Les Témoins du passé – Abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire

LES TÉMOINS DU PASSE

                                                                                 100px-Logo_monument_historique_-_rouge_ombré_sans_texte.svg                                                                             

 

ABBATIALE SAINT-AUSTREMOINE

 D’ISSOIRE

Eglise-d'Issoire-Saint-Austremoine

Puy-de-Dôme, Auvergne

Blason de l'Auvergne

Blason de l’Auvergne

TYPE : Abbatiale, Église.

CULTE : Catholique.

DÉBUT DE CONSTRUCTION : 1130

STYLE : art  roman auvergnat (l’abbatiale est un chef d’œuvre de l’art roman).

En histoire de l’art, L’ART ROMAN AUVERGNAT est un type notable de l’art roman, qui s’est étendu en Auvergne sur une période couvrant les 11ème et 12ème siècles. Il se définit par la richesse de ses décorations et l’harmonie de son style.

 

PROTECTION :  le monument est classé par les listes des monuments historiques de 1840.

 

HISTORIQUE

L’abbatiale Saint-Austremoine est une église romane du style roman auvergnat de la fin du 11ème  et début du 12ème siècle. Située à Issoire, en Auvergne, elle représente la plus grande des églises romanes de Basse Auvergne, et un des monuments majeurs du sud du département du Puy-de-Dôme. Elle est consacrée à Austremoine de Clermont, évêque de Clermont-Ferrand qui évangélisa l’Auvergne vers la fin du 3ème siècle. Au 19ème siècle, entre 1857 et 1859, l’église a été restaurée et a retrouvé sa polychromie intérieure.

L’ARCHITECTURE ROMANE est un style architectural qui a pris son essor en Europe au cours du Moyen-Âge (entre le milieu du 10ème siècle et le 12ème siècle). Il est emblématique des monuments religieux de cette époque, et se définit par l’utilisation de voûtes en berceau de plein cintre, de voûtes brisées ou de voûtes d’arêtes, soutenues par des colonnes latérales. Ces dernières, qui soutiennent les arcs, sont essentiellement cylindriques et surmontées de chapiteaux. Elles sont dans la plupart des cas sculptées de reproductions d’animaux, de plantes, ou bien de symboles géométriques.

CHRONOLOGIE

– Vers 250 : c’est sous les consulats de Decius et de Gratus que Saint Austremoine arrive en Auvergne et l’évangélise. Il devient le premier évêque de Clermont-Ferrand.

– Vers 260 : après avoir évangélisé le pays arverne, Saint Austremoine se retire à Issoire où il fonde un monastère. Il est tué près de Tormeil (aux Martres-de-Veyre) et enseveli dans l’église du monastère, à Issoire.

– Vers 474 : le premier monastère est détruit par les Wisigoths.

– Vers 550 : le culte de Saint Austremoine est réhabilité par le diacre Cautinus-Cautin. Ce dernier deviendra évêque de Clermont-Ferrand.

– Vers 580 : l’évêque de Clermont-Ferrand, Saint Avit, fait transférer le corps de Saint Austremoine  à Volvic.

– Vers 764 : le corps de Saint Austremoine est transféré à Mozat.

– 816 : les moines de l’abbaye bénédictine de Charroux trouvent refuge à Saint-Yvoine, près d’Issoire.

– 8ème siècle : Gislebert, moine de Charroux, arrive à Issoire et entreprend de construire une nouvelle église dédiée à Saint Austremoine.

– 937 : Bernard, évêque de Clermont-Ferrand, consacre la nouvelle abbaye à Saint Austremoine et à Saint Pierre.

– 12ème siècle : les pèlerins affluent et l’abbaye s’enrichit. La reconstruction de l’église est donc envisagée. Elle sera construite d’Est en Ouest. La nef de l’église se raccorde au transept de l’abbaye du 10ème siècle, et devient le narthex du nouvel édifice.

– 1462 : le nombre de moines de l’église est réduit à 20 par le cardinal de Bourbon, évêque de Clermont.

– 1515 : Le cardinal Bohier, abbé commendataire du monastère, entreprend de reconstruire le cloître.

– 1575 : les Protestants, menés par le capitaine Merle, mettent à sac l’abbaye, et ses archives sont détruites. Ils tenteront sans pouvoir y arriver d’abattre les murs de l’église.

– 10 juin 1557 : le clocher de l’église est ravagé par un violent orage ; la flèche et l’étage supérieur disparaissent dans la tourmente.

– 1600 : seuls six moines demeurent dans l’abbaye.

– 1665 : L’abbé Martial Chanut introduit la réforme de la Congrégation de Saint-Maur. La demeure abbatiale est reconstruite et les stalles sont refaites.

La Congrégation de Saint-Maur, dont les membres étaient souvent dénommés les « Mauristes », était une confrérie de moines bénédictins français. Elle fut fondée en 1618 et était célèbre pour le haut niveau de son érudition. L’ordre et ses adeptes prirent leur nom de Saint-Maur (mort en 565), disciple de Saint-Benoît. Il est à l’origine de l’introduction en Gaule de la règle et de la vie bénédictine. En 1790, la congrégation sera supprimée par l’Assemblée Constituante.

– 1793 : l’église est saccagée. Les tours sont rasées, et le monastère presque entièrement détruit.

– 1835 : l’église est classée Monument Historique. Sa restauration est confiée aux architectes Mallay et Bravard.

– De 1835 à 1839 : mise en place et pose des vitraux.

– 1837 : lors de fouilles faites sur le parvis de l’abbatiale, les fondations des travées de la nef de l’église du 10ème siècle ont été mises à jour.

– 1840 : La façade du bras sud du transept sur lequel venaient s’appuyer les bâtiments monacaux est rénovée.

– 1845 : La façade occidentale du narthex est refaite par l’architecte Mallay Aymon Gilbert (1805-1883) pour la somme de  52 000 francs-or. Il construit au-dessus la tour actuelle, à la place des deux tours d’origine.

– 1847 : l’architecte Mallay Aymon, Gilbert (1805-1883) reconstruit le clocher de la croisée du transept.

– 1849 : l’absidiole du croisillon Sud est rebâtie.

– De 1857 à 1859 : pour la somme de 60 000 francs-or, Anatole Dauvergne (1812-1870) peint l’intérieur de l’église de couleurs violentes, où domine le rouge-brun.

-1941 : l’autel de la crypte est achevé.

 PLAN DE L’ABBATIALE

Pour voir le plan de l’Abbatiale d’Issoire, cliquez sur le lien ci-dessous.

Plan au sol de L’abbatiale

Avec tous mes remerciements à monsieur Pierre Deneuve, attaché de conservation du patrimoine, responsable Pôle Arts & Patrimoine Ville d’Issoire, pour m’avoir transmis à titre gracieux le plan de l’Abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire.

DIMENSIONS

 

Longueur intérieure
65,11m
Chœur Largeur 7.86 m
Diamètre des colonnes 0.57 m
Coupole Hauteur 23.30 m
Crypte Hauteur sous clef de voûte 3.78 m
Déambulatoire Largeur 3.20 m
Nef Hauteur 18.80 m
Épaisseur des murs 1 m
Largeur du vaisseau central 7.81 m
Largeur totale 16.78

 

LES EXTÉRIEURS

 

LE CHEVET

Construite en grès, l’abbatiale présente un remarquable chevet roman auvergnat gradué par une superposition de volumes de hauteur progressive. On distingue :

– Deux absidioles appuyées aux bras du transept.

– Quatre chapelles rayonnantes.

– Une chapelle axiale rectangulaire.

– Le déambulatoire.

– Le chœur.

– Les bras du transept.

– Le clocher octogonal.

– Le massif barlong.

LE MASSIF BARLONG : en architecture, c’est un parallélépipède allongé transversalement (le « barlong »), qui se situe sur la croisée du transept et qui est surmonté par le clocher.

Le massif barlong

Le massif barlong

L’INTÉRIEUR

L’intérieur est éblouissant par sa polychromie du 13ème siècle. Ses couleurs ont été rénovées et rehaussées par les travaux de peintures effectués par Anatole Dauvergne (1812-1870), pour la somme de 60 000 francs-or. 

Blason de l'Auvergne

Blason de l’Auvergne

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge