Les Témoins du passé – Le château de Tarascon

LES TÉMOINS DU PASSE

logo

LE CHÂTEAU

DE

TARASCON

 P1050146

Tarascon

Blason de la ville de Tarascon

Blason de la ville de Tarascon

Bouches-du-Rhône

 

Blason département des Bouches-du-Rhône

Blason du département des Bouches-du-Rhône

Demeure des Princes d’Anjou

 

 

PÉRIODE : Moyen-âge.

STYLE : médiéval.

DÉBUT DE CONSTRUCTION : 1400.

 

FIN DE CONSTRUCTION : 1435.

PREMIERS PROPRIÉTAIRES : Ducs d’Anjou, Comtes de Provence.

STYLE : forteresse et palais résidentiel.

PROPRIÉTAIRE ACTUEL : ville de Tarascon (patrimoine communal).

CLASSEMENT&PROTECTION : le site est classé sur la liste des monuments historiques en 1840.

 

PRÉSENTATION & ORIGINES

Au premier regard, le château de Tarascon se présente à nos yeux comme un mastodonte de pierre à la corpulence massive. Il  a été construit au début du 15ème siècle (de 1400 à 1435) par les Ducs d’Anjou, comtes de Provence, Louis II (1384-1417) et son fils Louis III (1417-1434). Il représente, par son exceptionnel état de conservation, un des plus beaux châteaux du Moyen-Âge en France et en Europe. De par son architecture, il s’apparente à la Bastille Saint-Antoine construite à Paris par le roi de France Charles V (1364-1380).  Le roi René 1er (1409-1480) procèdera à des embellissements, dénotant un certain intérêt pour le confort et la décoration de la bâtisse royale.

UNE PRISON ROYALE ET RÉPUBLICAINE

En 1481, à la mort du dernier Comte de Provence Charles du Maine (1446-1481), la Provence est intégrée dans le domaine royal. Le château devient alors une prison militaire et une garnison y cantonne. La forteresse est aménagée et de nombreuses pièces se transforment en cachots. Les murs se couvrent de graffitis (bateaux, noms et dates d’emprisonnements), gravés par les soldats. Par la suite, des détenus de droits commun, hommes, femmes et enfants, y seront incarcérés.

P1050198

UN MONUMENT HISTORIQUE CLASSE

Le château est classé sur la première liste de protection des monuments historiques en 1840. Dès le 19ème siècle des travaux de restaurations sont entrepris ; ils se poursuivront jusqu’en 1926, date de la fermeture définitive de la prison. Parmi les architectes en chef des monuments historiques ayant pris part à la rénovation de l’édifice, on cite : Henri Révoil, Jean Camille et Jules Formigé, Jean Saunier, Jean Pierre Dufoix, et François Botton. Le dimanche 12 mars 1933, le château ouvre ses portes à la visite. Depuis le 1er janvier 2008, il est la propriété de la ville de Tarascon.

LES ORIGINES, ET LE PREMIER CHÂTEAU

Sur l’emplacement actuel se dressait un premier château ; il fut occupé au milieu du 13ème siècle par Charles d’Anjou, Comte de Provence et frère du roi Louis IX (Saint Louis). Son fils Charles II (1254-1309), dit Charles « le boiteux », procèdera à son agrandissement.

UN PEU D’HISTOIRE

En 1367, le duc Louis d’Anjou (1339-1384), gouverneur du Languedoc et frère du roi de France Charles V (1364-1380), veut s’emparer du pouvoir en l’absence de la reine Jeanne (1326-1382). Cette tentative est le reflet de l’ambition française sur la Provence. C’est en la personne de Bertrand Du Guesclin que vont reposer tous les espoirs du Duc d’Anjou. Le 26 février 1368, le capitaine se met en marche à la tête de sa petite armée de 2000 hommes, et vient assiéger Tarascon. La ville capitule le 22 mars 1368. Mais la cité sera reprise deux ans plus tard.

PLAN DU CHÂTEAU

 

Légende : 1- Cour d’entrée 2- Pont 3- Cour d’Honneur 4- Escalier d’honneur 5- Donjon 6- Tour de l’Horloge 7- Tour des Chapelles 8- Grande chapelle 9- Chapelle des Chantres 10- Tour du sud-ouest 11- Paneterie 12- Salle des festins 13- Tour de l’Artillerie 14- Accueil 15- Garde-manger 16- Échansonnerie 17- Paneterie 18- Saucerie 19- Fruiterie 20- Basse-cour 21- Tour Marie 22- Tour 23- Tour d’escalier du chemin de ronde.

LE CHÂTEAU CÔTE JARDIN

On y trouve tout d’abord l’accueil, la billetterie, la boutique et les toilettes.

Le logis des services

Il a été érigé le long du Rhône. L’inventaire du château, effectué en 1457, détaillait tout un mobilier relatif aux préparations culinaires : chaudron en cuivre, tournebroche, vaisseliers, tables, tréteaux, etc…

L’apothicairerie de l’ancien hôpital de Tarascon

C’est une collection exceptionnelle de pots canons, chevrettes et urnes, qui est exposée dans une boiserie du 18ème siècle. Cet ensemble fait partie d’un don effectué au 18ème siècle par le propriétaire de la manufacture royale de faïence de Montpellier, Jacques Ollivier, à la Congrégation des filles de la Charité, qui avait alors en charge la gestion de l’hôpital.

Le jardin

En quittant les logis des services, on accède au jardin. Au pied du tilleul, on découvre la Fontaine de la Fortune.

LE CHÂTEAU CÔTE RHÔNE

 

 La cour d’honneur et le logis seigneurial

Au Moyen Age, la cour d’honneur est un lieu de vie centralisé. Elle permet l’accès aux différentes pièces de la forteresse. Elle relie les salles d’apparat, de services et de résidence des princes d’Anjou. Un escalier ajouré de 19 fenêtres nous conduit directement à la terrasse. L’oratoire privé de la reine Isabelle de Lorraine prend appui directement sur cet escalier.

Les salles et pièces du château

Cave – Grande galerie – Chapelle basse  – Chapelle des chantres – Salle des festins – Cuisine et four à pain – Salon du roi – Chambre du roi René – Petite chambre, tribune de la chapelle – Grand retrait – Grande garde-robe – Terrasse.

– Chapelle basse et tribune

– Salle des festins

– Exposition de dessins fantastiques sur panneaux

– Sculptures

– Salon du roi et petite chambre

 

– Terrasse et panorama

LE CHÂTEAU CÔTE VILLE

 

Les salles et pièces du château

Chambre de l’Horloge – Chambre de parement – Petite chambre – Chambre carrée – Chapelle du roi et de la reine – 1-Petite chambre – Étuve du roi – Grande chambre du roi René – Cabinet d’écriture du roi René – Chambre de la reine Marguerite – Chambre de parement de la reine Marguerite – 2-Petite chambre – 3-Petite chambre – 4-Petite chambre – Chambre de parement – Chambre de la reine Jeanne – 5-Petite chambre – Donjon – Chambre, graffitis de bateaux.

 

– Chambre de l’Horloge

Elle est située dans la cour ronde. Le carrelage, qui date du 18ème siècle, révèle les traces de son utilisation comme cachot.

– Chambre de parement, Petite chambre, et Chambre carrée.

La chambre de parement est voûtée d’ogives. La pièce débouche sur une petite chambre et sur une chambre carrée ornée de chauve-souris sculptées.

– Chapelle du roi et de la reine.

Elle possède deux oratoires royaux, pourvus en 1457 d’une banquette et d’un lutrin. Le chœur est décoré d’un blason peint aux armoiries des princes Louis II et Louis III : fleurs de lys et croix de Jérusalem.

– Étuve du roi

C’est une salle d’eau, dont le sol était chauffé avec un four.

– Grande chambre du roi René et son cabinet d’écriture.

Elle est située au second étage. Il faut pour cela emprunter l’escalier d’honneur. La pièce possède une cheminée à manteau et un plafond restauré. La chambre est directement reliée au cabinet d’écriture du roi.

– Chambre de la reine Marguerite de Savoie et chambre de parement.

Juste à côté se trouve la chambre de parement de la reine. Cette petite pièce possède un plafond remarquable, décoré d’animaux et de dessins géométriques. Elle débouche sur deux autres petites chambres.

– chambre de la reine Jeanne.

On y découvre une cheminée et des latrines.

LA LÉGENDE

De nos jours, la ville de Tarascon est encore liée aux contes et légendes dont elle fut le témoin en 48 après JC. La tradition, qui perdure dans le temps, nous évoque la présence en ces lieux de Sainte Marthe qui, arrivant de Palestine pour évangéliser la Basse Provence, débarqua à Tarascon. La cité était alors en proie au terrible monstre qui hantait les marécages et vivait dans le Rhône : la tarasque. La Sainte dompta miraculeusement la créature qui accepta de la suivre en laisse. Mais la population, terrifiée par tant de pertes humaines, se rua sur la tarasque et la tua.

Depuis ce temps de nombreux pèlerins accourent de toute part et visitent la Collégiale Royale Sainte Marthe, construite en son honneur non loin du château du roi René, comte de Provence et Duc d’Anjou. Cette église renferme les reliques et le tombeau de la Sainte dans la crypte qui fut érigée sur l’emplacement exact de sa maison.

 

Blason de la ville de Tarascon

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge