Les Témoins du Passé – Le prieuré du Pic de Montverdun

LES TÉMOINS DU PASSÉ

LE PRIEURE DU PIC DE

MONTVERDUN

Blason de la ville de Montverdun

 

Blason du département de la Loire

STYLE DOMINANT : gothique.

FONDATION : VIIIème siècle.

CONSTRUCTION : XIIème siècle.

PÉRIODES DE RESTAURATION : XIIème et XVème siècles.

CULTE : catholique.

TYPE : prieuré et église (prieuré casadéen).

RATTACHEMENT : congrégation bénédictine de la Chaise-Dieu.

Un site casadéen est un élément architectural (abbaye, église, prieuré etc.) ou paysager (cours d’eau, forêts etc.) qui dépend depuis le XIème siècle de la congrégation bénédictine de la Chaise-Dieu (« Casa Dei » en latin, maison de dieu).

 

 

PROPRIÉTAIRE : la commune.

PROTECTION : classé Monument Historique par arrêté du 19 juin 1981.

Blason de la ville de Montverdun

 

SITUATION

Montverdun est une commune française située dans le département de la Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Blason de l’Auvergne Rhône Alpes

Le prieuré du Pic de Montverdun est un ancien prieuré casadéen situé sur la commune de Montverdun.

Il se dresse sur un pic basaltique au cœur de la plaine du Forez, dans le pays d’Astrée, sur la route du basalte (roche éruptive compacte et noire). Le site offre une vue à 360° sur les monts du Forez et les monts du Lyonnais.

HISTOIRE

Autour de 732, les Sarrazins s’emparent des Îles de Lérins.

En Europe, durant le Moyen Âge, le mot « Sarrasins » ou « Sarrazins » était employé pour dénommer les peuples de confession musulmane. On les appelait aussi « Mahométans », « Arabes », « Ismaélites », ou bien « Agarènes ». Quant au terme « Maures », il faisait allusion aux Berbères de l’Afrique du Nord après la conquête des Omeyades. Les mots « Islam » et « Musulmans » n’existaient pas encore en Occident médiéval. En français, le mot « Musulman » est cité pour la première fois en 1551 ; « Islam » en 1697. Avant ces dates on utilisait, pour définir la religion des peuples musulmans, l’expression « loi de Mahomet », ou « loi des Sarrasins ».

Comme le raconte la légende, Porcaire, abbé du monastère Saint-Honorat, échappe aux envahisseurs et vient se réfugier dans le Forez, son pays natal, pour y vivre en anachorète.

Ermite ou Anachorète : « qui s’est retiré du monde ». C’est une personne qui s’est volontairement soustraite de la société temporelle pour des raisons religieuses, afin de suivre une vie basée sur l’austérité, la rigueur et la pénitence. Les anachorètes sont des ermites qui vouent leur existence à la spiritualité, à la prière et à l’Eucharistie.

 LA LÉGENDE

Porcaire (2ème de ce nom) était le 15ème abbé du grand monastère de Lérins. Il aurait été originaire du Forez. A une date incertaine, son monastère fut pillé et saccagé par les Sarrazins qui avaient pris pied en Provence. L’abbé échappa au massacre mais eut les yeux crevés. Il s’échappa et vint se mettre à l’abri dans son pays natal, afin d’y mener une existence d’ermite. Les Sarrazins, rancuniers, vinrent jusqu’à Montverdun pour torturer le malheureux moine et l’assassiner dans sa cellule. Il subit le supplice d’un coup de lance, arme dont le fer est conservé dans un reliquaire de l’église paroissiale.

Les premières traces du monastère dans des écrits datent du XIème siècle (l’existence, sur le Pic de Montverdun, d’un prieuré de l’Ordre de Saint Augustin, est avérée en 1010).

Des chanoines réguliers de l’Ordre de Saint Augustin, dépendant de l’abbaye de Savigny (aujourd’hui disparue), s’y installent alors.

Un prieuré est fondé par des Bénédictins sur une butte volcanique, autour duquel le village va naître et prendre de l’importance. Puis le prieuré se développe ; on y compte bientôt une vingtaine de moines.

En 1233, à la demande de l’archevêque de Lyon (Robert d’Auvergne) et du comte de Forez, le monastère est cédé aux Bénédictins de La Chaise-Dieu. Ils vont l’occuper et le servir dans un contexte politico-religieux délicat.

Dès le XIIIème siècle, le prieuré est l’un des principaux sites casadéens en Forez.

Le monastère continue de s’agrandir. Plusieurs autres prieurés se rattachent à Montverdun : Saint-Médard, Boisy, Pouilly-le-Monial, La Boulène, Craintilleux, Saint-Denis

Le prieur délègue aux paroisses voisines (Montverdun, La Chamba, Sainte-Agathe, Saint-Clément, Saint-Etienne-le-Molard, Saint-Paul d’Uzore…) et exerce le droit de justice…

Il faut noter qu’en 1342, Pierre Roger de Beaufort, novice en ces lieux, sera élu à l’unanimité pape en Avignon sous le nom de Clément VI.

En 1640, on arrêtera d’affecter des moines au prieuré. Le dernier, Jacques Truffier, y mourra en 1700.

A la fin du XVIIème siècle les moines abandonnent le prieuré, qui dépend dès lors du Séminaire Saint-Charles de Lyon.

A la Révolution, le monastère est vendu comme bien national.

De 1870 à 1895, la salle capitulaire devient une école. Les autres bâtiments deviendront le presbytère, des bâtiments agricoles, des logements… Cependant l’église paroissiale restera un lieu de culte.

La salle du chapitre (capitulaire) connut beaucoup de dommages au cours des siècles : seuls quatre murs résistèrent. Elle (la salle capitulaire) sera reconstruite vers 1740, puis incendiée en 1870, réaménagée ensuite en 1885, puis démantelée en 1925.

En 1968, grâce aux Montverdunois et par la volonté du maire de l’époque, est créée l’association des Amis du Pic, qui a pour vocation de sauvegarder et d’animer le prieuré. La même année voit le début des travaux de restauration…

Dans les années 1980 et 1990, des groupes de jeunes bénévoles œuvrent à la restauration des bâtiments. C’est à la suite de l’organisation de ces chantiers de volontaires que le site a pu préserver ses caractéristiques originelles ainsi que son authenticité.

En 1981, les bâtiments du site sont classés Monuments historiques.

C’est grâce au conseil général de la Loire, aux Amis du Pic, et au prix que gagna l’association pour les travaux déjà réalisés (1er prix régional des chantiers de jeunes bénévoles) que tout ceci fut possible.

Blason du département de la Loire

 

LE PRIEURE DU PIC DE MONTVERDUN

ENCEINTE & FAÇADES EXTÉRIEURES

CONTREFORTS

FAÇADES INTERIEURES

BRETÈCHE

Une bretèche est un petit avant-corps rectangulaire ou à pans coupés, plaqué en encorbellement sur un mur fortifié au Moyen Âge.

FENÊTRES A MENEAU

Un meneau est un élément structural vertical en pierre de taille, bois ou fer qui divise la baie d’une fenêtre ou d’une porte. L’objectif principal du meneau est d’être un soutien structurel à un arc ou linteau au-dessus de cette ouverture.

L’ÉGLISE

LE CLOCHER

LA GALERIE

Cette magnifique galerie date de 1442. Ses sept piliers de chêne reposent sur des pierres ; le colombage de la partie supérieure est composé de fragments de tuile, de basalte, et de chêne.

Notons le travail remarquable des charpentiers et des menuisiers : une véritable œuvre d’art.

LE FOUR A PAIN

Le four à pain est utilisé chaque année pour les Journées Européennes du Patrimoine.

L’ÉGLISE DU PIC DE MONTVERDUN

L’église date des XIIème et XVème siècles.

L’ENTRÉE

LA NEF

L’ABSIDE & L’AUTEL

LES FRESQUES 

Les fresques du XVIIème siècle furent découvertes au cours de travaux archéologiques en 1986.

LA VOÛTE

LES CLEFS DE VOÛTE

LES BLASONS SUR LES PILIERS

LA CHAIRE

LES STALLES

LE BÉNITIER

VITRAUX

Blason de la ville de Montverdun

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Montverdun

http://forezhistoire.free.fr/images/SaintPorcaire.pdf

https://monumentum.fr/eglise-ancien-prieure-remparts-pa00117533.html

 

 

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge