Les Témoins du passé – L’Église Saint Pierre de Marols

LES TÉMOINS DU PASSE

index

ÉGLISE SAINT PIERRE

DE MAROLS

P1080385

Marols,

 

Blason de la ville de Marols

Blason de la ville de Marols

Loire

Blason du département de la Loire

Blason du département de la Loire

TYPE : église fortifiée.

CULTE : catholique romain.

PÉRIODE OU STYLE : roman et gothique.

DÉBUT DE LA CONSTRUCTION : 12ème siècle.

AGRANDISSEMENTS : 15ème,16ème et 17ème siècles.

PROPRIÉTAIRE : propriété de la commune de Marols.

PROTECTION :

– A l’exception de l’étage moderne qui couronne le clocher occidental, le monument fut classé sur la liste des Monuments Historiques par arrêté du 30 août 1911.

– Dans le clocher, une cloche en bronze datant de 1576 est également inscrite sur la liste des Monuments Historiques depuis le 25 janvier 1961.

– La porte fortifiée d’entrée du village fut inscrite par arrêté du 9 août 1941.

Porte fortifiée

Porte fortifiée

UN VILLAGE MÉDIÉVAL

Le nom de « Marols » vient probablement des racines celtiques « maros », mot qui se traduit par grand, et « ialo », qui signifie clairière.

 

Le village de Marols et son église fortifiée

Le village de Marols et son église fortifiée

Entrer dans Marols, c’est faire un bond dans le Moyen Âge, un véritable saut dans l’Histoire.  Le village dégage une ambiance unique, un charme incomparable que l’on retrouve au détour de chaque ruelle. Dans ce patrimoine protégé s’élève fièrement une église romane, remaniée gothique avec le temps, ce temps qui se mesure en siècles tant l’ampleur de la tâche paraît colossale. Des façades fortifiées, des poivrières, des mâchicoulis s’invitent à notre regard étonné d’hommes du 21ème siècle. L’âme de ces pierres semble toujours vivante, elle nous transmet son héritage, son passé, son Histoire… Le travail des bâtisseurs nous rappelle sans aucune demi-mesure une époque où il fallait se réfugier derrière des hauts murs, épais et protecteurs. C’était le temps des châteaux forts, ces forteresses imprenables qui devaient lutter contre les malheurs de la Guerre de Cent ans, et se prémunir des compagnies de routiers qui arpentaient alors les campagnes de France.

L’homme de cette époque semble bien frêle pour se protéger de tous ces maux, mais il a la foi, cette ferveur religieuse qui peut, pense-t-il, le préserver des maladies, des épidémies, de la peste noire… C’est alors toute la communauté des fidèles qui bâtit son église…

1 HISTORIQUE

Le village prend son essor au Moyen Âge, notamment parce qu’il est situé sur l’ancienne voie militaire romaine, la voie Bolène, qui raccordait Lyon à Toulouse en passant par Feurs. Cette route était également empruntée par les pèlerins et par les marchands qui rejoignaient le Puy-en-Velay, pour se diriger à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Une première annotation du village est mentionnée au 11ème siècle dans le cartulaire de Savigny. Marols est alors une modeste châtellenie montagnarde (seigneurie et juridiction d’un seigneur châtelain) ; cependant le territoire est riche en bois, en terre agricole et en pâtures.

Le Cartulaire de l’abbaye de Savigny est un recueil de chartes qui a été écrit par Ponce, abbé de Savigny, depuis 1111 jusqu’en 1140. C’est un des plus anciens monuments de l’histoire du Lyonnais. Il abonde en informations topographiques.

Le bourg de Marols devient une des châtellenies du Comté de Forez. Il fut construit sur un endroit stratégique, près de la forteresse de Montarcher, en bordure nord de la seigneurie allodiale de Saint Bonnet.

Allodial, qui concerne un alleu.

Alleu : fonds de terre, soit noble, soit roturier, exempt de tous les droits et devoirs féodaux.

Le village se forme au début du 12ème siècle ; les moines bénédictins venus de Saint-Romain-le-Puy fondent un petit prieuré avec une chapelle. Ces moines relèvent de l’abbaye lyonnaise d’Ainay. En 1291, on atteste la mention d’un château à Marols.

Le Comte et le prieur se partageaient la suzeraineté des lieux. Mais en 1291, Saint-Bonnet est acquis par Jean 1er. Marols est alors délaissé, et perd son importance stratégique. Au 14ème siècle, les capitaines châtelains de Marols s’en vont demeurer à Saint-Bonnet, abandonnant toute autorité au prieur.

Après une période prospère aux 12ème et 13ème siècles, le déclin arrive au milieu du 14ème siècle avec la Guerre de Cent Ans et la peste noire. C’est à cette époque-là que le village et l’église sont fortifiés.

Au 13ème siècle, les moines de l’abbaye d’Ainay cèdent la place aux chanoines de Saint-Just-de-Lyon, puisqu’elle lui est subordonnée.

En 1323, François de Saint-Priest, dit Chinard, devient le châtelain comtal de Saint-Bonnet-le-Château, Marols et Lavieu. Il est alors le conseiller du comte de Forez Jean 1er, puis de son fils Guy ou Guygues VII.

Le village est mis à sac durant les Guerres de religion. Le Baron des Adrets (1512/1513-1587) et ses forces protestantes s’emparent du village et incendient les maisons.

En 1696, Marols est rattaché à la châtellenie de Lavieu, qui comprend alors Lavieu, Margerie-Chantagret, Chazelles-sur-Lavieu, Lézinieux, Solémieux, Saint Jean de Soleymieux, Gumières, La Chaulme, Saint Clément, et Saint Anthème.

La châtellenie de Marols ne sera définitivement rattachée à Saint- Bonnet qu’en 1771.

En 1789, le village est sous l’autorité de la justice de Saint-Bonnet-le-Château.

En 2011, suite aux diverses restaurations effectuées, Marols se voit octroyé le titre de village de caractère.

En 2013, Marols devient également un village d’artistes où de nombreux peintres, sculpteurs et créateurs exposent leurs œuvres au sein du village.

2 – LES REMPARTS & LES FAÇADES FORTIFIÉES

3 – LA POTERNE

Il s’agit d’un passage dérobé dans les fortifications, qui permettait aux habitants de Marols de sortir ou d’entrer à l’insu de l’assiégeant. Elle est placée sous la protection des mâchicoulis et des meurtrières de la tour de défense.

4 – LA CROIX DES ARGNATS

Sur la droite de l’église se dresse la Croix des Argnats (argnats : nom donné en patois local pour désigner les furoncles et abcès). Le croisillon de cette croix est un des plus anciens duP1080393 département. Au cœur apparaît un motif en losange, également retrouvé sur des coffres appartenant à des moines Irlandais. En défrichant la région, ces derniers ont donné son nom au village, car Marols signifie petite clairière. Cette croix de guérison possède des protubérances appelées argnats. Les malades et autres pestiférés venaient la toucher et s’y frotter en espérant guérir de leurs maux.

En ces temps reculés, le village de Marols, comme beaucoup d’autres, a particulièrement souffert des épidémies de peste. Aujourd’hui encore, deux monuments témoignent de ce fléau : la chapelle Saint-Roch et la Croix des Argnats. (De 1347 à 1352, la peste noire a tué entre 30 et 50% de la population de l’Europe médiévale.)

5 – LA CHAPELLE SAINT-ROCH

Elle se trouve au cimetière communal. La chapelle Saint-Roch a été construite grâce à la générosité des habitants et de la famille d’Assier de Valinches. Sur le linteau du portail on distingue, sculptés, un bourdon de pèlerin, une bourse, une ancre de marine surmontée d’une croix, ainsi qu’une coquille de Saint Jacques. La chapelle a été édifiée au 17ème siècle afin de remercier Saint Roch pour la disparition de la peste.

L’ÉGLISE

1 – HISTORIQUE

D’origine romane, la modeste chapelle primitive du 12ème siècle a été agrandie du 16ème au 18ème siècle pour devenir une église. Des travaux de restauration ont été réalisés en 1973. L’église Saint Pierre de Marols représente un des rares exemples d’architectures religieuses dans la Loire. Le style de cet édifice, classé Monument Historique, a gardé son harmonie au cours des différentes périodes de construction.

Une première chapelle est édifiée au 12ème siècle, par des moines bénédictins arrivés du prieuré de Saint-Romain-le-Puy. Les incertitudes de la seconde moitié du 14ème siècle, causées par la Guerre de Cent ans et la peste noire, amènent les moines à assurer la protection de leur prieuré en le fortifiant. C’est ainsi qu’un donjon d’une vingtaine de mètres de hauteur voit le jour. Celui-ci, garni de mâchicoulis, est érigé sur le chevet de l’église ; il prend le nom de « Tour de Marols ». A sa base, la tour se dresse sur une large assise, permettant une meilleure visibilité et une plus grande efficacité de son système de défense. Les bénédictins agrandissent ensuite l’église en construisant l’actuelle nef, et renforcent les défenses extérieures avec l’apport de trois grands arcs sur chaque mur latéral.

 

2 – LE CLOCHER

Pour entrer dans l’église, on franchit un portail très sobre, daté du 16ème siècle.

 

3 -LA NEF

On y découvre un mélange de style roman et gothique. Cette curiosité architecturale témoigne des nombreux travaux de restauration de l’édifice.

La nef est constituée de quatre travées. La première est surmontée par une tribune. Celle-ci se caractérise par la présence, sur sa clef d’arc, d’un blason daté de 1657 et des initiales IHS.

Les trois autres travées sont couvertes par une voûte en berceau légèrement brisé.

 

 

4 – LE CHŒUR

La séparation de la nef vers le chœur est accentuée par la présence d’un arc brisé qui porte une « poutre de gloire ».

5 – LES COLLATÉRAUX

Les collatéraux, comme la nef, sont constitués de quatre travées couvertes par des voûtes à croisées d’ogives. Les clés de voûtes sont ornées de décors ou de blasons.

 

6 – LE PAVEMENT

7 – LES VITRAUX

A droite de la porte d’entrée se trouve un vitrail où figure le « travail obligatoire ». Celui-ci a été commandé et payé en 1946 par les Marolais, anciens combattants et prisonniers de retour de captivité. (Fait très exceptionnel en France.)

Vitrail évoquant le service du travail obligatoire

Vitrail évoquant le service du travail obligatoire

Dans le chœur se trouve le vitrail dessiné par Joël Môme, « L’arrivée de la colombe de la paix ». Une partie des vitraux date du 20ème siècle provient des ateliers de P. Dutruc.

Erreur ou volonté délibérée, le personnage dessiné sur ce vitrail possède deux pieds droits.

Blason de la ville de Marols

Blason de la ville de Marols

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge