de la Saint Jean

Fête de la Saint Jean

LA SAINT-MICHEL

Dès l’époque féodale, la Saint-Michel (le 29 septembre) est le jour où les paysans doivent s’acquitter de leurs taxes envers les seigneurs. Elle annonce une date majeure, en particulier pour les paysans, puisqu’elle marque la fin d’une année agricole. Cette fête, qui détermine pourtant le départ d’une nouvelle saison, n’a jamais eu le même engouement ni le même faste que Noël, Pâques, ou la Saint-Jean.

SAINT-MARTIN

Converti au christianisme, et évêque de Tours vers 370, il devient le Saint protecteur des Francs et de leur dynastie. La Saint-Martin précède l’Avent. 

« Tue ton cochon à la Saint-Martin et invite ton voisin », dit le dicton. C’est le 11 novembre que se fête la Saint-Martin, au moment où l’on festoie lors des réjouissances agricoles et des festivités paysannes. Elle correspond souvent au jour où l’on tue le cochon et l’oie grasse, en prévision de réserves pour les hivers rigoureux. Il est de tradition d’ériger des échafaudages ou mats de cocagne et d’y suspendre des victuailles, bœufs, porc, moutons et volailles, vivants ou dépecés, afin que des jeunes gens grimpent pour les décrocher.

UN CALENDRIER MÉDIÉVAL TRÈS COMPLIQUE

Un marchand ambulant qui parcourt le royaume de France vers 1250, a bien du mérite pour ne pas s’égarer dans les détours des dates. Si l’Église fait débuter la nouvelle année à Noël, il n’en est pas de même pour le calendrier civil qui dévoile de nombreuses anomalies. En effet, le 25 mars, dans le Midi, ainsi qu’en Champagne et en Lorraine, c’est l’Annonciation qui marque le Nouvel an. C’est encore différent dans l’Ouest, en Normandie et dans le Dauphiné, où c’est Noël. Les notaires de la Cour de France, eux, changent d’année à Pâques, Mais comme cette fête est variable dans le temps, certaines années ont 13 mois, alors que d’autres 11. Comment s’y retrouver ?

AVONS-NOUS LE CHOIX ?

Il convient de constater que notre ancêtre du Moyen Age, malgré la rudesse de la vie, avait un sens aigu de la fête. Il ne connaissait pas la notion de rentabilité, ni de productivité, et le temps ne lui était pas compté comme pour un ouvrier du 20ème siècle. Avait-il conscience de cette liberté, et était-elle préférable à la nôtre, même s’il ne mangeait pas tous les jours à sa faim ? Il semblerait qu’il y ait de nombreuses similitudes encore aujourd’hui entre notre société et cette époque-là. Mais saurions-nous prendre le temps de nous amuser, comme le faisait un paysan de la période féodale ? Ce n’est pas certain…

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge