Charles VI, le royaume démembré

LA GUERRE DE CENT ANS

De 1337 à 1453

Royaume d’Angleterre

Royaume de France

LES VALOIS DIRECTS

Armes des Valois

CHARLES VI « LE FOL »

Charles VI

LE ROYAUME DÉMEMBRÉ

Charles VI (dit « le Bien-Aimé », et, depuis le XIXème siècle, « le Fou » ou « le Fol ») naît à Paris le 3 décembre 1368, et meurt dans la même ville le 21 octobre 1422. Il est roi de France de 1380 jusqu’à sa mort. Fils du roi Charles V et de la reine Jeanne de Bourbon, il est le quatrième roi de la branche des Valois de la dynastie capétienne.

Charles VI

Il n’a que douze ans lorsqu’il monte sur le trône. Il hérite de son père d’un royaume certes en guerre, mais avec une situation militaire favorable. La plupart des possessions anglaises en France ont été reconquises.

Le jeune roi est d’abord placé sous la régence de ses oncles, les ducs de Bourgogne, d’Anjou, de Berry et de Bourbon. En 1388, alors âgé de 20 ans, il décide de se libérer de cette tutelle et de gouverner seul le royaume de France.

Le 17 juillet 1385, Charles VI de France épouse Isabeau de Bavière. De cette union naîtront douze enfants.

En 1392, Charles VI souffre de sa première crise de folie, et sa maladie l’écarte progressivement des affaires gouvernementales.

Charles VI frappé de démence dans la forêt du Mans

Ces épisodes d’instabilité mentale apparaissent de manière irrégulière et perturbent la cour. Pendant le reste de sa vie, les périodes de lucidité vont alterner avec les périodes de démence de plus en plus fréquentes, qui rendent le roi violent. Isabeau de Bavière se consacre alors à ses enfants tout en amassant une fortune personnelle ; son goût pour le luxe lui sera reproché.

Au cours du funeste « Bal des Ardents », organisé par la reine en 1393, le roi échappera de peu à la mort.

1393 – Le Bal des ardents

Isabeau de Bavière est nommée régente, mais n’a pas beaucoup d’influence politique. L’oncle du roi (le duc Philippe II de Bourgogne) et le frère du roi (le duc Louis d’Orléans) se disputent le pouvoir. La reine Isabeau sera soupçonnée d’avoir une liaison avec ce dernier.

Les négociations entre Henri V, Isabeau et les Bourguignons aboutissent en 1420 à la signature du désastreux traité de Troyes (le 21 mai 1420). Cet accord prive le dauphin de ses droits au trône, et garantit la couronne de France à Henri V le Plantagenêt, à la mort de Charles VI.

Lire :

Charles VI le fol, « Reconquêtes françaises ».

Charles VI le « Fol » et le bal des Ardents.

 

ÉVÉNEMENTS ANTÉRIEURS

1392

Le 5 août

Charles VI souffre de sa première crise de folie. Charles VI, qui est âgé de 24 ans, traverse la forêt du Mans à la tête de ses troupes. Le roi, que ses sujets surnomment « le Bien Aimé » pour les avoir délivrés des exactions de ses puissants oncles, entreprend une expédition contre le duc de Bretagne Jean IV, allié aux Anglais.

Soudain, un illuminé surgit devant le roi, saisit la bride de son cheval et lui crie : « Arrête, noble roi, tu es trahi ! »

Première crise de folie de Charles VI

Au même moment, la lance d’un soldat heurte un bouclier. Au bruit, le roi qui s’était assoupi sous l’effet de la chaleur, tire soudainement son épée et frappe violemment ses compagnons, et tente de tuer son frère Louis d’Orléans. Six chevaliers seront tués ; ses suivants mettront une heure à le retrouver et de le maîtriser…. Les Marmousets (conseillers de Charles VI de France) sont renvoyés par les oncles du roi. Louis d’Orléans et le duc de Bourgogne (Philippe II le Hardi) prennent la direction du pouvoir. Dorénavant, la reine Isabeau de Bavière présidera le conseil de régence.

1393

Le 28 janvier

Le « bal des ardents » : au cours d’une fête organisée par la reine Isabeau à l’Hôtel Saint-Pol, le roi Charles VI manque de périr brûlé vif.

Le bal des Ardents

Le 28 avril

La Trêve de Leulinghem est négociée entre la France et l’Angleterre.

Charles VI de France, souffrant de ses crises de démence, est représenté par lors des négociations avec les Anglais à Leulinghem. Richard II d’Angleterre désirait instaurer la paix entre les deux

Le mariage d’Isabelle de France avec Richard II d’Angleterre

royaumes. Au cours de cette négociation, il est prévu de remettre Cherbourg à la France et de marier Isabelle de France à Richard II.

Cet accord de paix provisoire donne aux Anglais le port de Calais, qu’ils occupent déjà, et le duché d’Aquitaine, qu’ils ont perdu en grande partie. C’est Jean de Gand qui en hérite ; celui-ci a été élevé au rang de duc d’Aquitaine à vie.

 

 

 

Jean de Gand

Jean de Gand, duc de Lancastre (6 mars 1340-3 février 1399), est un noble anglais et membre de la maison Plantagenêt. Il est le troisième fils du roi Édouard III et de la reine Philippa de Hainaut.

1394

En avril

Soulèvement en Aquitaine. La population proclame sa loyauté envers la couronne d’Angleterre, et rejette la création d’une dynastie indépendante dans le duché.

1396

En mars

Les négociations de paix aboutissent à une trêve de 28 ans. Les deux belligérants s’engagent à ne pas reprendre les armes avant au moins une génération. L’accord est scellé par le mariage entre Richard II d’Angleterre et une fille de Charles VI, Isabelle.

Le 3 novembre

Richard II d’Angleterre épouse Isabelle de Valois, la fille de Charles VI de France et d’Isabeau de Bavière.

1399-1414 : LES GUERRES CIVILES

1399

Le 3 février

Jean de Gand, duc de Lancastre, meurt dans son château de Leicester. Il sera inhumé en la cathédrale Saint-Paul de Londres.

En mai

Henri de Lancastre (fils aîné de feu Jean de Gand) se rebelle contre le roi d’Angleterre Richard II, qui l’a banni. Depuis la France, il met sur pied un coup de force contre la couronne d’Angleterre.

Le 4 juillet

Alors que Richard II mène une expédition en Irlande, Henri de Lancastre saisit l’opportunité pour débarquer sur le sol anglais. Il vient réclamer ses droits fonciers héréditaires, et entreprend de rassembler tous les opposants au roi. Il reçoit le soutien des autres seigneurs, et contraint Richard II à abdiquer à son retour d’Irlande. L’Angleterre entre dans une période de troubles et de rivalités politiques.

En octobre

Henri de Lancastre dépose son cousin Richard II, et monte sur le trône d’Angleterre sous le nom d’Henry IV. Le dernier souverain Plantagenêt disparaîtra en prison dans des circonstances mystérieuses.

Henri IV duc de Lancastre, vers 1402

1400

Le 14 février

Richard II d’Angleterre est assassiné au château de Pontefract (Yorkshire de l’Ouest). Son épouse, Isabelle de Valois (fille de Charles VI), est renvoyée en France sans ses bijoux ni sa dot. Tout sera confisqué au titre du solde non payé de la rançon du roi Jean II le Bon.

Le 23 février

Henry IV envahit l’Écosse.

Le 19 septembre

Henri IV d’Angleterre se rend dans le pays de Galles pour réprimer la rébellion des Gallois, alliés aux Français et aux Écossais.

1401

Le 6 novembre

Une coalition se forme contre le duc Louis d’Orléans entre la reine Isabeau de Bavière et les ducs de Berry et de Bourgogne.

JEAN Ier, DUC DE BERRY

Jean de Berry naît le 30 novembre 1340 à Vincennes, et meurt à Paris le 15 juin 1416. Il est le troisième fils du roi de France Jean II, dit « le Bon », et de Bonne de Luxembourg.

Ce prince français jouera un rôle politique important dans le royaume de France, au cours des règnes de son frère Charles V et de son neveu Charles VI, dit « le Fol ».

Le duc de Berry

Il sera à la tête d’un grand domaine qui comprendra notamment le duché de Berry, le duché d’Auvergne, et le comté de Poitou.

Le duc Jean de Berry fastueux banquet.

Il est apanagé (apanage : bien exclusif, privilège) par son père, qui le fait Comte-Pair de Poitou en juin 1357, puis 1er Duc-Pair de Berry en octobre 1360.

Après la terrible et désastreuse défaite de Poitiers, où son père est capturé et fait prisonnier, il est échangé contre la libération de celui-ci, et donné en otage aux Anglais. Il restera captif en Angleterre jusqu’en 1367.

En 1369, il reçoit de son frère Charles V (par spoliation de Jean II d’Auvergne) les comtés d’Auvergne et de Boulogne, et de 1404 à 1416 celui de Montpensier.

Blason du duché de Berry

1403

Henry IV de Lancastre, le nouveau monarque anglais, a de grosses difficultés pour affirmer son pouvoir dans son royaume. Il doit affronter une coalition menée par deux anciens alliés : les Percy père et fils.

1403

Le 21 juillet

Henri IV d’Angleterre est victorieux à la bataille de Shrewsbury contre la famille Percy.

1404

Le 27 avril

A la mort de Philippe le Hardi, son fils Jean Sans Peur accède au titre de duc de Bourgogne. Il s’oppose à Louis d’Orléans (frère cadet du roi Charles VI et amant de la reine Isabeau de Bavière). Les luttes intestines entre les puissants qui dirigent le royaume de France pendant la folie du roi Charles VI vont prendre une tournure dramatique.

Jean sans Peur

Henri IV d’Angleterre va se saisir de cette opportunité et profiter de la rivalité entre les deux partis pour préparer la guerre contre la France.

1406

Le 1er mars

Le Parlement d’Angleterre en réunion refuse d’octroyer des subsides au roi. L’autorité d’Henri IV d’Angleterre s’en trouve affaiblie.

1407

Les 23 et 24 novembre

Jean sans Peur fait assassiner rue Barbette à Paris, son cousin Louis, duc d’Orléans, frère cadet du roi Charles VI le Fou. Le meurtre est organisé par des hommes de main, déguisés en une bande de malfrats masqués, menés par Raoul d’Octonville. Cet acte sera le casus belli (acte de nature à motiver une déclaration de guerre) qui va entraîner la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

ARMAGNACS : partisans de Louis, duc d’Orléans.

BOURGUIGNONS : partisans de Jean sans Peur, duc de Bourgogne.

1408

Le 28 février

Jean sans Peur entre triomphalement dans Paris.

1409

Le 9 mars

La paix de Chartres est signée entre Armagnacs et Bourguignons.

Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons

1410

Le 15 avril

Le traité de Gien (Loiret) organise la coalition des Armagnacs. Celle-ci décide de lever en commun des troupes en vue de combattre le duc de Bourgogne. C’est la reprise de la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons en France, chaque parti luttant pour son influence auprès de la couronne.

Le 10 octobre

Les Armagnacs font leur première démonstration de force devant Paris.

Le 2 novembre

La paix de Bicêtre est signée dans la demeure de Jean de Berry, à Bicêtre, près de Paris, entre Armagnacs et Bourguignons. Cette paix stipule que les princes des deux partis doivent retourner dans leurs terres, et ne pourront revenir dans Paris qu’avec le consentement du roi Charles VI de France.

1411

Un petit contingent de deux mille Anglais vient prêter main forte au duc de Bourgogne. En retour, celui-ci leur promet Dunkerque et la Normandie.

Le 23 octobre

Jean sans Peur entre dans Paris.

Les 8 et 9 novembre

A Saint-Cloud, Jean sans Peur, duc de Bourgogne, est victorieux de l’armée des écorcheurs. Massacre de nombreux Armagnacs par les Bourguignons dans les environs de Paris.

1412

Le 8 mai

Armes de Thomas de Lancaster

Thomas de Lancaster, duc de Clarence, fait alliance avec les Bourguignons.

La bataille de Baugé, lors de laquelle Thomas de Lancastre est tué.

Début du soutien bourguignon à l’Angleterre pendant la Guerre de Cent Ans.

Le 18 mai

Changement d’alliance : Henry IV d’Angleterre négocie avec le camp des Armagnacs. La signature d’un traité à Bourges avec les ducs d’Orléans, de Bourbon et de Berry lui laisse entrevoir une possible restauration du grand duché aquitain d’Aliénor.

Le 11 juin

Charles VI met le siège devant Bourges. La ville est tenue par le duc de Berry et plusieurs chefs du parti Armagnac.

Le 10 août

Bourguignons et Armagnacs font la paix, et font le serment de laisser l’Anglais hors de leur querelle.

Mais il est trop tard. Thomas de Lancastre, deuxième fils de Henri IV d’Angleterre, débarque dans le Cotentin, à Saint-Vaast-la-Hougue. Il prend la tête de la première chevauchée anglaise à travers la France depuis 1380. Ses troupes dévastent la Basse-Normandie et l’Anjou.

Il négocie son départ contre une forte indemnité, avant de rejoindre Bordeaux à l’automne. Il prendra soin de piller toute la contrée sur son parcours.

1413

Le 20 mars

Le roi Henry IV meurt. Son fils aîné Henry V lui succède.

Dans l’entourage du roi, de nombreux contemporains ont affirmé qu’il était atteint de la lèpre. Il subira de nombreuses attaques : en juin 1405, en avril 1406, en juin 1408, durant l’hiver 1408-1409, en décembre 1412, et la dernière, qui lui sera fatale, en mars 1413.

Le puissant monarque souffre aussi de paranoïa. Pour lui, cette maladie est une punition divine ; en 1405, fait exécuter l’archevêque d’York.

Quelques années plus tôt, une prophétie avait dit que le roi Henry mourrait à Jérusalem. A la cour d’Angleterre, on était sûr, tout comme le roi, qu’il mourrait en croisade. Mais la réalité sera tout autre et bien plus surprenante. En effet, Henry IV s’éteindra à Londres, dans la « chambre de Jérusalem », située à l’intérieur de l’abbaye de Westminster.

Tombe de Henri IV d’Angleterre (cathédrale de Canterbury).

Son gisant se trouve dans la cathédrale de Canterbury.

Le 9 avril

Henry V est couronné roi d’Angleterre.

Henri V

1414

Le 23 janvier

Jean sans Peur, duc de Bourgogne, quitte Lille pour Paris.

Jean Ier de Bourgogne, dit « Jean sans Peur », naît le 28 mai 1371 à Dijon, et meurt assassiné le 10 septembre 1419 à Montereau. C’est un prince de la maison

Jean Ier de Bourgogne dit Jean sans Peur

capétienne de Valois. Il est le fils aîné du duc Philippe II de Bourgogne (dit « Philippe le Hardi ») et de Marguerite III de Flandre.

 

Jean sans Peur

Il est le frère aîné d’Antoine de Bourgogne (1384 – 1415) et de Philippe de Bourgogne (1389 – 1415), tous deux morts au combat à la bataille d’Azincourt le 25 octobre 1415.

 

Jean sans Peur est comte de Nevers en 1384 (comté qu’il cédera à son frère Philippe en 1404), lorsqu’il hérite de son père le duché de Bourgogne.

Jean sans Peur

 

De 1404 à sa mort, il sera duc de Bourgogne, comte de Flandre, d’Artois et de Bourgogne palatine, et seigneur de Salins et de Malines.

L’assassinat de Jean Ier de Bourgogne au pont de Montereau.

Il meurt assassiné le 10 septembre 1419, à l’occasion de son entrevue avec le dauphin (le futur Charles VII), à Montereau-Fault-Yonne.

Le 9 février

Jean sans Peur est devant Paris à la tête de ses troupes.

10 février

Jean sans Peur est banni par le conseil du roi de France.

Le 4 avril

Charles VI de France quitte Paris. Il est rejoint à Senlis par le Dauphin Louis de Guyenne et les chefs Armagnacs. Tous deux rassemblent leurs troupes et partent combattre contre les Bourguignons.

Louis de France, duc de Guyenne, naît le 22 janvier 1397 et meurt le 18 décembre 1415. Il est le fils de Charles VI, roi de France, et d’Isabeau de Bavière, et troisième

Louis de France, duc de Guyenne

dauphin de France du règne de Charles VI.

Durant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, il prend d’abord le parti des Armagnacs, puis celui des Bourguignons.

Armes du dauphin Louis de Guyenne

Jean de Touraine, son frère cadet, lui succèdera comme dauphin.

Le 7 mai

Charles VI et son fils le Dauphin prennent Compiègne et Noyon, et mettent le siège devant Soissons.

Le 21 mai

Les troupes du roi de France saccagent Soissons. Le duc de Nevers se soumet.

Le 23 mai

Henry V, le roi d’Angleterre nouvellement couronné, revendique « son héritage » sur le sol français. C’est-à-dire les possessions anglaises sur le continent, ce qui représente environ la moitié du pays.

Henry V fait alliance avec les Bourguignons (le parti qui est alors en situation d’infériorité).

Par le traité de Leicester, Henri V d’Angleterre conclut une alliance offensive et défensive avec Jean sans Peur, duc de Bourgogne.

Le 4 septembre

Les deux factions, Armagnacs et Bourguignons signent la paix d’Arras.

Le 22 septembre

Le roi Charles VI de France nomme son fils Louis de Guyenne gouverneur général des finances. Le Dauphin entre en conflit avec les Armagnacs.

1415-1422 : INVASIONS ANGLAISES

1415

En juillet

Le gouvernement français, régenté par les Armagnacs, fait des propositions que le roi d’Angleterre, Henry V, estime insuffisantes. La rupture entre les deux royaumes est officielle.

Les 13 et 14 août

Les Anglais débarquent au Chef-de-Caux, dans l’estuaire de la Seine, à l’ouest du Havre (un nœud vital pour le commerce et les communications dont dépend Paris). Les forces sont impressionnantes : 1 400 navires, de l’artillerie, et un total de 30 000 hommes. Harfleur est assiégée.

Le 14 septembre

Harfleur capitule après un siège d’un mois. Les habitants du port fortifié sont abattus. N’ayant reçu aucun renfort, et épuisés par une épidémie de dysenterie, il se rendent à Henry V, le monarque anglais. Celui-ci établira une garnison provisoire pour occuper la cité, en attendant d’y installer des colons anglais.

Le 25 octobre

L’armée, réunie par le gouvernement des Armagnacs, se lance à l’attaque des Anglais à Azincourt, dans l’Artois. C’est un terrible massacre. Toute la chevalerie Française tombera sous les flèches des archers anglais ; une fois de plus ; comme à Crécy.

AZINCOURT, LE DÉSASTRE DE TROP …

L’armée française de Charles VI, forte d’environ 10 000 à 15 000 hommes, est écrasée à la bataille d’Azincourt par les 9000 hommes de troupes d’Henri V d’Angleterre. Les pertes s’élèvent à près de 6000 morts et 2200 prisonniers côté français, et 600 morts, dont 13 chevaliers, du côté anglais. Cette bataille affirmera la supériorité de la stratégie anglaise basée sur l’utilisation des archers, face à la lourde cavalerie des chevaliers français.

À la suite de la bataille, Charles d’Orléans échappe au carnage, contrairement à ses compagnons d’armes qui seront tous égorgés. Il sera fait prisonnier du roi d’Angleterre et le restera 25 ans.

Armes de Charles d’Orleans.

Le 18 décembre

Le dauphin Louis de France, duc de Guyenne, fils de Charles VI, meurt soudainement à dix-huit ans, quelques semaines après la bataille d’Azincourt où il n’était pas présent.

1416

Le 15 juin

Jean de Berry meurt. Son apanage revient à la couronne de France.

Le duc de Berry

Le 15 août

Nouvelle bataille navale, cette fois à Chef-de-Caux, et nouvelle défaite des navires français dans l’estuaire de la Seine.

Chroniques d’Angleterre, bataille navale de Chef-de-Caux

En octobre

Un traité entre Jean sans Peur et le roi Henri V est en projet, par lequel le duc de Bourgogne reconnaît le roi d’Angleterre comme futur roi de France.

1417

Le 28 mars

Saint-Lô se rend sans combattre aux troupes anglaises d’Henri V, commandées par le duc de Gloucester. Saint-Lô restera anglaise jusqu’en 1449.

Humphrey de Lancastre naît le 3 octobre 1390 et meurt le 23 février 1447. Il fut comte de Pembroke et duc de Gloucester de 1414 à 1447. Il est le dernier fils du roi d’Angleterre Henri IV.

Humphrey de Lancastre – duc de Gloucester

En 1415, à la bataille d’Azincourt, il combat aux côtés de son frère aîné Henri V.

Après la mort d’Henri V en 1422, il devient, avec son frère Jean de Lancastre, Lord Protecteur du jeune roi Henri VI jusqu’à sa majorité, en 1437.

Le 5 avril

Le dauphin Jean de France, duc de Touraine, meurt. Son frère Charles de Ponthieu (le futur Charles VII) est reconnu comme héritier du trône de France.

Le 17 mai

Le dauphin Charles de Ponthieu obtient le duché de Berry.

Le 14 juin

Le dauphin Charles est nommé lieutenant général du royaume de France.

Le 1er août

Henri V d’Angleterre débarque avec son armée à l’embouchure de la Touques (aujourd’hui Trouville-sur-Mer). Il entreprend aussitôt la conquête de la Normandie.

Le 4 septembre

La ville de Caen tombe aux mains des Anglais. Henri V d’Angleterre met le siège devant la citadelle où s’est réfugiée la garnison.

Le 19 septembre

La cité de Bayeux se rend aux troupes d’Henri V d’Angleterre.

Le château de Caen capitule. Henri V y installe son quartier général.

Le 18 octobre

Alençon tombe entre les mains des Anglais.

Le 20 décembre

La ville de Falaise capitule.

1418

Le 29 mai

Jean sans Peur, duc de Bourgogne, s’empare de Paris : dans la nuit du 28 au 29 mai, un dénommé Perrinet Le Clair ouvre la porte Saint-Germain à Jean de Villiers de L’Isle-Adam, un capitaine bourguignon.

Jean de Villiers de L’Isle-Adam (1384-1437), seigneur de L’Isle-Adam, fut un maréchal de France, gouverneur de Paris et gouverneur de Bruges, puis chevalier de la Toison d’or.

Jean de Villiers de L’Isle-Adam,

Il joua un grand rôle dans la prise de Paris et dans le massacre des Armagnacs qui s’ensuivit en 1418. Il fut assassiné le 22 mai 1437 par la population lors des Vêpres brugeoises.

Le 1er juin

Le dauphin Charles s’enfuit de Paris pour aller se réfugier à Bourges.

Le 12 juin

Massacres en série de deux mille personnes dans Paris : les bouchers de la capitale forcent les portes des prisons et égorgent tous les Armagnacs détenus, dont Bernard VII d’Armagnac (chef du parti des Armagnacs, soutient du roi de France, Charles VI).

Le 24 juin

Le dauphin Charles de Ponthieu s’octroie le titre de régent du royaume de France.

Le 14 juillet

Isabeau de Bavière et Jean Ier de Bourgogne (dit Jean sans Peur) entrent à Paris.

Le 29 juillet

Les Anglais commencent le siège de Rouen. Celui-ci s’achèvera le 19 janvier 1419.

Le siège de Rouen

Du 21 au 30 août

Paris est le théâtre de nouveaux massacres d’Armagnacs à la Bastille, et dans les prisons de la capitale.

Le 22 août

La ville de Cherbourg se rend aux Anglais.

1419

En été

Henry V a conquis toute la Normandie. Le temps des « chevauchées » est révolu. A la tête des territoires vaincus, il nomme des hommes fidèles, français ou anglais.

28 juillet

Bien que la ville soit puissamment fortifiée, les Anglais s’emparent de Pontoise.

Le 10 septembre

Jean sans Peur est assassiné le 10 septembre 1419, à l’occasion de son entrevue avec le dauphin à Montereau-Fault-Yonne.

Le dauphin Charles (le futur Charles VII), qui a pris la tête des Armagnacs, rencontre son grand adversaire Jean sans Peur à Montereau. Cette entrevue, qui se voulait être celle de la concorde entre les deux hommes, vire au cauchemar pour le duc de Bourgogne, qui sera poignardé.

1420

Le 21 mai

Suite à l’assassinat de Jean sans Peur, son fils Philippe le Bon, le nouveau duc de Bourgogne, pactise avec les Anglais.

Philippe le Bon

Allié à la reine Isabeau de Bavière, il signe avec Henry V le désastreux traité de Troyes. Par cet accord, le roi d’Angleterre devient l’héritier de la couronne de France, et le régent jusqu’à la mort du roi Charles VI le « Fol ».

Le Dauphin Charles est déclaré bâtard par sa mère, la reine Isabeau de Bavière. Il refuse le traité de Troyes, et cherche le soutien du centre et du sud de la France.

Le 2 juin

Pour consolider ce traité, Henry V prend pour épouse, à Troyes, Catherine de France, la fille de Charles VI et d’Isabeau de Bavière (mariage prévu par le traité de Troyes).

1421

Le 22 mars

Le frère du roi Henry V d’Angleterre, Thomas de Lancastre, est tué à la bataille de Baugé, en Anjou.

LA BATAILLE DE BAUGE Victoire des armées franco-écossaises de Motier de la Fayette et du comte écossais John Stuart de Buchan, face à l’armée anglaise du duc de Clarence.

La bataille de Baugé, lors de laquelle Thomas de Lancastre est tué.

Cette bataille est la première défaite anglaise en bataille rangée depuis Azincourt, en 1415.

1422

Le 22 avril

Le dauphin Charles (futur Charles VII) épouse Marie d’Anjou à Bourges.

Le 2 mai

Les Anglais s’emparent de Meaux.

Le 31 août

Henry V meurt au château de Vincennes.

Le 1er septembre

C’est le début du règne du jeune Henri VI d’Angleterre ; il est âgé de neuf mois, et hérite de la double monarchie. La tutelle est assurée par Humphrey de Lancastre, duc de Gloucester, le frère du roi défunt Henry V.

Le 21 octobre

Le roi de France Charles VI « le Fol » suit son ennemi anglais dans la tombe. Il meurt à Paris à l’âge de 53 ans, en l’hôtel Saint-Pol, après plus de 40 ans de règne.

Sa mort, quelques mois après celle du roi d’Angleterre, ravive la guerre de Cent Ans.

Le 30 octobre

Charles VII se proclame roi de France à Mehun-sur-Yèvre, près de Bourges, et renie le traité de Troyes.

Lire : le château de Charles VII.

Sources :

Mes photos

Photos publique Facebook

Les rois de France des Éditions Atlas (Valois directs).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_VI_(roi_de_France)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabeau_de_Bavi%C3%A8re

 

 

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20 juin 2022

    […] Lire  : Charles VI, le royaume démembré […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge