Les Témoins du passe – L’Abbaye Saint-Vincent de Nieul-sur-l’Autise

LES TÉMOINS DU PASSE

logo

ABBAYE SAINT-VINCENT

DE

NIEUL-SUR-L’AUTISE

 Façade (2)

Abbaye Royale Saint-Vincent

Vendée

Nieul-sur-l’Autise

Bas-Poitou

Blason de la Vendée

Blason de la Vendée

TYPE : abbaye.

CULTE : catholique romain.

STYLE DOMINANT : gothique.

DÉBUT DE CONSTRUCTION : 11ème siècle.

FIN DE CONSTRUCTION : 19ème siècle.

PROTECTION :  le monument est classé au titre des monuments historiques en 1862.

 

 

SITUATION

Nieul-sur-l’Autise est un village vers l’extrême sud du département de la Vendée. Il se situe à proximité de la frontière avec la région Poitou-Charentes (au sud de Vouvant et au sud-est de Fontenay-le-Comte). Le site est desservi par le Chemin Vert et par une voie fluviale (l’Autise).

P1060240

PRÉSENTATION

Fondée en 1068, l’abbaye Saint-Vincent de Nieul bénéficie de la protection Comtes de Poitou et des ducs d’Aquitaine. En 1141, Aliénor d’Aquitaine (née vers 1122 ou 1124-morte en 1204), alors reine de France, lui accorde le statut d’Abbaye Royale. Elle est à ce jour un des rares ensembles monastiques complets du Bas-Poitou.

P1060319

HISTORIQUE

– En 1068, un groupe de chanoines génovéfains mandatés par le seigneur de Vouvant, arrive dans les lieus pour y fonder un monastère. L’abbaye prend rapidement son essor, grâce notamment aux nombreux dons et privilèges accordés par ses protecteurs, les ducs d’Aquitaines et le roi de France Louis VII. Ce dernier, de passage à Niort avec son épouse Aliénor d’Aquitaine (née en 1122 à Nieul-sur-l’Autise), certifie les religieux dans leurs biens et les prend sous sa tutelle.

GENOVEFAINS : (de Sainte Geneviève). Membre d’une congrégation de France qui observe la règle de Saint Augustin. Ses adeptes, vêtus d’une robe blanche et d’un rochet (surplis ou tunique), portaient un manteau noir à l’extérieur du monastère.

– La mère d’Aliénor d’Aquitaine, Aénor de Châtellerault (née vers 1103- morte en 1130), y est inhumée.

– En 1139, le Concile du Latran oblige les moines réguliers à suivre la règle de Saint Augustin. L’abbaye œuvrera énergiquement aux travaux d’irrigation de la région, donnant naissance plus tard au Marais Poitevin.

– En 1217, c’est sur les terres des abbayes de Maillezais, Nieul-sur-l’Autise, Saint Michel en l’Herm, Saint Maixent l’Ecole, et l’Absie que sera creusé le 1er canal. Celui-ci prendra le nom de « Canal des cinq abbés ».

– Lors des guerres de religions, des personnages célèbres séjournent à Nieul-sur-l’Autise : le Duc d’Anjou (le futur Henri III), le Prince de Condé et le Roi de Navarre (le futur Henri IV) sont dépêchés par le Roi Charles IX, pour renforcer le siège contre la ville protestante de La Rochelle. Leur présence déchaîne la furia des assauts protestants sur l’abbaye.

– En 1568, cette dernière est pillée, incendiée, et ses occupants sauvagement massacrés.

– Entre 1630 et 1646, il faudra toute la volonté et la vaillance de l’abbé Brisson pour relever l’abbaye de ces cendres.

– En 1715, ne pouvant plus subsister dans l’abbaye, les moines consentent à sa suppression et à son annexion au chapitre de La Rochelle.

– Dès 1718, il n’existe plus de vie monastique dans les lieux et l’abbaye est désertée.

– En 1791, durant la période révolutionnaire, l’édifice est mis en vente par le département de la Vendée comme bien national. Pendant ce temps l’abbatiale, qui est devenue église paroissiale, se transforme et devient propriété de la commune. Ses terres et ses dépendances (bâtiments du cloître) sont fractionnées et vendus.

Le 25 juillet 1840, Prosper Mérimée s’adresse au Préfet de la Vendée à propos de l’abbaye de Nieul-sur-l’Autise, qu’il vient de découvrir la semaine précédente. Elle lui « a paru digne d’un grand intérêt », mais il juge sa « situation [sanitaire] déplorable ». Compte tenu de l’importance de ce monument, qu’il classe « parmi les […] plus intéressants du Moyen Âge », il vient d’écrire à Mr le Ministre de l’Intérieur, pour lui rendre compte de cette situation et lui demander un secours sur le fonds destiné à la conservation des monuments historiques ». Il conclut en forme de souhait, espérant que « les secours réunis des Ministères et du Conseil Général […] sauvent » cet édifice : un vœu prémonitoire, qui vient de se réaliser.

– En 1862, le monument est classé au titre des monuments historiques.

– En 1910, 1936, et 1945, l’ensemble subira de nombreuses restaurations.

– En 1969, l’édifice est acquis par le département de la Vendée. Un joyau d’histoire, restauré et mis en valeur pour faire revivre ce lieu d’exception.

Blason de la Vendée

Blason de la Vendée

L’ABBAYE D’ALIÉNOR

Découvrons maintenant ce joyau de l’architecture romane. Nieul-sur-l’Autise se dresse somptueusement depuis des siècles au milieu d’un écrin de verdure, au centre du marais poitevin.

L’ARCHITECTURE ROMANE est un style architectural qui a pris son essor en Europe au cours du Moyen-Âge (entre le milieu du 10ème siècle et le 12ème siècle). Il est emblématique des monuments religieux de cette époque, et se définit par l’utilisation de voûtes en berceau de plein cintre, de voûtes brisées ou de voûtes d’arêtes, soutenues par des colonnes latérales. Ces dernières, qui soutiennent les arcs, sont essentiellement cylindriques et surmontées de chapiteaux. Elles sont dans la plupart des cas sculptées de reproductions d’animaux, de plantes, ou bien de symboles géométriques.

ENTRÉE

Une passerelle extérieure donne accès à l’abbaye. Dès les premiers pas dans le passage, l’on découvre le premier thème abordé, celui de la musique et de ses sculptures au 12ème siècle. Au fur et à mesure que l’on avance, des instruments de musique médiévaux s’illuminent par des éclairages spéciaux.

 

PLAN

 

Plan de l'abbaye

Plan de l’abbaye

L’ÉGLISE SAINT – VINCENT

ABBATIALE : Une abbatiale ou église abbatiale est une église spécialement construite pour une abbaye.

Adossé au chœur en hémicycle du 19ème siècle, le croisillon sud du transept est le seul vestige qui subsiste de la 1ère église de la fin du 11ème siècle. La façade ouest représente un magnifique exemple de l’architecture du Poitou roman. On distingue, sur les sculptures, des animaux fabuleux qui se lovent sur les chapiteaux des colonnes, et qui apparaissent aussi sur ceux du portail central.

L’église est pourvue de deux clochers : l’un se situe au-dessus du transept et l’autre au dessus du portail.

Clocher

Clocher

LES DOUBLEAUX

La nef, somptueuse, est constituée de sept travées. Ses deux collatéraux élevés, qui la contrebutent, datent du 12ème siècle. Ceux-ci sont voûtés en berceaux brisés et renforcés par de solides doubleaux sur colonnes.

Arc doubleau

Arc-doubleau

ARC-DOUBLEAU ou ARCDOUBLEAU : c’est un arc perpendiculaire à l’axe de la voûte, et qui prend appui contre les parois intérieures d’un édifice ; il « double » la voûte. On retrouve cette forme de construction notamment dans le style de l’architecture romane.

 

 

LA NEF

Elle présente une sérieuse inclinaison des piliers. Ceci est probablement dû à l’action d’une première construction des voûtes aux appuis mal contenus. L’usure inexorable du temps et les destructions occasionnées lors des guerres de religions, ont accru la déclivité de l’édifice. Au 17ème siècle, trois solides arcs-boutants furent construits qui chevauchent encore l’aile nord du cloître.

 

LE DORTOIR

A l’exception du chapelain (du fait de sa fonction paroissiale) et du chambrier, les moines dorment tous dans le dortoir commun. Tous deux disposent d’une chambre individuelle attribuée par l’abbé.

A partir du 15ème siècle, par la volonté du pape, de simples chanoines seront nommés à la tête de l’abbaye. On cite par exemple Regnaud de Meules, qui sera nommé par le saint père Paul II en personne. Vers la 2ème moitié du 16ème siècle, le choix papal se portera sur une famille de renom : les Plessis de Richelieu.

Quant au dortoir originel, nous en ignorons les agencements. Celui du 12ème siècle prend appui sur le transept de l’église du 11ème siècle. Il était placé au-dessus de la salle capitulaire et chapeauté par une voûte en berceau brisé ; on peut en apercevoir les vestiges aux extrémités de la salle. Il était éclairé à l’origine par cinq fenêtres étroites en plein-cintre. Elles étaient pourvues sur les bords de « coussièges » (sortes de banquettes de pierre construites dans l’épaisseur des murs). De l’autre côté de la pièce, une porte permettait l’accès au cloître.

LA SALLE CAPITULAIRE

A partir de 1139, le Concile de Latran place la communauté des chanoines de Nieul-sur-l’Autise sous les instances de la règle de Saint Augustin. Cette dernière prône la pauvreté individuelle dans un esprit de charité et d’unité. Dans cette pièce, chaque matin, l’abbé lit à ses condisciples la règle de Saint Augustin. Ensuite il indique le déroulement de l’office du lendemain et distribue les tâches à exécuter pour la journée.

La salle capitulaire s’ouvre sur la galerie orientale par cinq larges ouvertures. C’est une grande pièce dont la voûte en berceau date du 17ème siècle. La construction originelle comportait deux nefs à trois travées : les deux bases des piliers centraux sont encore visibles, et l’on peut encore apercevoir les empreintes des voûtes sur les parois. Des traces colorées révèlent aux visiteurs que la salle capitulaire était entièrement peinte, comme probablement l’ensemble de la bâtisse. Accolé à la pièce, un exigu couloir débouche sur le jardin et sur le cimetière. Juste à côté se trouve la chapelle des Chabot, située et aménagée sans doute sur l’emplacement d’une partie du chauffoir. Au centre se trouve la pierre tombale de l’abbé Hugues de Faye (abbé de 1304 à1319).

LE CLOÎTRE

Selon la règle, c’est dans ce lieu que l’on admet exclusivement les « laïcs  de vie honnête et les seigneurs temporels ».

– A partir du 11ème siècle, ceux-ci, par leurs nombreux dons, contribuent à l’essor du monastère. On cite ainsi en 1076 Guillaume VIII, comte de Poitou et d’Aquitaine qui, en octroyant de nouvelles terres aux moines, atteste de la fondation de l’abbaye.

– Vers le milieu du 12ème  siècle, la reine Aliénor d’Aquitaine leur attribue davantage de donations ainsi que des prérogatives supplémentaires. La reine Aliénor, dont la mère reposait près de la salle capitulaire, demande à Louis VII son époux de prendre sous sa protection le monastère, qui devient abbaye royale en 1141.

En histoire de l’art, L’ART ROMAN est la période qui s’étend, en Europe, du début du 10ème siècle à la seconde moitié du 12ème siècle. Elle se situe entre l’art préroman et l’art gothique.

Le cloître du 12ème siècle est adossé contre le mur sud de l’église ; il demeure le seul cloître roman entier de l’ouest de la France. Il est de conception carrée et constitué de galeries, composées de cinq travées d’arcades. A l’étage, un couloir exigu débouche côté est sur le dortoir des chanoines, et côté ouest sur celui des hôtes.

A l’est, hormis l’escalier qui dessert le dortoir des chanoines, l’on distingue un enfeu gothique décoré de sculptures ; il désigne probablement la tombe d’Aénor de Châtellerault, la mère d’Aliénor d’Aquitaine. Puis on trouve également l’entrée de la salle capitulaire, l’accès aux champs et la chapelle des Chabot.

ENFEU : caveau ou niche, aménagés dans l’épaisseur d’un mur pour y placer un cercueil ou une urne funéraire.

GISANTS & ENFEUS

Dans la galerie sud, près de la porte du réfectoire, se trouve le lavabo d’époque gothique.

Lavabo

Lavabo

LE RÉFECTOIRE

Après s’être lavé les mains au lavabo près de la porte d’entrée, les chanoines pénètrent en silence dans le réfectoire, rejoignent leur place et attendent debout que l’abbé arrive. On prend le repas dans un silence absolu, tout en écoutant la lecture des Saintes Écritures.

Aujourd’hui, il ne reste que des vestiges du réfectoire, qui se situe derrière le mur nord. On peut imaginer ses dimensions d’origine, avant sa destruction par les Guerres de Religion. De volume assez long, il est rectangulaire, voûté en berceau sur doubleaux ; le tout est éclairé par des ouvertures en plein cintre. Le réfectoire était flanqué de deux salles : l’une à l’ouest reliant les cuisines avec des celliers, l’autre à l’est, avec le chauffoir.

LE JARDIN & LA MAISON D’ALIÉNOR

Blason de la Vendée

Blason de la Vendée

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge