Qui était Caroline Bonaparte

aiglenCaroline Bonaparte

 « Caroline, née Marie Annonciade Bonaparte »

(25 mars 1782 – 18 mai 1839)

Princesse Murat, Reine des Deux-Siciles 

Grande-duchesse consort de Berg (1806-1808)

 Reine consort de Naples (1er août 1808- 3 mai 1815) 


 

« L’intelligence ne se mesure pas des pieds à la tête, mais de la tête au ciel »

Napoléon Bonaparte

Caroline de Bonaparte

Caroline  Bonaparte

« Que Bonaparte soit un grand homme, et comme il n’y a pas un second en Europe dans tous les sens, guerrier, militaire, politique, je défie même un ennemi de le nier. Ce sera le plus grand homme de notre siècle. ». Marie- Annonciade-Caroline, reine de Naples.


Naissance et famille

Marie-Annonciade Bonaparte naît à Ajaccio le 25 mars 1782, et décède à Florence (Italie) le 18 mai 1839. Elle est la fille de Carlo-Maria de Buonaparte et de Maria-Létizia Ramolino. Elle est la plus jeune et la plus charmeuse sœur de Napoléon Iᵉʳ. Par son mariage avec Joachim Murat, Caroline Bonaparte sera grande-duchesse consort de Berg, puis reine consort de Naples.


Jeunesse

Issue d’une famille de petite noblesse désargentée, Caroline reçoit une éducation sommaire dans une communauté de religieuses où elle apprendra le métier de la couture. Elle a onze ans lorsqu’elle quitte la Corse pour venir habiter Marseille. Elle y restera jusqu’en 1796, époque où sa mère Maria-Létizia Ramolino viendra s’établir à Paris. En 1798, Napoléon, jugeant l’éducation de sa sœur insuffisante, l’envoie au pensionnat de jeunes filles de Madame Campan établi dans l’hôtel de Rohan, à Saint-Germain-en-Laye (Institut National de Saint-Germain, maison d’éducation pour jeunes filles). C’est pour Caroline l’occasion de rencontrer  Hortense de Beauharnais, qui deviendra son amie.

Hortense_de_beauharnais

Hortense de Beauharnais


Mariage

Le 18 janvier 1800, Caroline n’a pas vingt ans, lorsqu’elle épouse l’homme qu’elle aime passionnément, le valeureux et intrépide aide de camp de Napoléon, le général Joachim Murat. Tous deux formeront un couple politique tumultueux, dominé par une dévorante ambition. Joachim est son aîné de quinze ans, et la courtise à la grande désapprobation de Napoléon, qui est hostile à cette union. Caroline réfutera, d’ailleurs, tous les partis qui lui seront proposés. Le 20 janvier, le mariage civil est célébré à Mortefontaine (Oise). Le couple s’installe à l’hôtel de Brionne, et reçoit de la part de Napoléon une partie du domaine de Villiers. Par ce mariage, Murat entre de plain pied dans le cercle familial du Premier Consul, l’homme le plus puissant de France.

Joachim Murat

Joachim Murat


Descendance

Le couple aura quatre enfants :

Napoléon-Achille-Charles-Louis  (21 janvier 1801- 15 avril 1847).

Prince_Ashil_Murat

Letizia (Marie Letizia Joséphine, 26 avril 1802- 12 mars 1859).

Caroline_Murat_by_Vigee-Lebrun

(Caroline et sa fille, Marie Letizia Joséphine).

Lucien-Charles-Joseph-François (16 mai 1803-10 avril 1878).

LucienMurat

Louise-Julie-Caroline (22 mars 1805 – 1er décembre 1889).

Murat_family_by_Gerard

Le 21 janvier 1801, alors que son mari guerroie en Italie, Caroline donne naissance à son premier fils Achille  (21 janvier 1801- 15 avril 1847). Sur ordre de Napoléon, Murat doit rester sur place en Toscane, et ne peut être présent pour la circonstance auprès de son épouse.  Ce n’est qu’au mois d’avril que Caroline sera autorisée à le rejoindre à Florence.


Une égérie dans l’ombre de Joachim

– En juillet 1801, Murat est nommé général en chef des armées de la République cisalpine.

Caroline est nantie d’une ambition politique à toute épreuve ; son parcours dénote le caractère d’une femme frustrée, avide de pouvoir, qui se croit sans cesse lésée et défavorisée. En 1800, dès son mariage avec Joachim Murat, un brillant officier de cavalerie promis à une brillante carrière, elle n’aura de cesse d’exhorter son époux afin qu’il obtienne un poste de haut rang parmi les dignitaires consulaires. Caroline escompte occuper une place de choix dans la haute société où elle aura une part privilégiée aux côtés de son illustre mari. De toute évidence, les motifs qui la poussent à agir ainsi n’ont aucun rapport avec l’amour conjugal. Elle exercera, au fil du temps, une pression croissante sur le faible caractère de Joachim.

– Le 4 janvier 1802, Caroline et Joachim célèbrent leur mariage religieux, le même jour que celui de Louis Bonaparte et Hortense de Beauharnais.

– Le 26 avril 1802, de retour de Milan, le couple est à Paris pour la naissance de leur second enfant, Marie Letizia Joséphine (26 avril1802- 12 mars1859).

– Le 23 août 1803, Caroline revient à Paris avec son mari ; Joachim Murat est nommé par Napoléon gouverneur de Paris et commandant de la première division militaire.

– Le 18 mai 1804, un sénatus-consulte proclame Napoléon Empereur des Français, sous le nom de Napoléon 1er. Dès le lendemain, Murat devient Maréchal d’Empire.

–  À partir de l’établissement de l’Empire, le 18 mai 1804, jusqu’à son décès, Napoléon Louis Charles Bonaparte (10 octobre 1802-5 mai 1807), fils de Louis Bonaparte et d’Hortense de Beauharnais, est déclaré héritier potentiel de Napoléon 1er. Il sera considéré implicitement comme le successeur au trône. Cette décision va entraîner les foudres de Caroline, qui va s’opposer à cette adoption et revendiquer le fait que ses propres enfants n’ont ni titres ni biens fonciers.

200px-Napoléon_Bonaparte,_Prince_Royal_of_Holland

Napoléon Louis Charles  Bonaparte, Prince Royal de Hollande

A la proclamation de l’Empire, les frères de Napoléon 1er accèdent au titre de princes impériaux, mais rien n’est envisagé pour les trois sœurs. A la grande stupéfaction de Caroline qui, jalouse de voir ses belles-sœurs affublées du titre de princesses impériales, va harceler Napoléon de protestations et de revendications. Ce dernier finira par céder à la pression exercée par sa sœur et accordera le titre d’altesses impériales aux trois filles, Caroline, Pauline et Élisa.

– Le 1er février1805, Joachim Murat est promu Grand Amiral de l’Empire, et le lendemain grand aigle de la Légion d’Honneur.

– Le mois suivant, Caroline donne naissance à sa 2ème fille, Louise-Julie-Caroline (22 mars 1805-1er décembre 1889). Le couple Murat fait alors l’acquisition du palais de l’Elisée, grâce à l’aide financière accordée par Napoléon, et s’y installe. En tant que membre de la famille impériale, Joachim Murat porte désormais le titre de Prince.

– Le 15 mars 1806, Napoléon accorde au couple Murat le duché de Berg et le duché de Clèves. Au début de l’année, Caroline avait refusé la principauté de Neuchâtel parce que jugée trop minuscule.

Joachim Murat et Jean-Andoche Junot sont frères d’armes et unis par la même loyauté envers leur Empereur. Junot est colonel général des Hussards, Grand Officier de l’Empire ; il a trente six ans et, depuis le 19 juillet 1806, est gouverneur de Paris. Pendant que Joachim est quelque part sur les champs de bataille, Junot réside à Paris avec Laure, sa jeune épouse ; « Laurette » pour les intimes. Le jeune couple habite aux Champs-Élysées, dans un charmant hôtel particulier offert par Napoléon Bonaparte à l’occasion de la naissance de leur deuxième enfant, Letizia (Marie Letizia Joséphine, 26 avril 1802-12 mars 1859). Caroline, sa sœur Pauline Borghèse et Laure sont amies. Toutes les trois ont envie de s’amuser. Au début de l’année 1807, lors d’un d’une soirée théâtrale organisée par les jeunes femmes, à la Malmaison, Caroline va avoir une liaison avec le mari de son amie « Laurette », le fringant et bel officier Junot. Pour cette faute, Napoléon expédiera Junot, à la tête d’une armée, conquérir le Portugal.

200px-Marguerite_Gérard_-_La_Duchesse_Abrantes_et_le_General_Junot

La Duchesse Abrantes et le Général Junot

– Le 20 février 1808, sur ordre de Napoléon, Joachim Murat part guerroyer en Espagne où il doit prendre le commandement de l’armée. Caroline, qui est restée à Paris, escompte bien obtenir des titres espagnols lorsque la guerre dans la péninsule ibérique sera terminée. Mais grosse désillusion pour les Murat, Napoléon attribue le trône d’Espagne à son frère Joseph. Joachim Murat devra choisir entre le Royaume de Naples et celui du Portugal ; à contrecœur il se prononcera pour celui de Naples.


Marie Annonciade, reine consort de Naples

Le 15 juillet 1808, par décision relative au traité de Bayonne, la couronne du trône de Naples est attribuée au couple Murat. Par cet acte Caroline devient altesse impériale. Il est précisé par l’article 3 qu’en cas de décès prématuré de son époux, Caroline restera Reine des Deux-Siciles.

225px-Giuseppe_Cammarano_001

Giuseppe Cammarano

Caroline va s’affirmer comme une bonne reine, et saura se monter digne de sa haute position. Son intelligence, ses aptitudes et son habileté, se révèleront d’une grande excellence dans les affaires de son royaume.

Dès son installation à Naples, Caroline s’active à la décoration du Palazzo Reale. Elle fait réaménager et replanter les jardins. Au mois de novembre 1808, elle peut commencer à donner des fêtes et ses premiers bals royaux. Dotée d’une grâce naturelle, éblouissante de beauté, éclairée et cultivée, Caroline va s’affirmer comme une reine accomplie. Elle se substituera avec tact à son mari, en accomplissant les tâches de la charge royale qui sont dévolues au roi et qui lui font défaut. Ainsi, Caroline va prendre l’ascendant sur Joachim, son monarque d’époux, jusqu’à tenir elle-même, en tant que régente, la direction des affaires de l’État avec une étonnante dextérité. En témoignent la libération des condamnés politiques et le rappel des exilés. Pendant les sept années de son règne, elle se distinguera par des actes de justice et d’humanité. Caroline s’entoure d’hommes éminents, et réalise de grands changements.  Elle protège les sciences, les lettres et les arts, et développe avec bienveillance l’instruction du peuple Napolitain, notamment  celle les jeunes filles.

240px-Palac_Krolewki_z_Placu_Plebiscytowego

Palac Krolewki Placu Plebiscytowego

«C’était la tête d’Oliver Cromwell (1599-1658) sur le corps d’une jolie femme.» cité par : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord


Le roi Murat

Les disputes incessantes du couple royal pour le pouvoir détériorent les rapports de Murat avec Napoléon. De plus, ce dernier est irrité par les échecs accumulés par Joachim pour la reconquête du Royaume des Deux-Siciles. Quant à Murat, lui, il supporte de moins en moins les humiliations à répétition infligées par son beau-frère. Mais Caroline, en fine diplomate, va apaiser les tensions récurrentes entre son frère et son mari.

– Le 15 décembre 1809, Joachim et Caroline quittent Naples pour Paris et assistent au divorce de Napoléon et de Joséphine.


Reconquête du Royaume 

Pour reconquérir son royaume, Murat entreprend de récupérer la Sicile, partie insulaire du Royaume des Deux-Siciles. L’opération vise à chasser les Bourbons où Ferdinand IV (cousin et beau-frère de Louis XVI), et sa femme Marie-Caroline (sœur de Marie-Antoinette) y sont réfugiés. Ces derniers sont protégés par la marine britannique dont une partie s’est emparée de Capri.

Marie_Karoline_von_Österreich

Marie Karoline von Österreich

 

Ferdinand IV

Ferdinand IV

– Le 18 décembre 1810, la dernière phase de la reconquête passe par la prise de la Sicile. L’opération s’avère plus difficile que prévu, d’autant que la marine britannique est toujours présente et croise devant la ville de Naples en souveraine des mers. En outre, le roi Murat n’a pas l’approbation de Napoléon, qui ne soutient pas vraiment cette campagne. L’expédition essuiera un revers, et ne fera qu’attiser un regain de tension entre les deux hommes. D’ailleurs les deux beaux-frères ne s’estiment guère ; Napoléon, qui méprise Murat, le nomme « coq vaniteux ». Il lui rappelle sans cesse dans ses dépêches, que s’il est roi c’est uniquement par sa propre volonté, et parce qu’il a épousé sa sœur Caroline. Toutes les actions menées par le roi de Naples sont systématiquement jugées et désavouées par Napoléon, ramenant la fonction de Joachim à celle d’un simple préfet de région. Toutes ces tensions iront crescendo, et les deux hommes finiront par se détester.

– 20 mars 1811 : naissance de Napoléon II.

Murat a fait seul le déplacement à Paris. Sur ordre de Napoléon, des troupes françaises sont cantonnées à Naples. C’est dans l’indifférence totale qu’il arrive aux Tuileries. Redoutant d’être spoliée de son Royaume par l’Empereur, Caroline, pourtant marraine du prince, n’a pas entrepris le voyage. Ce sera Hortense de Beauharnais qui sera marraine par procuration.

Napoleon_II

Napoléon II

Déclaration de Caroline Murat : « Comme on veut me prendre ma couronne, je préfère recevoir cet affront à Naples plutôt qu’à Paris »


La régence

– En 1812, Napoléon rappelle Joachim Murat pour participer à la campagne de Russie.

Caroline est nommée régente en son absence malgré les réticences de son époux.

En Russie, Murat comprend que la situation est désespérée. Il décide, le 13 janvier 1813, de quitter l’armée en confiant le commandement à Eugène de Beauharnais. Son intention est de sauver son Royaume, et il s’en retourne à Naples. Dès son retour, il réprouve la plupart des décisions entreprises par la reine Caroline, qui a assuré la régence en son absence.


La trahison 

Joachim Murat, par l’intermédiaire de Metternich (ambassadeur autrichien à Paris), entretient une relation étroite avec l’Autriche qui vient de quitter l’alliance avec la France. C’est à cette époque qu’il met Caroline au courant de ses projets. Celle-ci accepte d’entrer dans la coalition contre la France.

Metternich

Metternich

Des contacts sont également effectués avec le Royaume-Uni. Napoléon, qui est au courant de ces rapprochements avec ses ennemis, a besoin des talents de cavalier de son beau-frère. Mais Joachim hésite à trahir ; il est partagé, puis décide de se rallier une nouvelle fois à Napoléon, d’autant plus que la campagne d’Allemagne vient de commencer.

– Après la défaite de Leipzig (16-19 octobre 1813), Murat retourne une nouvelle fois à Naples.

– Le 8 janvier 1814, il finit par signer un traité d’alliance avec l’Autriche : c’est « la trahison de Murat ».

Le 23 janvier1814,  Joachim Murat quitte Naples avec son armée et Caroline est à nouveau régente.

Mais Louis XVIII, dès son retour (Première Restauration, 6 avril 1814 – 20 mars 1815), ne le reconnaît pas comme roi, et veut rétablir les Bourbons sur le trône napolitain. Désespéré, Joachim ose des contacts de tous côtés, et se réconcilie avec Napoléon, alors exilé sur l’île d’Elbe. Et dès le débarquement de ce dernier sur le sol de France, Joachim déclare la guerre à l’Autriche. Contre l’avis de Caroline, Murat se rallie donc une nouvelle fois à l’Empereur Napoléon 1er, lors des Cent-Jours, et appelle toute l’Italie à se réunifier pour son indépendance. Mais les 2 et 3 mai 1815, il est sévèrement battu lors de la bataille de Tolentino.


Disgrâce et bannissement 

– Le 5 avril 1815, en réponse au non respect de l’alliance et des accords convenus, l’ambassadeur d’Autriche à Paris, Clément-Wenceslas de Metternich,  rompt les relations diplomatiques avec le roi et la reine de Naples, et le 26 avril, il demande la reddition du Royaume.

– Le 12 mai, les Anglais donnent l’ordre à Caroline de quitter Naples.

– Le 22 mai, Caroline est déclarée prisonnière de l’Autriche.

– Le 25 mai, Caroline embarque avec ses quatre enfants à bord du navire anglais, le Tremendous. Au mépris de la capitulation, elle est dépouillée de ses titres et propriétés et emmenée prisonnière a Trieste.

– Le 16 septembre, jugée indésirable par les Autrichiens, elle obtient l’autorisation de partir s’installer au château de Haimbourg près de Vienne. Caroline portera désormais le nom de comtesse de Lipona, anagramme de Napoli, nom italien de Naples. C’est là qu’elle apprendra par un journal, le 13 octobre 1815, la fin tragique de Joachim, fusillé au château de Pizzo.

Ses deux fils, Achille et Lucien, lassés de cet exil autrichien qui ne leur procure aucun avenir, décideront de partir pour les États-Unis. Rentrée à Trieste, elle restera auprès de ses deux filles, la marquise de Pepoli (Marie Letizia Joséphine, 26 avril 1802- 12 mars1859) et la comtesse de Rosponi (Louise-Julie-Caroline, 22 mars 1805-1er décembre 1889).

– En 1830, Louis-Philippe autorise à Caroline le droit de faire quelques séjours en France.

– En 1831, il lui est accordé enfin de rentrer en Italie ; elle s’installe à Florence, au Palazzo Griffoni.

Caroline meurt d’un cancer à l’estomac le 18 mai 1839, à l’âge de 57 ans, entourée de sa fille la comtesse Rosponi et de son frère Jérôme Bonaparte.

Père-Lachaise_-_Division_39_-_Murat

Père Lachaise  Division 39 Murat

Elle est inhumée dans l’église des Ognissanti à Florence.

220px-Chiesa_di_ognissanti,_facciata

Église des Ognissanti à Florence

aigle

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge