Les Témoins du Passé – Saint – Jean – d’Alcas

       Croix des Templiers                                                                                  Croix des Templiers                                                                           

LES TÉMOINS DU PASSÉ

Templier

TEMPLIERS & HOSPITALIERS

Croix de Malte des Hospitaliers

SAINT-JEAN-D’ALCAS

Remparts

Blason de l'Aveyron

Blason de l’Aveyron

SAINT-JEAN-ET-SAINT-PAUL

Blason de Saint-Jean-et-Saint-Paul

Blason de Saint-Jean-et-Saint-Paul

 

LE LARZAC, TERRE DES TEMPLIERS…

P1130565

SITUATION

Saint-Jean-et-Saint-Paul, ancienne enceinte fortifiée du XVème siècle, est une commune française située à la limite ouest du Larzac dans le département de l’Aveyron, en région Occitanie. Elle est à 8 km de Roquefort-sur-Soulzon et à 14 km de Saint-Affrique.

PRÉSENTATION

Le village de Saint-Jean-d’Alcas ne dépend à l’origine ni des Templiers ni des Hospitaliers. Il appartenait aux cisterciennes de Nonenque, en Occitanie (anciennement Midi-Pyrénées).

C’est l’abbesse de l’Abbaye cistercienne de Nonenque qui autorisa ses habitants à ériger des remparts, afin de se protéger des bandes de routiers et mercenaires qui arpentaient les campagnes durant la Guerre de Cent Ans. L’enceinte était assez vaste pour que la population puisse s’y abriter avec son bétail.

Chevaliers du Temple

Templiers

HISTORIQUE

Dès 1153, le Mas d’Olcas est cité dans certains textes. Il comprend quelques maisons et une église isolée dédiée à Jean le Baptiste.

En 1170, le Mas d’Olcas devient la propriété de l’abbaye de Nonenque.

De 1301 à 1321, alors que le roi de France (Philippe le Bel) étend son influence dans la région, l’abbaye perd une partie de son pouvoir, et se voit contrainte d’accepter un contrat de paréage ou pariage (seigneurie partagée entre plusieurs personnes ayant des droits égaux) avec le roi.

Cet accord en paréage entre le roi de France et les abbesses de Nonenque permettra de protéger les biens de ces dernières, convoités par les seigneurs de Versols et les commandeurs de Saint-Félix de Sorgue et de Sainte-Eulalie de Cernon.

En 1356, le village est autorisé à se fortifier pour se défendre contre les routiers (mercenaires et pillards) qui sillonnent la région. Les aménagements concerneront tout d’abord l’église existante, qui sera surélevée et fortifiée. Le clocher mur originel sera donc rehaussé et transformé en tour.

En 1445, une abbesse du couvent de Nonenque (de la maison de Casilhac) autorise les habitants de Saint-Jean-d’Alcas à fortifier leur village. Le fort est construit, incluant dans son périmètre l’église déjà fortifiée.

En 1573, les Huguenots pillent Nonenque. L’abbesse et ses religieuses doivent se réfugient à Saint-Jean- d’Alcas, puis dans le château de St Izaire.

En 1789, la Révolution Française met un terme à l’administration de Saint-Jean-d’Alcas par les abbesses de Nonenque.

Au XIXème siècle, la sacristie est construite. Au cours de la même période, l’abbé Assié s’attellera, à partir de 1836, à la restauration de l’église, et la dotera notamment d’une grande cloche…

En 1976, les travaux de restauration du fort débutent.

En 2006 et 2007, les derniers travaux concernent le logis de l’abbesse (maison du XVème siècle constituée de deux étages d’habitation et d’un niveau supérieur pouvant servir de salle d’armes), la salle refuge de l’église (la réhabilitation du clocher avec la réparation de son escalier d’accès, de ses abats sons et de son installation campanaire est également prévue),
et les remparts.

Depuis 1997, Saint-Jean-d’Alcas est inclus dans le circuit des Templiers et des Hospitaliers (Les remparts du Larzac). Saint Jean d’Alcas n’a jamais été assujetti à la commanderie de Sainte-Eulalie-de-Cernon.

10653724_698745350254162_1904829273191994714_n

ESCAPADE DANS LES TRACES DES CITES

TEMPLIÈRES & HOSPITALIÈRES DU LARZAC

 

LE CLIN D’ŒIL

Le 13 janvier 1129 s’ouvre le Concile de Troyes. Convoqué par le pape Honorius II à la demande d’Hugues de Payns (1er Grand Maître des Templiers), le synode reconnaît officiellement l’Ordre du Temple dont la règle, transcrite par Bernard de Clairvaux, est ratifiée par le Concile.

Bernard de Clairvaux

Bernard de Clairvaux

 

Hugues de Payns

Hugues de Payns

L’Ordre est créé selon la règle du « chevalier du Christ » : simplicité,pauvreté, chasteté et prières. Cette règle s’appuie sur celle de Saint Benoit, avec quelques nuances empruntées à celle de Saint Augustin. Cette doctrine est suivie par les chanoines de l’Ordre du Saint Sépulcre, près desquels vivent les premiers Templiers.

L’ordre a alors plusieurs appellations : la milice des Pauvres Chevaliers de Christ, les Chevaliers de la Sainte Cité, les Chevaliers du Temple de Salomon de Jérusalem, la Sainte Milice hiérosolymitaine du Temple de Salomon. Au fil du temps, le nom qui deviendra le plus usité sera celui de « Templiers ».

Lire : les Grands Maîtres de l’Ordre du Temple.

 

Templiers - Les peintures sont de Nan Emile

Templiers – Les peintures sont de Nan Émile

 

QUELQUES RAPPELS HISTORIQUES

Hospitalier au Viala du Pas de Jaux

Hospitalier au Viala du Pas de Jaux

L’ORDRE DU TEMPLE

L’Ordre du Temple était un « Ordre religieux et militaire » issu de la chevalerie chrétienne du Croix des TempliersMoyen Âge. Il fut créé en 1129, lors du Concile de Troyes. A l’origine, ses membres constituaient une milice nommée les « Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon ». L’ordre eut pour mission, au cours des 12ème et 13ème siècles, d’accompagner et de protéger les pèlerins qui se rendaient en Terre Sainte, à Jérusalem, dans le contexte de la Guerre Sainte et des Croisades. Les soldats du Christ seront présents dans de nombreuses batailles lors des Croisades en Terre Sainte, ainsi que dans la péninsule ibérique lors de la « Reconquista ».

Templiers - Les peintures sont de Nan Emile

Templiers – Les peintures sont de Nan Émile

Clément V

Clément V

Pour accomplir et financer ses missions, l’Ordre va pouvoir, grâce à des dons fonciers, essaimer et construire à travers l’Europe tout un réseau de monastères (commanderies), puis s’étendre dans tout l’Occident chrétien. Cette montée en puissance va lui donner un rôle privilégié parmi les souverains de l’époque. Les Pauvres chevaliers du Christ vont devenir des partenaires financiers de premier choix auprès des monarques occidentaux. Ils effectueront même, avec certains rois, des transactions à caractère non lucratif, voire devenir les gardiens des trésors royaux.

 

Siège de Saint-Jean-d'Acre 1291

Siège de Saint-Jean-d’Acre 1291

Le 28 mai 1291, après la chute de Saint-Jean-d’Acre et le retrait définitif des armées croisées de la Terre Sainte, l’Ordre va tomber en disgrâce. Devenus trop puissants aux yeux du roi de France

Philippe le Bel, les chevaliers du Temple seront condamnés en procès pour hérésie.

Le 14 septembre 1307, le roi dépêche des messagers à tous ses sénéchaux et baillis, leur ordonnant de saisir tous les biens mobiliers et immobiliers des chevaliers du Temple.

Clément V et Philippe le Bel

Clément V et Philippe leBel

Le 13 octobre 1307, sur ordre du roi, l’on procède en France à l’arrestation de la totalité des Templiers au cours d’une même journée.

Le 13 mars 1312, l’Ordre est dissout par le pape Clément V.

Le 18 mars 1314, le dernier Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, est brûlé sur un bûcher dressé sur l’île aux Juifs, à Paris.

 

L’ORDRE DE SAINT-JEAN DE JÉRUSALEM

Croix de Malte des HospitaliersL’Ordre de l’Hôpital fut créé en Orient, quelques années avant l’Ordre du Temple. Il avait pour but d’accueillir, de soigner et d’offrir l’hospitalité. Ce n’est que plus tardivement que, tout comme les Templiers, ils protègeront les pèlerins sur les routes de la Terre Sainte, possèderont des châteaux, et deviendront un Ordre à la fois militaire et religieux.

Ordre de Saint-Jean de Jérusalem

Ordre de Saint-Jean de Jérusalem

En tant qu’Ordre militaire, les chevaliers prennent part à de nombreuses guerres qui émaillerontl’histoire des Etats Latins, en combattant les Sarrasins aux côtés des Francs de Terre sainte.

Mais à la chute d’Acre en 1291, ils seront chassés de leur dernière place forte en Terre Sainte. Après une brève escale à Chypre, ils conquièrent Rhodes, qu’ils occuperont pendant plus de deux siècles. C’est sur cette île qu’ils perfectionnent les bases de leur organisation, qui va faire d’eux des combattants sur mer parmi les plus efficaces de leur temps.

P1130230Après la dissolution de l’Ordre du Temple en 1312 par le pape Clément V, les biens des Templiers sont donnés aux Hospitaliers.

En 1522, ces derniers sont expulsés de Rhodes par Soliman le Magnifique, qui s’empare de l’île.

En 1530, après quelques années d’errance, les Hospitaliers reçoivent de Charles Quint (1500-1558) l’île de Malte. Ils prennent alors le nom de « Chevaliers de l’Ordre de Malte ».

 

Templier

En Europe, durant le Moyen Âge, le mot « Sarrasins » ou « Sarrazins » était employé pour dénommer les peuples de confession musulmane. On les appelait aussi « Mahométans », « Arabes », « Ismaélites », ou bien « Agarènes ». Quant au terme « Maures », il faisait allusion aux Berbères de l’Afrique du Nord après la conquête des Omeyades. Les mots « Islam » et « Musulmans » n’existaient pas encore en Occident médiéval. En français, le mot « Musulman » est cité pour la première fois en 1551 ; « Islam » en 1697. Avant ces dates on utilisait, pour définir la religion des peuples musulmans, l’expression « loi de Mahomet », ou « loi des Sarrasins ».

 

SAINT-JEAN-D’ALCAS

 P1130436

LE FORT

Le bourg ainsi fortifié est étonnant par sa régularité géométrique. Son enceinte est longue de 62,5 mètres sur 37 de large, et encadrée par quatre tours d’angle qui protègent de longues courtines.

LES REMPARTS

Au dessus de la porte d’entrée on distingue une minuscule bretèche (ou peut-être des latrines).

Une bretèche est un petit avant-corps rectangulaire ou à pans coupés, plaqué en encorbellement sur un mur fortifié au Moyen Âge.

LE PORTAL

Face à l’entrée du village fortifié se trouve le syndicat d’initiative.

 

MAISONS DU XVème SIÈCLE

A l’intérieur des murs, on distingue deux rues parallèles bordées de petites habitations quasi similaires, pourvues de fenêtres à meneaux. Ces maisons s’adossent sur les remparts ; quelques-unes au centre forment un îlot entouré par une rue.

Un meneau est un élément structural vertical en pierre de taille, bois ou fer, qui divise la baie d’une fenêtre ou d’une porte. L’objectif principal du meneau est d’être un soutien structurel à un arc ou linteau au-dessus de cette ouverture.

LA SALLE DE JUSTICE

L’ÉGLISE & LE CLOCHER

L’église, au style dépouillé, est représentative de l’influence des abbayes cisterciennes. Elle a été surélevée lors de sa fortification ; le clocher a été transformé en tour de défense. A ne pas manquer le chemin de croix et les vitraux (photos ci-dessous).

LA NEF

LA VOÛTE

LES VITRAUX

LE CHEMIN DE CROIX

L’ACCÈS AU SOMMET DES REMPARTS

On peut aujourd’hui accéder aux remparts. Sur le chemin de ronde de la courtine, le point de vue est remarquable : il nous permet d’admirer le plateau du Larzac et les monts de Lévézou.

 

 LA SALLE REFUGE

 

LA MAISON DE L’ABBESSE

On remarque que chaque ouverture (fenêtre) est dotée de coussièges.

Un coussiège est un banc ménagé dans l’embrasure d’une fenêtre par un ressaut de la baie. Forme courante dans les constructions médiévales, il est souvent en pierre, intégré à la maçonnerie, revêtu de bois, de coussins. …

LA PORTANELLE

Portanelle ou poterne : porte dissimulée dans une muraille qui permettait de s’enfuir ou de faire entrer des renforts à l’insu des assiégeants.

La cardabelle Recherché et cueilli pour son aspect décoratif, ce chardon (de son vrai nom : Carline à feuilles d’acanthe) est appelé Cardabelle dans la région. Cette plante, une fois séchée, est clouée aux portes des maisons en décoration.

14040026_592451917599172_2068305253616473431_n

Dans son milieu naturel, elle est utilisée comme baromètre (curieusement la plante voit son capitule se refermer à l’approche du mauvais temps), ou encore comme porte bonheur.

La cardabelle étant une espèce en voie de disparition, elle est désormais protégée. Si vous la rencontrez aux détours d’un chemin sur les causses du Larzac ou de Lozère, ne la cueillez donc pas.

 

Jadis on mangeait son cœur comestible, et ses feuilles épineuses étaient utilisées pour carder la laine des ovins. De plus sa racine était un remède contre de multiples affections et maladies.

Blason de Saint-Jean-et-Saint-Paul

Blason de Saint-Jean-et-Saint-Paul

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge