La campagne d’Egypte

naigleLa campagne d’Egypte 

(1797-1801)

« La paix est un mot vide de sens ; c’est une paix glorieuse qu’il nous faut ». Napoléon Bonaparte.

Le 18 octobre 1797 (26 vendémiaire an VI) a lieu la signature du traité de Campoformio entre Napoléon Bonaparte, pour le compte de la République française, et le comte Louis de Cobentzel, représentant l’Autriche. Ce traité couronne la campagne victorieuse de l’armée d’Italie commandée par le général Bonaparte. A la fin de la 1ère coalition, l’Angleterre, qui demeure hostile à la France de la Révolution, se retrouve seule pour la combattre.

Bonaparte_Egypte

Vers la fin du 18ème siècle, une grande hostilité envers la Grande Bretagne s’est développée en France. Une véritable proscription s’applique à tous les produits britanniques. Le 18 janvier 1798, le Directoire promulgue une loi stipulant que les navires, mêmes neutres, transportant du fret pour le compte de l’Angleterre, soient arraisonnés et déclarés « de bonne prise ». Tous les moyens sont utilisés pour affaiblir la marine de la « Prude Albion » et ses « vampires des mers ». Pour saper sa puissance, le Directoire envisage alors, comme ultime solution, un débarquement sur le sol britannique. Le projet d’invasion est confié tout naturellement à Napoléon Bonaparte qui, tout auréolé de ses victoires, vient de se couvrir de gloire lors de la campagne d’Italie. Le Directoire y voit une occasion de l’éloigner momentanément du pouvoir : sa renommée ayant atteint des sommets, il est devenu encombrant. Nommé général en chef de l’armée d’Angleterre, Bonaparte effectue une tournée d’inspection de Calais à Ostende. Le 23 février, à son retour, il acquiert la ferme conviction qu’en l’état des choses, un débarquement demeure irréalisable. Napoléon, convaincu de l’impossibilité de la tâche à accomplir, préfère garder sa popularité intacte et propose avec Talleyrand (ministre des relations extérieures) d’envahir l’Egypte pour y établir une force militaire capable de s’opposer à la domination britannique sur la route des Indes.


Les préparatifs.

Le 19 mai 1798, un corps expéditionnaire de 54 000 hommes appareille de Toulon. Il est constitué d’une flotte de 55 bâtiments de guerre et 280 transports. Napoléon s’est entouré des meilleurs officiers pour encadrer son armée. Avec lui, il emmène 187 savants, artistes et hommes de lettres.
C’est l’occasion rêvée pour Napoléon, qui a le génie de transformer cette opération militaire en une véritable expédition scientifique et culturelle. Il part à la découverte de l’Egypte, alors considérée comme le berceau de l’humanité.


La conquête.

pyramide-histoire

  • Le 10 juin a lieu la prise de Malte. Située au milieu de la Méditerranée, l’île est d’une importance stratégique. Occupée par les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, il faut trois jours aux troupes de Napoléon pour s’en rendre maîtres.
  • Le 1er juillet, l’armée débarque à Alexandrie et s’en empare. (L’Egypte, qui était une province turque, appartenait à la féodalité militaire des Mamelouks.)
  • Le 21 juillet, la cavalerie Mamelouk est écrasée lors de la bataille des Pyramides.
  • Le 24 juillet, Napoléon entre au Caire (la plus grande ville d’Egypte), et y établit son quartier général.
  • Le 1er août, à Aboukir, la flotte française est découverte et détruite par l’amiral britannique Horatio Nelson. Dès le départ de la campagne qui s’engage, ce désastre naval sera perçu comme un mauvais présage et annonciateur d’un échec.

aboukir-bataille-navale-tableau-bateau-feu


Administration de l’Egypte.

Napoléonnapoléon-histoire-portrait et son armée sont désormais prisonniers de leur conquête sur la terre des Pharaons. Bien que stoppé dans ses objectifs par ce revers, Bonaparte entreprend la pacification de la Haute-Egypte.

Le 22 août, après avoir gagné l’amitié des musulmans, et avec l’aide des savants qu’il avait emmenés dans son expédition, (Monge, Berthollet, Vivant Denon, Geoffroy Saint-Hilaire) etc.…) il fonde l’Institut d’Egypte (association desdits savants). Ceux-ci se lancent dans l’inventaire des richesses du pays et jettent les bases de l’égyptologie. S’ensuit l’édition de journaux répertoriant leurs découvertes. Puis naissent peu après des hôpitaux, des arsenaux, des moulins, des fours…

Napoléon ordonne à ses savants d’étudier la remise en état des canaux d’alimentation en eau ; il fait établir de nouveaux plans d’irrigation, de nouvelles méthodes de cultures, et se lance dans l’étude du projet fou de creuser un canal reliant la méditerranée à la Mer Rouge. Les infrastructures ainsi érigées, vont servir, pour le futur, aux fondateurs de l’Egypte moderne.


Affaires publiques.

Dans le domaine des affaires publiques, Napoléon va se montrer très attentif envers les autochtones, dont il s’attire les élites en montrant un profond respect pour l’Islam, le Coran et Mahomet. Cette attitude sera un moyen convaincant d’accommodement envers la population. En témoigne la rigueur avec laquelle il punit sévèrement ses soldats accusés de pillage. Il va réformer les impôts et assoir une politique de conciliation, qui sera au demeurant incertaine avec des résultats moyens. Ce qui débouchera sur la révolte du Caire des 21 et 22 octobre 1798. Les émeutes seront réprimées avec fermeté, et Bonaparte pourra ainsi stabiliser le pays jusqu’à son départ d’Egypte


Expédition de Syrie.

Le 9 septembre 1798, la Turquie déclare la guerre à la France. Dès le début de 1799, afin d’anticiper les intentions belliqueuses du sultan qui a réuni une armée, Bonaparte entre en Syrie à la tête de ses troupes

1799.

  • Le 10 février, les Français pénètrent sur les terres du sultan.
  • Le 20 février, le fort d’El Arich est pris
  • Le 25 février, Gaza tombe, après une longue marche de 60 lieux dans le désert
  • Le 7 mars, Jaffa tombe
  • Napoléon met ensuite le siège de Saint-Jean d’Acre (20 mars-21 mai 1799)
  • Le 16 avril, l’armée française bat l’armée turque au mont Thabor

bataille-tabor-mont-syrie-1804

  • Le 17 mai, à Saint-Jean d’Acre, la résistance des assiégés est telle que la situation des assiégeants devient intenable ; Bonaparte doit se décider à lever le siège et retourner en Egypte.

Les Français, dont les troupes sont décimées par la peste (600 soldats périssent durant la campagne), font retraite.

  • Le 25 juillet, une flotte turque, aidée par les Anglais, se lance à l’assaut d’Alexandrie, sans succès, et débarque une armée non loin de la ville. Elle est battue par Napoléon ; c’est une victoire éclatante, celle d’Aboukir, qui efface le désastre naval, du même nom, de l’année précédente.

Napoléon apprend, lors d’un échange de prisonniers avec les Anglais, qu’une 2ème coalition vient de se former contre la France. Elle regroupe autour de l’Angleterre, les Deux-Siciles, la Turquie, la Russie et l’Autriche. Les opérations en Egypte sont de toute évidence bloquées, et les prévisions pour rétablir la situation apparaissent bien sombres. La perte de la flotte française, puis la retraite après le désastreux siège de Saint-Jean d’Acre se rajoutant à l’impossibilité de faire mouvement, contraignent Bonaparte à prendre des décisions. Son armée, dont les effectifs sont réduits et ne peuvent être remplacés faute de transports, est menacée de capitulation. Lui-même prend le risque de se voir emmené en captivité. Napoléon comprend alors que les événements en France sont propices à ses objectifs ; son ambition personnelle lui impose de rentrer en métropole.

  • Le 22 août 1799, Napoléon Bonaparte s’embarque pour la France, après avoir transmis le commandement de l’armée au général Jean-Baptiste Kléber.

Fin de la campagne d’Egypte.


napoléon-egypte-sphynx

  • Le 24 janvier 1800, Kléber signe, avec les Anglais, une convention de rapatriement. Après avoir refusé de capituler, les combats reprennent.
  • Le 20 mars 1800, Kléber bat les Turcs à Héliopolis.
  • Le 14 juin 1800, Kléber est assassiné. Son successeur, le général Jacques François de Menou de Boussay, est battu, en mars 1801, par une armée Anglo-turque à Canope. Après sa capitulation, en août 1801, les débris de l’armée de Napoléon sont rapatriés en France sur des navires anglais.

Bilan.

napoléon-empire-egypte

Si le bilan militaire est catastrophique, le bilan scientifique et artistique est exceptionnel. Les savants emmenés par Bonaparte ont constitué une œuvre monumentale, publiée en vingt volumes sous le nom de « Description de l’Egypte ». Elle servira de modèle à toute l’égyptologie moderne qui va suivre. Grâce à la découverte de la Pierre de Rosette, Champollion pourra déchiffrer les hiéroglyphes, dont l’écriture était alors restée incompréhensible depuis quatorze siècles.

pierre-rosette-champolion-hiéroglyphe

aigle

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 6 mai 2015

    […] que Napoléon a entrepris la Campagne d’Egypte et emmené avec lui les meilleurs généraux, en Europe la guerre reprend ; la deuxième coalition […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge