Les Témoins du passé – Le château d’Essalois

LES TÉMOINS DU PASSE

 

logo

LE CHÂTEAU

 D’ESSALOIS

Le château d'Essalois (2)

Chambles, Loire

Blason du département de la Loire

Blason du département de la Loire

STYLE OU PÉRIODE : Moyen Âge.

TYPE : château-fort.

RÉGION : Auvergne-Rhône-Alpes.

DÉBUT DE CONSTRUCTION : 12ème siècle.

FIN DE CONSTRUCTION : 16ème siècle.

PROPRIÉTAIRE ACTUEL : le Syndicat Mixte d’Aménagement des gorges la Loire.

PROTECTION : inscrit sur la liste des monuments historiques de 1949.

DESCRIPTION ACTUELLE : vestiges.

 

PRÉSENTATION

Le château d’Essalois, à Chambles, est érigé sur un piton rocheux et surplombe le lac de Grangent. Par son point stratégique, et naturellement  protégé par sa situation surélevée, il domine fièrement la Loire.

ORIGINES

Le château d’Essalois fut habité par les hommes depuis des temps reculés. En atteste l’oppidum gaulois (peuplé par les Ségusiaves de -170 à -25) qui se situe au lieu-dit « le Palais », 500 mètres en arrière du château. De nos jours, on peut encore découvrir des vestiges de murailles enfouies sous les genêts. Des fouilles archéologiques ont mis à jour des amphores et des pièces de monnaie, témoignant ainsi de l’existence d’un important négoce (vin, etc…) et d’échanges commerciaux, notamment avec l’Italie (sur une période antérieure à l’occupation romaine).

Les Ségusiaves étaient un peuple gaulois qui vivait sur un territoire englobant de nos jours la région du Forez. Ses limites s’étendaient sur les actuels départements de la Loire et du Rhône, et débordaient aussi sur petite partie de l’Ain, de la Saône-et-Loire et de l’Isère. Leur capitale (de -20 ou -15 av J.C, le « Forum Segusiavorum ») s’appelle aujourd’hui Feurs.

Armoiries

Armoiries

HISTORIQUE

Les origines du château-fort demeurent apocryphes ; des textes datant du Moyen-Âge témoignent de l’édification d’une tour, appelée Tour d’Eyssaloen, dans les environs de l’ancien oppidum gaulois. Cependant aucun vestige de cette bâtisse n’a pu être mis à jour.

– Il faut remonter au 14ème siècle pour trouver des documents qui attestent de l’existence du château. Le Puy d’Essalois (Podium deysaluym, Mons deysaluym, puis Suc du Pré) est mentionné dans les chartes à partir de 1337.

– En 1378, Arthaud de Villedieu rend hommage au comte du Forez pour la maison et la tour d’Essalois qui contrôlait la Loire.

– En 1464, la tour d’Essalois appartenait à Beraud de la Bâtie. Jusqu’ici, les vestiges de cette construction primitive n’ont pu être identifiés.

– En 1580, Léonard de Bertrand, Maître des Eaux et Forêts à Montbrison et seigneur d’Essalois,  décide l’édification de la forteresse actuelle. Le château est alors pourvu de ses deux tours rondes et de fortifications.

Le fief va ensuite changer d’occupants à plusieurs reprises, dont deux fois par les ermites Camaldules.

L’ordre Camaldule, ou ordre des Camaldules, est un ordre monastique bénédictin de droit pontifical. Ses adeptes s’adonnent à la vie commune de travail et à l’office bénédictin lié à l’érémitisme. Ils portent l’habit blanc et la barbe pleine.

Ordre Camaldule

Ordre Camaldule

Erémitisme : ermite ou anachorète, « qui s’est retiré du monde ». C’est une personne qui s’est volontairement soustraite de la société temporelle pour des raisons religieuses, afin de suivre une vie basée sur l’austérité, la rigueur et la pénitence. Les anachorètes sont des ermites qui vouent leur existence à la spiritualité, à la prière et à l’Eucharistie.

– En 1590, la bâtisse sera pillée par des groupes de ligueurs, dirigés par Honoré d’Urfé (1567-1625). Le domaine s’étend alors sur Chambles, Périgneux, Saint-Marcellin-en-Forez et Saint-Rambert. Au 18ème  siècle, il passe aux seigneurs de Sury-le-Comtal (les familles de la Veuhe puis les  Sourdis).

– A la fin du 19ème siècle, le château est ravagé; ses ruines seront rachetées par Maître Hippolyte de Sauzéa, avocat à Saint-Étienne, qui va commencer sa restauration. C’est à cette époque que les deux tours carrées crénelées seront érigées. A sa mort, il lèguera son œuvre aux hospices de Saint-Étienne. On peut admirer son blason sur la façade Ouest.

C’est en 1976 que le Syndicat Mixte d’Aménagement des gorges de la Loire (sept communes riveraines du lac de Grangent) et le département de la Loire deviennent propriétaires du château d’Essalois. Depuis 1983, la restauration de l’édifice se poursuit.

PLAN

EXTÉRIEURS

1 – Cour intérieure

 

 

2 – Façades extérieures

 

 

 INTÉRIEURS

1 – Accès

 

 2 – Façades intérieures

 

 3 – Ouvertures et meurtrières

 

 

4 – Intérieur

 

5 – Escalier en colimaçon & accès à la terrasse du donjon

 

 

6 – Terrasse du donjon

 

 

7 – Panorama

 

Blason du département de la Loire

Blason du département de la Loire

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge