La Première Croisade – 1095-1099

 

 600px-Cross-Pattee-alternate_red.svg600px-Cross-Pattee-alternate_red.svg

LA PREMIÈRE CROISADE

(1095-1099)

 

« Dieu le veut ! »

 

Un long chemin vers la terre du Christ

 

Lire :

« Des origines à l’appel du pape Urbain II »

 

Carte de la Première Croisade

 

L’APPEL DU PAPE, URBAIN II, AU CONCILE DE CLERMONT

 

1095

– 27 novembre : Concile de Clermont. Il se tient près de Notre-Dame du Port, au pied des remparts.

 

Urbain II s’adresse à la foule en français : « Ô peuple des Francs ! Peuple aimé et élu de Dieu ! De Jérusalem et de Constantinople s’est répandue la grave nouvelle qu’une race maudite, totalement étrangère à Dieu, a envahi les terres chrétiennes, les dépeuplant par le fer et le feu. Les envahisseurs ont fait des prisonniers : ils en prennent une partie comme esclaves sur leurs terres, les autres sont mis à mort après de cruelles tortures. Ils ont détruits les autels après les avoir profanés. Cessez de vous haïr ! Mettez fin à vos querelles Prenez le chemin du Saint Sépulcre, arrachez cette terre à une race maligne, soumettez-là ! Jérusalem est une terre fertile, un paradis de délices. Cette cité royale, au centre de la terre, vous implore de venir à son aide. Partez promptement, et vous obtiendrez le pardon de vos fautes ! Souvenez-vous aussi que vous recevrez pour cela des honneurs et la gloire éternelle au royaume des cieux. » Des troubles et des chuchotements de plus en plus forts se firent entendre parmi la l’affluence. L’irritation atteignit son paroxysme lorsqu’un un cri surmonta la clameur ambiante « Dieu le Veut ! ». Ces paroles furent prononcées par un moine prédicateur présent ce jour-là, Pierre d’Amiens, dit Pierre l’Ermite. La foule reprit le cri comme un seul homme. Cette exhortation sera prononcée, par la suite, sur tous les champs de bataille en Terre-Sainte. La Première Croisade pouvait commencer…

 

Concile de Clermont

 

DEUX SORTES DE CROISADES VOIENT LE JOUR:

1- « La Croisade des Gueux »

Urbain II avait projeté au mois d’Août le départ des fidèles vers la Terre-Sainte. Mais des dizaines de milliers de chrétiens de toutes conditions, femmes suivant leurs époux, enfants, vieillards, s’étaient mis immédiatement en route avant la date fixée par le pape. Au cri évocateur de « Dieu le veut ! Dieu le veut ! », ils étaient sûrs de leur foi inébranlable et de leur force. Leurs prières, d’après eux, suffiraient à faire tomber les remparts de Jérusalem. Partis de France en mars, sans protection militaire, ils étaient plus de 12 000 avec, à leur tête, un fanatique illuminé, Pierre l’Ermite, et un noble, Gauthier Sans Avoir. Presque en même temps, deux autres colonnes de pèlerins quittaient l’Allemagne. Totalement démunis en armes et en ravitaillement, ils longèrent le Danube pour rejoindre Constantinople, puis la Palestine. Méconnaissant les contrées traversées et sans repères géographiques, ils ignoraient presque tous où se trouvait leur destination. Pillant et dévastant tout sur son passage pour se nourrir, la « Croisade des Gueux » se transforma vite en désastre. Nonobstant, ils furent nombreux à atteindre Constantinople, où l’Empereur Alexis 1er leur fit traverser le Bosphore. N’écoutant que leur foi, alors que le Basileus leur avait recommandé d’attendre l’arrivée de la Croisade des Barons, ils poursuivirent leur route jusqu’à Nicée, place forte tenue par les Seldjoukides. Là, ils furent anéantis par les archers turcs. Quelques navires de la flotte byzantine récupérèrent les malheureux rescapés.

Pierre l’Ermite haranguant les croisés


2- « La Croisade des Barons », ou « la Croisade des Seigneurs »

Dans les six derniers mois de l’année 1096, un énorme dispositif militaire prend forme en Europe. Les préparatifs vont bon train pour donner naissance à la formation de la 1ère Croisade. Des moyens considérables sont rassemblés en hommes et en matériels. Ils ont pour objectif, le pense-t-on avec ferveur, de libérer les routes de la Terre-Sainte. Cette colossale expédition prend le nom de « Croisade des Seigneurs », car aucun monarque n’y prend part ; ils ont tous été excommuniés par le pape. Ce sera donc sans Philippe 1er, roi de France, ni Guillaume II le Roux, roi d’Angleterre, et sans l’Empereur germanique Henri IV, du Saint-Empire, que la puissante armée chrétienne partira pour la Palestine.

 

Henri IV, du Saint-Empire

 

Philippe 1er de France

 

Guillaume II le Roux, roi d’Angleterre

Les seigneurs qui dirigent l’expédition vont se montrer courageux et intrépides et s’assurer d’une grande renommée.

La Croisade se compose de quatre armées :

1- Hugues de Vermandois, le frère du roi de France Philippe 1er, Robert Courteheuse, le fils de Guillaume le Conquérant, et Robert de Flandres dirigent l’armée du Nord.

 

 

Hugues de Vermandois

 

Robert Courteheuse

 

Robert de Flandres

2- l’armée du Rhin et de la Meuse est conduite par les deux frères, Baudouin de Boulogne et Godefroy de Bouillon.

 

Baudouin de Boulogne

 

Godefroy de Bouillon

 

3- l’armée du Midi de la France est placée sous le commandement de Raymond IV de Saint-Gilles.

Raymond IV de Saint-Gilles

4- l’armée d’Italie est sous les ordres du Normand Bohémond de Tarente, accompagné de son neveu Tancrède de Hauteville.

Bohémond de Tarente

Tancrède de Hauteville

CHRONOLOGIE

 

1096

– Printemps-été : une première vague de Croisés issue du peuple se met en route pour la Terre Sainte. Elle est conduite par Pierre l’Ermite et Gauthier Sans Avoir. Elle prendra le nom de « Croisade populaire ».

– Mars : Le pape Urbain II étend les croisades à l’Espagne.

Pierre l’Ermite priant au Saint Sépulcre

– 21 octobre : à Civitot (camp militaire près de Nicée) les pèlerins de la « Croisade Populaire » de Pierre l’Ermite  sont massacrés par Kilij Arslan, le sultan seldjoukide de Roum (sultanat de Roum en Anatolie de 1077 à 1307)). Gauthier de Poissy et son neveu Gauthier Sans-Avoir seront tués lors du combat.

Combats entre musulmans et chrétiens

– 23 décembre : Godefroy de Bouillon approche de Constantinople.

1097 

– Avril-mai : arrivée à Constantinople de Godefroy de Bouillon, de Bohémond de Tarente et de Raymond de Saint-Gilles.

– 19 juin : prise de Nicée par les Francs. Avec ses 40 000 Croisés, Godefroy de Bouillon assiège Nicée tenue par les Turcs. Après sa reddition, la ville sera rendue aux Byzantins.

1er juillet : Bataille de Dorylée, en Anatolie.

Bataille de Dorylée

L’armée croisée d’occident, dirigée par Bohémond de Tarente, Adhémar de Monteil, et Godefroy de Bouillon, est attaquée par la cavalerie du sultanat de Roum commandée par Kilij Arslan 1er. Après six heures de combats acharnés, les Francs remportent la victoire ; les troupes Seldjoukides sont en déroute. La domination des Turcs sur l’Asie Mineure se voit remise en cause pour une longue période.

Adhémar de Monteil

 

Godefroy de Bouillon

 

– 20 octobre : début du siège d’Antioche, en Turquie.

Un respect réciproque. Malgré les divergences qui les opposent, après la bataille de Dorylée, Occidentaux et Orientaux, Francs et Turcs, s’accordent respectivement sur la bravoure de leur adversaire. Les Francs eux-mêmes, qui ont subi tant de dangers, reconnaissent qu’ils n’ont jamais rencontré des combattants semblables aux Seldjoukides (Turcs), tant ils firent preuve de courage, de bravoure et de vaillance au combat (notes du moine historien Guilbert de Nogent). De part et d’autre, une grande estime se développe, surtout parmi les cavaliers des deux camps. Même si ce sont les seules valeurs qu’ils peuvent accorder à ces « infidèles » venus d’Occident, les musulmans demeurent élogieux quant à l’« incomparable » valeur militaire des Croisés.

1098

– Les Fatimides reprennent Jérusalem aux Turcs seldjoukides.

– Mars : Les Francs fondent le comté d’Edesse en Turquie. Alors qu’ils s’étaient engagés à rendre la ville aux Byzantins, ils décident de la conserver et provoquent la colère légitime du Basileus.

Comté d’Edesse de 1098 à 1131

 

Comté d’Edesse de 1131 à 1150

– 3 juin : dans le Nord, les Croisés s’emparent d’Antioche. La ville sera prise grâce aux renforts du prince Bohémond de Tarente, chef des Croisés normands de Sicile.

 

Prise d’Antioche,1098

– 28 juin : échec cuisant du sultan chef de guerre Kerboga pour reprendre Antioche. Son armée est mise en déroute, et doit battre en retraite. Rentré à Mossoul, il sera discrédité et accablé par ses pairs.

Lors du siège de la ville, les Croisés, cernés, dépourvus de vivres et d’armes pour contenir les assauts des Turcs, sont démoralisés et leur situation très critique. Survient alors un fait imprévu : un prêtre du nom de Pierre Barthélémy prétend, grâce à une vision et à la révélation de Saint André, avoir découvert la « Sainte Lance ». Cette nouvelle inattendue redonne du courage à l’armée chrétienne qui, dans un dernier sursaut, attaque l’armée du chef turc Kerboga et la disperse.

– 28 juin : sous le gouvernement de Bohémond de Tarente, devenu Bohémond 1er, Antioche devient « Principauté franque » en dépit de la forte contestation de Raymond IV de Toulouse.

– 1 août : mort à Antioche d’Adhémar de Monteil, évêque du Puy, légat du Pape.

– 26 août : les Égyptiens prennent Jérusalem aux Turcs.

1099

– Janvier : depuis le nord de la Syrie, les Francs avancent sur Jérusalem. Conduits par Raymond de Saint-Gilles, ils sont rejoints  par Godefroy de Bouillon.

– juin : début du siège de Jérusalem.

Le Royaume de Jérusalem de 1099 à 1187

 

– 15 juillet : après un terrible assaut, au cours duquel les deux tiers des assaillants sont tués, la ville est prise par les Croisés ; elle sera purifiée dans le sang. A l’issue de la bataille, Godefroy de Bouillon prend le titre d’«avoué (défenseur) du Saint Sépulcre ».

 

– Fondation des États latins d’Orient.

États Latins d’Orient

 

États Latins d’Orient

– 29 juillet : mort du pape Urbain II à Rome.

Urbain II bienheureux catholique


– 12 août : Bataille d’Ascalon (en Israël sur la côte méditerranéenne).

L’armée des Croisés, commandée par Godefroy de Bouillon, affronte celle des Fatimides, placée sous les ordres du vizir d’Égypte Al-Afdhal. La puissante charge des cavaliers francs met les Egyptiens en déroute. Le massacre est à la hauteur du butin récolté : énorme. Cette victoire assoit la possession de la Palestine aux Chrétiens. Dorénavant il va falloir la tenir et l’administrer…

– 12 août : départ des barons croisés. Raymond de Saint-Gilles, le Comte de Normandie et le Comte de Flandre quittent la Palestine. Seuls 3000 chevaliers, sur les 130 000 hommes qui ont pris part à la Première Croisade, restent auprès de Godefroy de Bouillon.  Commence alors la difficile construction des Etats Latins : le Royaume de Jérusalem, la Principauté d’Antioche et les Comtés de Tripoli et d’Edesse.

1100

– 18 juillet : mort de Godefroy de Bouillon. Son frère, Baudouin de Boulogne, lui succède à la tête du royaume franc de Jérusalem. Ce dernier n’aura de cesse d’agrandir l’héritage de son frère. Jusqu’en 1118, il reprendra aux Turcs les villes de Saint-Jean d’Acre, de Beyrouth et de Sidon.

– Août : Bohémond de Tarente (prince de Tarente et prince d’Antioche), une des grandes figures de la Première Croisade, est fait prisonnier par les Danichmendies (dynastie turque convertie à l’islam).

– octobre : Tancrède de Hauteville, neveu de Bohémond de Tarente, devient régent d’Antioche. Il gouvernera la principauté durant la captivité de son oncle ; ce dernier ne sera libéré qu’en mai 1103.

– 10 novembre : Baudouin de Boulogne arrive à Jérusalem.

– 25 décembre : Baudouin de Boulogne est couronné roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin 1er  de Jérusalem.

Baudouin 1er de Jérusalem

1101

– 15 septembre : défaite des croisés aquitains et bavarois près de la rivière d’Eregli. Les Croisés, encerclés, sont massacrés par les Turcs.

– 18 octobre : mort à Tarse (Cilicie) d’Hugues Ier de Vermandois (1057-1101), dit « Hugues le Grand », fils du roi de France Henri 1er et d’Anne de Kiev. Il est le frère cadet du roi Philippe 1er.

– Naissance à Edesse de Mélisende de Jérusalem (1101-1161), fille aînée de Baudouin II du Bourg et de Morfia Malatya. Elle deviendra reine de Jérusalem avec son époux Foulques d’Anjou de 1131 à 1143, et régente du royaume de 1143 à 1152.

Mélisende de Jérusalem

1102

Prise de Tortose (Syrie) par Raymond de Saint-Gilles.

– 17 mai : Bataille de Ramla (près du port de Jaffa, Palestine).

Défaite des troupes commandées par le roi de Jérusalem Baudouin 1er, face aux forces Fatimides d’Égypte placées sous les ordres de Charaf, le fils du vizir Al-Afdhal.

États Latins d’Orient en 1102

– 19 mai : Étienne, comte de Blois, est exécuté à Ramla. Il était l’époux d’Adèle d’Angleterre, fille de Guillaume le Conquérant.

– 27 mai : Bataille de Jaffa.

Victoire de l’armée croisée du roi de Jérusalem Baudouin 1er, face aux forces Fatimides égyptiennes qui sont refoulées jusqu’à Ascalon (Israël de nos jours).

1103

Conquête d’Acre par Baudouin de Boulogne (Baudouin 1er, roi de Jérusalem), et libération de Bohémond de Tarente.

De 1003 à1105

Siège de Tripoli.

1104

– 21 avril : Prise de Gibelet (Liban actuel) par Raymond de Saint-Gilles.

– 7 mai : Bataille de Harran.

Défaite des troupes franques du Comté d’Edesse et de la Principauté d’Antioche, face aux forces musulmanes seldjoukides. Les chefs de l’armée des croisés, Baudouin du Bourg et Josselin de Courtenay, sont capturés.

1105

28 février : mort de Raymond de Saint-Gilles (Raymond IV de Toulouse).

De 1107 à 1111

Croisade-pèlerinage en Terre Sainte de Sigurd Ier Jorsalfare, roi de Norvège.

1109

– Libération de Baudouin du Bourg.

– Mars : Bertrand de Toulouse, fils de Raymond de Saint Gilles, arrive à Tortose.

– 12 juillet : Prise de Tripoli (Liban) ; la ville est érigée en Comté.

Victoire de l’armée franque commandée par Raymond de Saint-Gilles, Guillaume de Cerdagne et Bertrand de Toulouse, face aux forces seldjoukides de Fakhr al-Mulk Abû ’Ali ibn’Ammâr.

Prise de Tripoli

1112

– 21 avril : mort de Bertrand de Toulouse.

– 5 décembre : mort de Tancrède de Hauteville.

Arnoul de Chocques (chapelain du duc de Normandie, Robert Courteheuse), appelé Arnoul Malcouronne , ou Arnoul de Roeux, devient Patriarche de Jérusalem.

1113

– 28 juin : Bataille de Sinn’al Nabra.

Défaite de l’armée des Croisés du roi de Jérusalem Baudouin 1er,  face aux forces syriennes de Mawdûd ibn Altûntâsh et de Tughtekin Saif el-Islam Daher ed-Din.

– Le pape Pascal II reconnaît l’Ordre de l’Hôpital Saint-Jean à Jérusalem (les Hospitaliers).

– septembre : mariage du roi Baudouin 1er de Jérusalem (Baudouin 1er de Boulogne), et d’Adélaïde de Montferrat ou Adélaïde de Sicile (Adélaïde del Vasto).

De 1113 à 1115

Baudouin du Bourg s’empare de la Cilicie orientale.

1115

Bataille de Sarmin (ou de Tell Danith).

Victoire de l’armée franque du prince d’Antioche Roger de Salerne (Roger d’Antioche).

1117

Le roi Baudouin 1er roi de Jérusalem répudie la reine Adélaïde.

Répudiation d’Adélaïde de Montferrat

                     

1118

– 21 janvier : à Rome, mort du pape Pascal II ; Gélase II lui succède.

Pascal II

Josselin de Courtenay devient Comte d’Edesse.

– 2 avril : mort de Baudouin de Boulogne (Baudouin 1er, roi de Jérusalem).

– 14 avril : Baudouin du Bourg est couronné roi de Jérusalem sous le nom de Baudouin II.

Couronnement de Baudouin II

De 1118 à 1119

Croix des Templiers

Fondation de l’Ordre du Temple par une poignée de chevaliers. C’est sous l’impulsion d’Hugues de Payns et de Geoffroy de Saint-Omer que naît la formation des « pauvres chevaliers du Christ » et du « Temple de Salomon », qui deviendra plus tard l’ordre des « Templiers ».

Hugues de Payns

De 1118 à 1131

Baudouin II  (du Bourg de Rethel, 1082-1131), roi de Jérusalem (1118-1131), offre aux « pauvres chevaliers du Christ » l’emplacement de l’ancien Temple de Salomon. Ils prennent le nom de « chevaliers du Temple » ou « Templiers ».

Baudouin du Bourg

1119

– 29 janvier : mort du pape Gélase II à l’abbaye de Cluny.

– 28 juin : Bataille du champ du Sang (près de Sarmada).

Défaite de l’armée croisée d’Antioche commandée par Roger de Salerne, en infériorité numérique face aux troupes artukides (dynastie turcomane), menées par Najm ad-Din Il Ghazi ibn Ortoq (officier turc au service des Seldjoujkides).

Roger de Salerne (prince d’Antioche) sera tué au cours des combats. Le nombre des morts sera si important que les chroniqueurs de l’époque donneront à la bataille le nom d’Ager Sanguinis, le «Champ du Sang».

Bataille du champ du Sang

Baudouin II devient régent d’Antioche et défend la ville.

– 14 août : Bataille de Tell Danith.

Combats indécis entre les forces chrétiennes, placées sous le commandement de Baudouin II, et les troupes de Najm ad-Din Il Ghazi ibn Ortoq (officier turc au service des Seldjoujkides). Les deux camps revendiqueront la victoire mais Baudouin II restera maître du terrain, et forcera son adversaire à la retraite.

De 1119 à 1120

Raids sur Edesse et Antioche conduits par Najm ad-Din Il Ghazi ibn Ortoq (officier turc au service des Seldjoujkides).

1123

Premier Concile du Latran (du 18 mars au 11 avril). L’assemblée, réunie à Rome par le pape Calixte II dans la basilique Saint-Jean de Latran, accorde des privilèges aux Croisés.

Calixte II

– avril : Baudouin II est fait prisonnier par Balak ibn Bahram ibn Ortok (officier turc de Syrie, dynastie ottomane, de la famille des Artukides), Durant sa détention, la régence sera assurée par Eustache Garnier (ou Grenier).

Baudouin II prisonnier

– 29 mai : Bataille d’Ibelin.

Eustache 1er de Grenier (ou Garnier), à la tête des armées croisées du Royaume de Jérusalem, bat les forces fatimides d’Égypte.

– 30 mai : Bataille navale d’Ascalon (Israël). Victoire de la flotte vénitienne sur celle d’Égypte qui est détruite.

– 15 juin : mort d’Eustache Garnier ; Guillaume de Bures (seigneur de Tibériade) lui succède.

1124

– 15 février : Début du siège de Tyr (Liban).

– 7 juillet/ : Prise de Tyr (Liban).

– 20 août : Baudouin II est libéré.

– 21 décembre : à Rome, Honorius II devient pape.

Honorius II

1126

– 25 janvier : Bataille de Tell ’al’ Shaqhab (Syrie).

Après un affrontement longtemps indécis, l’armée Damasquine est battue. Baudouin II de Jérusalem est aux portes de Damas.

– En Syrie, Bohémond II d’Antioche épouse Alix de Jérusalem.

– Raids des armées croisées sur Damas.

1129

– Lors du Concile de Troyes, le pape Honorius II reconnaît l’Ordre du Temple.

Foulques d’Anjou épouse Mélissende de Jérusalem.

Foulques d’Anjou épouse Mélissende de Jérusalem

1130

– Mort de Bohémond II d’Antioche. Son épouse, Alix de Jérusalem, s’empare de la  régence au détriment de sa fille Constance d’Antioche, alors âgée de trois ans.

– 14 février : à Rome, Innocent II devient pape.

Innocent II

1131

– Mort du roi Baudouin II de Jérusalem.

– Foulques V d’Anjou, son gendre, devient roi de Jérusalem (de 1131 à 1143).

1136

– Mort d’Hugues de Payns. Robert de Craon lui succède à la tête de l’Ordre.

Armoiries de Robert de Craon

Raymond de Poitiers épouse Constance d’Antioche qui n’a que dix ans.

1137

– Juin : Bataille de Ba’rin (Syrie).

L’atabeg de Mossoul,  Imad ed-Din Zengi, bat l’armée du roi Foulques V d’Anjou et s’empare de la forteresse de Ba`rin.

États Latins d’Orient en 1135

– Mort de Pons de Tripoli.

– 29 août : l’empereur byzantin Jean II Comnène met le siège devant Antioche.

Jean II Comnène

1139

Une bulle du pape Innocent II permet à l’Ordre du Temple d’échapper à la juridiction des évêques et d’avoir ses prêtres.

1143

– 8 avril : mort de Jean II Comnène.

– 24 septembre : à Rome, mort du pape Innocent II ; Célestin II lui succède.

Célestin II

– Novembre : mort du roi Foulques V d’Anjou ; son épouse Mélissende assume la régence.

1144

– Imad ed-Din Zengi, atabeg de Mossoul, s’empare d’Edesse.

– 8 mars : à Rome, mort du pape Célestin II ; Lucius II lui succède.

Lucius II

1145

15 février : à Rome, mort du pape Lucius II ; Eugène III lui succède.

Eugène III

1146

– 31 mars : à Vézelay, Saint Bernard prêche la Deuxième Croisade, en présence du roi de France Louis VII et de la reine Aliénor d’Aquitaine.

– 15 septembre : Imad ed-Din Zengi, atabeg de Mossoul, est assassiné. Son fils Nur al-Din (Nour ad-Din Mahmûd el Mâlik al Adil) lui succède et devient Émir d’Alep.

Nur al-Din

Émir : titre de noblesse d’un dignitaire musulman ; en arabe c’est celui qui commande, qui donne des ordres.

– novembre : révolte, perte et destruction de la ville d’Edesse.

– 27 décembre : Diète de Spire.

Sous la présidence de Conrad III de Hohenstaufen, Saint Bernard prêche la Deuxième Croisade devant la Diète à Spire.

 

 

Conrad III de Hohenstaufen

600px-Cross-Pattee-alternate_red.svg

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge