Les Témoins du passé – Le Temple d’Isis à Philæ

 

LES TÉMOINS DU PASSÉ

Statuette d'Isis allaitant Horus

Statuette d’Isis allaitant Horus

LE TEMPLE D’ISIS

A

  PHILAE

 Esplanade et colonnade (3)

Égypte

Drapeau de l'Egypte

NOM : Temple d’Isis ou Temple de Philae.

LOCALISATION :  situé depuis 1974 entre Louxor et Assouan, sur la rive gauche du Nil sur l’île d’Aguilkia (avant cette date le temple se trouvait sur l’île de Philae).

DIVINITÉ : la déesse Isis. Dans le site se trouve également une chapelle dédiée à la déesse Hathor, ainsi qu’un petit temple voué à Horus.

Horus, le dieu faucon, fils d’Isis et d’Osiris, est le dieu de Behdet

Statue d'Horus

Statue d’Horus

(dans la partie occidentale du delta du Nil). Il est l’une des plus anciennes divinités égyptiennes et le symbole divin de la royauté. C’est celui qui est « au-dessus » ou celui qui est « loin ». Son nom signifie « le lointain », en référence au vol majestueux du rapace. Vénéré dans différentes régions de l’Égypte, il est le Dieu de l’azur et des espaces célestes. Les représentations les plus fréquentes le décrivent comme un faucon coiffé du pschent, ou comme un homme hiéracocéphale (créature humanoïde à tête de faucon). Tout pharaon est la réincarnation d’Horus, son successeur légitime sur le trône, et le protecteur de l’Égypte. Isis, Osiris et Horus forment la trinité Égyptienne.

 

DATE DE LA DÉCOUVERTE : 1897.

ÉPOQUE : ptolémaïque, gréco-romaine.

L’Époque Ptolémaïque comprend deux dynasties : la Macédonienne, issue d’Alexandre le Grand, et la Ptolémaïque (ou Lagide).

La Ptolémaïque (ou Lagide) fut un royaume Helléniste d’Égypte administré par la dynastie Lagide (de 323 à 30 av. J.C.) Elle fut fondée par le général Macédonien Ptolémée, fils de Lagos (d’où la dénomination « Lagide »). Elle affirma un renouveau dans la culture égyptienne, avec à la fois une ouverture vers la civilisation grecque et le rétablissement des rites ancestraux égyptiens.

DÉBUT DE CONSTRUCTION : vers 380 av J-C. par Nectanébo 1er, l’un des derniers pharaons égyptiens (XXXème dynastie).

FIN DE CONSTRUCTION : au 3ème siècle de notre ère, par les Romains.

CONSTRUCTEURS : Nectanébo 1er, Ptolémée III, Ptolémée VI, Ptolémée XII.

 Lire : les Pharaons célèbres de l’époque ptolémaïque.

Isis

Isis

PLAN DU TEMPLE D’ISIS SUR L’ÎLE DE PHILAE

Plan du temple d'Isis à Philae

Plan du temple d’Isis à Philae

PRÉSENTATION

Philae est une île d’Égypte située au sud d’Assouan, entre l’ancien barrage d’Assouan (construit au début du XXème siècle) au nord-ouest, et le Haut barrage d’Assouan (édifié entre 1960 et 1970) au sud. Elle se trouve à l’est de l’Île de Biggeh et à environ 300 mètres au sud-est de l’Île d’Aguilkia.

Temple d'Isis de Philæ

Temple d’Isis à Philæ

LE SAUVETAGE DU TEMPLE

Dans les années 1970, l’île était submergée par la remontée des eaux, due à l’édification des deux barrages d’Assouan. Seul son point culminant émergeait et se présentait sous la forme d’un rocher. Avant d’être engloutie, l’Île de Philae avait l’apparence d’un oiseau.

La visite du temple ne pouvait se faire alors qu’en barque. En 1960, après plusieurs négociations politiques et accords financiers, les travaux du haut barrage d’Assouan commencent sous la houlette du président Gamal Abdel Nasser. L’île se trouvant au centre du projet, était irrémédiablement menacée d’engloutissement, ainsi que le temple d’Isis, principale construction de Philae.

Temple d'Isis de Philæ

Temple d’Isis de Philæ

Le sauvetage du temple de Philae est alors entrepris. La méthode retenue sera la même que celle qui a permis d’épargner de la montée des eaux les temples d’Abou Simbel quelques années auparavant. Les ruines seront alors découpées en 49 000 blocs soigneusement numérotés, et reconstruites 300 mètres plus au nord, sur un nouvel emplacement (l’Île d’Aguilkia) à l’abri des eaux du lac Nasser. Le transfert est organisé sous la direction du ministère de la Culture d’Égypte, du service d’archéologie du Caire ainsi que de l’Unesco. La réalisation du projet est attribuée à Christiane Desroches Noblecourt, une archéologue française qui fut l’instigatrice du sauvetage des temples menacés d’immersion, dont les très célèbres d’Abou Simbel.

Sur la partie droite du 1er pylône Hathor, Horus et Isis

Sur la partie droite du 1er pylône Hathor, Horus et Isis

Cette réalisation pharaonique permettra de sauver des eaux de nombreux temples nubiens, dont ceux édifiés sur Philae aux époques ptolémaïque et gréco-romaine.

Sœur et épouse du roi Osiris, Isis est une reine mythique et une

Isis allaitant Horus

Isis allaitant Horus

déesse funéraire de l’Égypte antique. Elle est le plus souvent représentée comme une jeune femme coiffée d’un trône ou, comme la déesse Hathor, d’une perruque surmontée d’un disque solaire maintenu par deux cornes de vache. Son mari est assassiné lors d’un complot organisé par son frère cadet Seth, un Dieu cruel et jaloux. Isis retrouve le corps d’Osiris et le cache dans les marécages de Chemnis. Mais au cours d’une partie de chasse, Seth découvre le corps de son rival. Fou de colère, il le dépèce en plusieurs morceaux. Patiemment, aidée par Nephtys, Thot et Anubis, Isis retrouve les membres morcelés et reconstitue le corps de son époux en le momifiant. Isis, prenant la forme d’un oiseau rapace, s’unit à la momie d’Osiris et féconde Horus, le faucon solaire. Isis, Osiris et Horus forment une triade.

 

HISTOIRE

La construction de Philæ débute au 4ème siècle av J.C. sous le règne de Nectanébo 1er (qui fut l’un des derniers pharaons égyptiens), et sera terminée par les Romains au 3ème siècle de notre ère.

 Nectanébo Ier

Nectanébo Ier

Vers 550 après J.C, l’empereur byzantin Justinien interdira le culte d’Isis. Les Chrétiens coptes s’y établiront et l’occuperont jusqu’au 13ème siècle. Le temple sera ensuite transformé en mosquée.

Croix coptes

Croix coptes

C’est durant l’époque ptolémaïque que la partie sud-ouest de l’esplanade sera agrandie. Des murs seront dressés sur les rochers du rivage de l’île. Les espaces ainsi constitués seront remplis de terre et de blocs de roches, puis recouverts de dalles. Cette esplanade sera close par un portique érigé sous l’empereur Auguste.

Ce sont les derniers Ptolémée, dont le 13ème, père de Cléopâtre, qui ont terminé le premier pylône dont les dessins en relief représentent Isis et Hathor.

Dans les temples égyptiens, un pylône (issu du grec « pulon » qui signifie portail) est une construction colossale constituée de deux tours à bases rectangulaires surmontées d’un linteau, et entourant une porte d’entrée. Sur la façade extérieure, des cavités permettaient de placer d’immenses mâts à l’extrémité desquels venaient se placer des bannières. Visibles de loin elles prévenaient la présence d’un sanctuaire divin.

 

LE TEMPLE D’ISIS

Situé dans le quart sud-ouest, le temple est à lui seul la plus importante construction de l’île de Philæ.

L’esplanade, qui s’étend devant le premier pylône est fermée par un portique, dont la galerie est constituée de colonnes aux chapiteaux variés. Cette cour d’honneur est bordée d’une longue colonnade dite de « Tibère », décorée de chapiteaux aux motifs floraux. C’est une des caractéristiques du temple de Philæ. Cette rangée monumentale de colonnes se dirige vers le 1er pylône. Les reliefs de ce dernier représentent Ptolémée XII (père de Cléopâtre) terrassant se ennemis sous le regard d’Horus, d’Hathor, et d’Isis.

Hathor

Hathor

1er PYLÔNE

PORTIQUE, COLONNADE & ESPLANADE

Un portique (portico en italien) est une galerie couverte dont les voûtes ou les plafonds sont supportés par des colonnes, des piliers ou des arcades soutenues par deux rangées de colonnes, ou par un mur et une rangée de colonnes.

Le mur occidental est percé d’ouvertures donnant sur l’île de Biggeh, et d’un escalier situé entre la 12ème et 13ème colonne, conduisant à un nilomètre. La corniche du portique est ornée de disques solaires ; le plafond est décoré de vautours déployant leurs ailes et regardant vers l’ouest.

L’îlot majeur entourant le domaine d’Isis est Biggeh. Il est détaché à l’ouest de Philæ par un étroit bras d’eau. 12 fois plus important que Philæ, il abritait le tombeau réel d’Osiris. Du point culminant, « l’île sainte », dont l’accès était interdit à tout profane, on pouvait apercevoir le pourtour du domaine d’Isis (sa forme évoque d’une manière étrange un oiseau prêt à se poser sur le corps d’Osiris). Nonobstant, les deux sanctuaires avaient des rapports très étroits. Chaque jour, des prêtres allaient offrir des présents sur les 365 tables d’offrandes qui cernaient le tombeau du Dieu. Puis, tous les dix jours, Isis traversait l’étroit chenal du fleuve pour apporter une offrande de lait.

Dans l’Égypte antique, l’île de Biggeh était un endroit sacré car elle abritait le lieu d’inhumation des Dieu Osiris et Thot. Ce lieu était surnommé « Grand et Splendide Dieu en Biggeh » et « Celui qui apaise dans Biggeh ». Ces deux Divinités auraient eu chacune leur propre sanctuaire sur l’île.

LES SALLES HYPOSTYLES

Le second pylône vous emmène vers une salle hypostyle majestueuse. Elle est composée de 10 colonnes débouchant sur 5 salles et sur un large passage menant à une porte (passage de Tibère) accouplée au mur principal du temple d’Isis.

Une salle hypostyle est un espace fermé dont le plafond est supporté par des colonnes. Ce terme est utilisé couramment en Égypte antique pour désigner les vastes salles des temples.

LE NAOS

Enfin, un escalier nous emmène à la chapelle d’Osiris. Sur le parcours on peut admirer des fresques du cortège funèbre. Le long des façades, on remarque les bas-reliefs représentant Isis avec son mari et son fils.

Le Naos est la pièce la plus importante d’un temple de l’Égypte antique, de la Grèce antique ainsi que des églises orthodoxes.

Le Naos est aussi appelé « le Saint des Saints ».

Chaque temple abrite un naos, salle ultime de l’élément divin renfermant une statuette à l’image du dieu ou de la déesse. Le grand prêtre est le seul à pouvoir pénétrer dans la salle sainte.

FRESQUES & HIÉROGLYPHES

 

AUTRES MONUMENTS SUR PHILAE

Hormis le temple d’Isis, Philæ contient d’autres sanctuaires et d’autres chapelles.

On trouve notamment sur l’île un mammisi, la chapelle d’Hathor, le temple d’Horus et deux nilomètres. Des constructions romaines sont également présentes sur le site.

On note aussi le fameux Kiosque de l’empereur Trajan, un temple dédié à l’empereur Auguste, une porte et un quai romain.

Vestiges

Vestiges

LE MAMMISI

Une fois passé le 1er pylône, on pénètre dans la cour centrale. Sur la gauche se trouve un grand mammisi. A Philæ, il est dédié aux fils d’Isis : Harpocrate (Horus enfant), Hariésis (Horus fils d’Isis) et Horsmtus (Horus des deux terres).

Un mammisi est une petite chapelle construite près d’un temple majeur, qui servait aux représentations des mystères de la naissance divine. Le terme de « Mammisi » a été emprunté à la religion copte. Il fut inventé par Jean-François Champollion au 19ème siècle.

Dès notre entrée, nous sommes accueillis par la déesse Hathor! Même si Philæ est dédié à Isis, les deux femmes cohabitent dans plusieurs endroits du temple. Une fois l’an, les prêtres y consacraient le mystère de la naissance divine, sous la protection d’Hathor la déesse de l’amour. N’est-ce pas magique ?

LE KIOSQUE DE TRAJAN & LA CHAPELLE D’HATHOR

 

Hathor

Hathor

Dans la mythologie égyptienne, Hathor est la déesse de

Hathor

Hathor

l’amour, de la beauté, de la musique, de la maternité et de la joie. Elle est cependant plus connue comme déesse des festivités et de l’amour. C’est ainsi qu’elle est vénérée à Dendérah. A Edfou, elle est associée au dieu faucon Horus. Elle est le plus souvent représentée sous l’aspect d’une vache, ou d’une femme arborant le disque solaire entre ses cornes.

 

 

LE NILOMÈTRE

Dans l’Égypte antique, un nilomètre était une construction qui servait à mesurer les variations des hauteurs d’eau dans le Nil.

Il convient de préciser que seul un support doté d’une échelle graduée mérite le nom de nilomètre. Il ne faudrait donc pas considérer comme nilomètre les escaliers d’un puits creusé à proximité du fleuve, utilisés dans l’antiquité pour mesurer le niveau du Nil à l’aide de repères gravés sur les parois. Cependant l’approbation d’une telle définition est devenue usuelle.

Nilomètre du temple de Sobek et Haroëris de Kôm Ombo

CAMPAGNE D’ÉGYPTE DE NAPOLÉON

La longue immersion dans les eaux du Nil a effacé les couleurs pastel qui habillaient les nombreux décors. Cependant les sculptures ont résisté. Par endroits, elles sont ciselées de motifs architecturaux et de croix façonnées par les premiers chrétiens. A l’époque où le temple devint une imposante église, les pèlerins gravèrent des graffitis sur les pylônes. Ces parois gardent encore le souvenir des savants de l’expédition de Bonaparte en Égypte, ainsi que celui des soldats du général Desaix (an VII de la République).

Souvenir de l’expédition de Bonaparte en Égypte (1798-1799) :


« L’an 6 de la République, le 13 messidor, une armée française, commandée par Bonaparte, est descendue à Alexandrie. L’armée ayant mis, vingt jours après, les mamelouks en fuite aux Pyramides, Desaix, commandant la première division, les a poursuivis au-delà des cataractes, où il est arrivé le 13 ventôse de l’an 7. Les généraux de brigade Davout, Friant et Belliard, Donzelot, chef de l’état-major, Latournerie, commandant de l’artillerie, Eppler, chef de la 21e légère. Le 13 ventôse, an 7 de la République, 3 mars an de J.-C. 1799. Gravé par Castex, sculpteur. »

 

LES CONSTRUCTEURS DE L’ÉPOQUE PTOLÉMAÏQUE

DU

TEMPLE D’ISIS

NECTANEBO 1er

Dynastie : XXXème (Basse époque).

Règne : de -380 à -362 av J.C.

Date de sa mort :362 av J.C.

Il est le fils de Djedhor, prince de Sebennytos. Appuyé par le clergé de Saïs, Nectanébo s’empare32 - Nectanébo Ier du pouvoir en écartant du trône Néphéritès II, ultime représentant de la XXIXème dynastie. Il fut un des derniers Égyptiens à monter sur le trône d’Égypte. Il entreprit activement la consolidation et la restauration de nombreux temples en ruine, anciens et nouveaux, à travers un pays réunifié. On lui doit la reconstruction des sites et sanctuaires de Tanis, Héliopolis, et peut-être même de Memphis. C’est de son règne que date le 1er mammisi de Denderah. Il développa le site de Karnak en bâtissant le 1er pylône et une imposante enceinte protectrice en briques crues. Il fit les mêmes travaux à Louksor et restaura le grand dromos du temple d’Amon-Min. Enfin, c’est de son règne que date le 1er sanctuaire d’Isis au temple de Philæ, près d’Assouan.

Dromos : allée généralement bordée de Sphinx, reliant un temple à un autre édifice ou à un embarcadère du Nil.

 

PTOLÉMÉE III – (le bienfaiteur).

Roi d’Égypte et Pharaon de la dynastie Lagide (Ptolémaïque).

Né entre 285 et 275 av J.C. Date de sa mort : 222 av J.C.

Il est le fils de Ptolémée II Philadelphe, à qui il succède, et d’Arsinoé 1ère.

Pour avoir dépensé sans compter en faveur du peuple, il reçoit le qualificatif d’Évergète 1er. Il fait

Ptolémée III

Ptolémée III

ériger le Sérapéum d’Alexandrie pour vénérer le culte de Sérapis et fait aménager le temple d’Isis (l’Iséum) en y construisant le mammisi. Suite à une grave période de sécheresse qui génèrera une importante pénurie, il fera acheter du blé à grands frais à Chypre et en Syrie-Phénicie. En 246 av J.C., il commence la 3ème guerre de Syrie afin de venger l’assassinat de sa sœur Bérénice Syra par Laodicé 1ère, première épouse d’Antiochos II. L’issue victorieuse de cette guerre lui procure d’importantes compensations territoriales en Thrace, en Syrie, en Asie Mineure et en mer Égée. Son règne marque l’apogée de l’Égypte lagide.

Il meurt en -222 av J.C. Son fils Ptolémée IV lui succède.

 

PTOLÉMÉE VI (Philométor).

Roi d’Égypte et Pharaon de la dynastie Lagide (Ptolémaïque).

Né entre le 7 mai et le 5 juin -186 av J.C.

Date de sa mort : -145 av J.C.

Date de son règne : -180/-176 à -170 av J.C.

Il est le fils de Ptolémée V Épiphane et de la reine Cléopâtre 1ère Syra.

Il partage le trône de -169 à -164 av J.C. avec son frère Ptolémée VIII Évergète II Tryphon, puis

Ptolémée VI Philométor

Ptolémée VI Philométor

devient roi de -163 à -145 av J.C. Il épouse sa sœur Cléopâtre II qui lui donne deux filles et un fils, Ptolémée VII Eupator. Il meurt des suites de ses blessures en combattant le roi de Syrie Alexandre 1er Balas. Il fera rajouter une salle au temple d’Isis, mènera un programme ambitieux en faisant ériger les deux pylônes et le pronaos. Malgré les différentes pérégrinations de son règne, il sera un grand bâtisseur. Il reçoit de Caton l’Ancien le surnom de « Rex optimus et benefissimus » (roi très bon et bienfaisant).

 

PTOLÉMÉE XII (Aulète).

Roi d’Égypte et Pharaon de la dynastie Lagide (Ptolémaïque).

Né entre -117 et -116 av J.C.

Date de sa mort : -51 av J.C.

Date de son règne : -80 à -58 av J.C. et de -55 à -51 av J.C.

Il est le fils de Ptolémée IX Sôter II Lathiros et de la reine Cléopâtre V. Il est le père de la fameuse

Ptolémée XII

Ptolémée XII

Cléopâtre VII.

Il s’octroie les qualificatifs de « Philopatôr » (qui aime son peuple) et de Philômétôr (qui aime sa mère), mais le peuple le surnomme « Aulète » (le joueur de flûte). Il se dénomme lui-même « Neos Dionysos », pour son goût immodéré des beuveries et ripailles au cours desquelles il s’enivre et s’exhibe en joueur de flûte parmi les convives.

Alors que de graves difficultés sévissent dans le pays (révolte agraire, crise financière), il exerce une politique de corruption intense.

Il est chassé d’Égypte en 58 av J.C. par les Alexandrins, qui placent sur le trône sa fille Bérénice IV et son mari. Réfugié à Rome, il se met sous la protection du Sénat et sera rétabli par les Romains quatre ans plus tard. Une fois réhabilité, il fera assassiner sa fille Bérénice IV.

A sa mort (-51 av J.C.), son fils Ptolémée XIII et sa fille Cléopâtre VII lui succèderont.

CLÉOPÂTRE VII : Philopator, « qui aime son père », puis Théa Néôteria Philopatris, « déesse nouvelle qui aime sa patrie ».

Dernière reine de l’Égypte antique de la dynastie ptolémaïque d’origine macédonienne (Lagide).

Fille de Ptolémée XII (Aulète) et de Cléopâtre VI (Tryphène). 

Née vers 69 av J.C.

Date de sa mort : le 12 août 30 av J.C.

Date de son règne : entre 51 et 30 av J.C.

Elle règne sur l’Égypte avec ses frères-époux (Ptolémée XIII, Ptolémée XIV), son amant Jules César, puis avec Marc Antoine.

Elle est célèbre pour ses relations avec Jules César et Marc Antoine, avec lesquels elle aura plusieurs enfants.

En 48 av J.C., l’Égypte se trouve au sein de la guerre civile qui oppose César à Pompée. Cléopâtre est chassée d’Alexandrie par Ptolémée XIII, qui redoute que sa sœur et épouse ne s’empare du trône. La reine d’Égypte entreprend alors, seule et sans soutien, la reconquête du pouvoir. Mais son élan et brisé aux portes de la capitale ; elle tombera aux mains des Romains.

Jules César

Cléopâtre a 20 ans lorsqu’elle rencontre Jules César, qui en a 30 de plus. De leur union naîtra un fils, Ptolémée-Césarion.

César met à profit les querelles dynastiques pour annexer l’Égypte et place Cléopâtre sur le trône. Elle se trouve à Rome lorsque César est assassiné en 44 av J.C.

Marc Antoine

Après l’assassinat de César, Cléopâtre regagne immédiatement son pays. Elle y rencontre Marc Antoine, que César a lui-même désigné comme son successeur ; elle a 29 ans, lui 42. Ce dernier est chargé, en tant que triumvir, des affaires de l’Orient. Comme César avant lui, Marc Antoine succombe au charme de la reine d’Égypte et devient son amant ; leurs amours dureront près de 10 ans.

De leur union naîtront 3 enfants : Alexandre-Hélios, Cléopâtre-Sélène et Ptolémée Philadelphe.

En 31 av J.C., Octave bat les troupes de Marc Antoine et de Cléopâtre à la célèbre bataille navale d’Actium. Antoine se retrouve seul, abandonné de tous. Vaincu et croyant Cléopâtre morte, il ne lui reste plus qu’une solution pour échapper à l’humiliation : la mort. Il se suicide le 1er août 30 av J.C. à Alexandrie (Égypte).

Plutôt que de subir la déchéance d’une captivité à Rome, Cléopâtre choisit de suivre son amant dans la mort. La morsure de l’uraeus, aspic des sables, mettra fin à ses jours le 12 août 30 av J.C. à Alexandrie (Égypte).

Son fils, Ptolémée-Césarion, probablement le seul fils biologique de Jules César, constitue pour Octave un dangereux rival politique. Octave le fera assassiner (-30 av J.C.) et deviendra l’Empereur Auguste.

Cléopâtre-Sélèné épousera Juba II, le Roi de Mauritanie.

Ptolémée-Philadelphe terminera sa vie auprès de sa sœur et de son beau-frère, le roi Juba II.

A ce jour, le tombeau de Cléopâtre VII n’a jamais été retrouvé.

 

Isis

Isis

Donnez votre avis sur l'article

commentaire(s)

Ecrit par le .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge